Orgues en France et dans le monde.

Retour France Alpha     Retour Départements     Retour tous pays                              Historique           Photos

Vichy  (03)

Eglise St Louis

Aubertin, 1991


Composition :

I. Positif II. Grand-Orgue III. Récit  Pédale 
       
Montre 8' Portunal 16' Bourdon en bois 8' Principal 16'
Bourdon 8' Montre 8' III Flûte traversière 8' Quinte + Tierce 10 2/3'+6 2/5'
Octave 4' Flûte à cheminée 8' Fugara 4' Octave 8'
Flûte 4' Salicet 8' Flûte 4' Bourdon 8'
Nazard 3' Quinte 6' Flageolet 2' Prestant 4'
Doublette 2' Octave 4' Quinte 1 1/3' Flûte 2'
Flûte 2' Flûte conique 4' Sixtelette II-III Mixture 2' V-VI
Tierce 1 3/5' Quinte 3' Fourniture II Napoléon 32'
Sifflet 1' Doublette 2' Voix humaine 8' Buzène 16'
Fourniture IV Sesquialtera II   Cornet 4'
Dulciane 16' Mixture 1 1/3' VI   Cornet 2'
Chalumeau 8' Cornet V    
  Basson 16'    
  Trompette 8'    

Autres caractéristiques :
27 jeux - 3 claviers manuels de 56 notes et pédalier 30 notes
Traction mécanique des claviers et des jeux
Étendue des claviers : 56 notes (C-g3)
Étendue du pédalier : 30 notes (C-f1)
Accouplements : REC/GO, POS/GO
Tirasses : POS/PED, G.O/PED, REC/PED
Tremblant doux
Appel des anches Pédale
Coupure pédale entre 1er SI et 2e DO


Haut de page


Historique :



En 1986, le facteur Bernard Aubertin est chargé de construire un orgue neuf en remplacement de l'orgue Merklin datant de 1943.

Inauguré les 5 et 6 janvier 1991 par Michel Chapuis, Gaston Litaize et François-Henri Houbard, l’orgue est placé en balustrade, avec des plans sonores alignés et superposés : le Positif, suspendu dans l’espace, flanqué de deux tourelles de pédale, est surmonté du Grand Orgue. La console est placée « en fenêtre » dans le buffet du Grand-Orgue.

D’abondantes sculptures, réalisées par Serge Bisson, font référence à l’histoire locale : saumons de l’Allier, aigles napoléoniennes et motifs végétaux. Les matériaux utilisés, chêne pour les buffets et les sommiers, étain, étoffe et épicéa pour la tuyauterie sont de première qualité, tout comme le buis et l’ébène des claviers et les diverses essences d’arbres fruitiers pour les pommeaux des tirants de jeux. La mécanique, très directe et légère, permet un toucher tout en nuances. En accord avec l’œil, l’oreille distingue clairement les plans sonores : grand orgue aux fondamentales puissantes, positif brillant, récit à la présence profonde et pédale ample, charpentée.

La composition écrite d’un instrument ne peut donner l’idée de son caractère; le style de celui-ci est « relativement inclassable, dans la mouvance Europe Moyenne » ainsi que le situe Bernard Aubertin, l’orgue est très marqué de la personnalité de son facteur.

Au musicien attentif, les multiples mélanges possibles offrent une palette sonore insoupçonnée, d’une richesse inouïe. C’est pourquoi les musiques de Buxtehude, de J. S. Bach, mais aussi des Sweelinck, Cabezon, Bruna se trouvent aussi bien restituées ici que celle des Mendelssohn, Brahms, et virtuellement, de certaines compositions contemporaines lorsque les tonalités sont compatibles avec le tempérament de l’instrument (Kirnberger III).

Dès le mois de mai 1991, le facteur Aubertin signale la présence d'un encrassement inquiétant. La peau des soufflets est toute noire et toutes les boiseries commencent à se couvrir d’une fine crasse. Les raisons se situent dans une forte pollution due dans un premier temps au chauffage défectueux (air pulsé) puis à la fumée des cierges qui a rendu l’intérieur de l’église méconnaissable. De plus, des inondations récurrentes sur la voûte qui domine le Napoléon 32’ endommagent les pieds des tuyaux. Les analyses effectuées ont confirmé les traces d’hydrocarbures et de fumées d’origine végétale. Quant à l’orgue, il a servi de hotte aspirante! Les peaux des soufflets sont complètement fusées et trouées. Elles provoquent des fuites et nécessitent des réparations d'urgence. Au cours des années, lors des travaux d'entretien, les facteurs dénotent la présence de plus en plus de suie dans l'orgue et principalement dans les pieds des tuyaux d'anches et entre les languettes et les rigoles ne garantissant plus la tenue de l'accord. Toute la mécanique devient lourde et molle, les abrégés sont de plus en plus remplis de suie. Avant de solutionner ces problèmes par un relevage complet, il faudra s’occuper de la cause de cette saleté…

En 2007, la ville de Vichy a consacré la somme de 36 000€ pour restaurer les soufflets de chêne et le sommier des six plus gros tuyaux du grand Napoléon 32'.
Les parties restaurées sont revenues des ateliers Aubertin, remontées et remises en places pour Noël. Les services de la ville ont enlevé le salpêtre des murs, alors que les cierges ont été remplacés par des lumignons moins fumigènes.


Haut de page


Photos :

Vichy St Louis

Vichy St Louis

Vichy St Louis


Haut de page    Retour France Alpha    Retour Départements    Retour tous pays