Entrez dans le monde magique des orgues.
Page créée le 06/09/2008 Mise à jour le 10/03/2021 Le grand-orgue Tamburini (1962) de la basilique Saint- Pierre de Rome (Italie).
Orgues en France et dans le monde.
Pays : Italie Région : Latium Ville : Rome Local : Basilica di San Pietro in Vaticano Grand-orgue Facteur : Tamburini Année : 1962
Passion, Découvertes, Partage....
Historique
Disposition
Carte
Cliquer
Photos
Autres caractéristiques : 76 jeux - 4 claviers manuels de 61 notes et pédalier 32 notes Transmissions électropneumatiques des claviers et des jeux 1 console fixe à 4 claviers et pédalier à transmissions électriques 1 console mobile à 3 claviers et pédalier à transmissions radio 1 console mobile à 2 claviers et pédalier pour l'orgue BOSSI (Epitre) Accouplements et tirasses multiples Combinateur électronique Crescendo Tutti
Il n’est guère facile de résumer la présentation d’un monument tel que la basilique St Pierre de Rome. Plus grand édifice chrétien au monde, siège de la papauté depuis le retour des papes d’Avignon en 1371, monument classé au patrimoine mondial de l’UNESCO... La première basilique a été construite en ce lieu par la volonté de l’empereur Constantin Ier, converti au christianisme au début du 4ème siècle. Le lieu choisi était le « Circus vaticanus » ou cirque de Caligula et de Néron, là-même où Saint-Pierre aurait été crucifié vers l’an 65. Cette grande basilique en forme de croix latine à cinq nefs était orientée de l’est vers l’ouest comme cela était la règle dans les premiers édifices paléochrétiens. Les papes toutefois ont alors occupé la basilique de Latran qui était plus grande que Saint- Pierre. Au retour de la papauté d’Avignon après 1371, les papes ont occupé les bâtiments de Vatican. La basilique Saint-Pierre qui était dans un très mauvais état a été reconstruite en trois étapes. D’abord à l’initiative du pape Nicolas V vers 1450. Ces travaux qui visaient à une restauration de l’ancienne basilique furent menés par l’architecte Bernardo Rossellino mais ont été arrêtés en 1471. Puis, sous le pontificat de Jules II, en 1505, un nouveau projet fut confié à l’architecte Donato Bramante qui réalisa le plan de l’immense basilique en forme de croix grecque surmontée d’un dôme impressionnant à la croisée du transept, entrainant la démolition de l’ancienne basilique. D’autres architectes non moins célèbres se sont succédé, tels que Sangallo, Raphaël (le peintre) et Peruzzi puis Michel-Ange à qui l’on doit entre-autres la réalisation du dôme, achevé en 1590 par l’architecte Giacomo della Porta. La troisième phase fut conduite entre 1607 et 1626 par l’architecte Carlo Maderno. La nef fut rallongée (légèrement désaxée) de trois travées et la nouvelle façade fut construite avec son narthex, donnant à la basilique sa forme actuelle de croix latine. Entre 1743 et 1748, le dôme est renforcé et la lanterne restaurée par l’architecte Luigi Vanvitelli. L’édifice intérieur mesure 188 m de long et 155 m de large pour une hauteur de 119 m. La façade mesure 144 m de longueur pour une hauteur de 45 m. La basilique se compose d’une nef avec deux bas-côtés, d’un large transept et d’un chœur rectangulaire avec deux allées latérales et un petit transept, terminé par une abside semi-circulaire. Elle renferme d’innombrables œuvres de grande valeur réparties dans la nef, le chœur et les chapelles latérales. On peut noter sous le dôme, le maître-autel papal surmonté du Baldaquin de Saint-Pierre (plan n°82), et contre le chevet, la Chaire de St Pierre soutenue par les statues des quatre Pères de l’église (plan n°39), œuvres du Bernin entre 1624 et 1633, sans oublier la Pietà de Michel-Ange de 1499 (plan n°9). On peut citer également devant le maître-autel, la chapelle souterraine de la Confession de Saint-Pierre, qui mène aux grottes vaticanes. On sait que la première basilique Saint-Pierre du 4ème siècle a possédé des orgues au 14ème siècle. Au 15ème siècle, il y a quatre orgues documentés dans l’ancienne basilique : l’un du facteur allemand Paulus Henrici WENCHEN vers 1420, le deuxième du facteur vénitien Urbano SPERA en 1448, un troisième en 1479 de 4 jeux du facteur Giacomo GIOVANNI de Lucca (Toscane) placé près du chœur et un quatrième, plus important, construit en 1496 par Domenico di LORENZO de Lucca (Toscane) et placé en tribune latérale au fond de la nef. Ce dernier instrument fut détruit avec la démolition de l’ancienne nef en 1609. Dans la nouvelle basilique actuelle, deux orgues ont été construits en 1536 par le facteur Alessandro TRASUNTINO de Venise, dont l’un était portatif. En 1580, les facteurs Mario et Vincenzo da SULMONA ont construit un nouvel orgue placé en tribune dans une chapelle latérale côté nord (plan n°24). Cet instrument a été restauré en 1608 par le facteur romain Armodio MACCIONI, lors de la prise de fonction comme organiste de Girolamo Frescobaldi, puis à nouveau en 1626 par le facteur Ennio BONIFAZI de Rome. En 1853, l’orgue a été transféré dans la chapelle du Saint-Sacrement (plan n°17). En 1626, le facteur Ennio BONIFAZI a construit un orgue neuf pour la chapelle ‘del Coro’ (plan n°63). Entre 1722 et 1725, le facteur Filippo TESTA de Rome a reconstruit cet instrument en le portant à 18 jeux sur deux claviers et pédalier. En 1637, Ennio BONIFAZI a réalisé un orgue de 14 jeux placé sur une plateforme mobile. En 1720, le facteur Filippo TESTA a construit un autre orgue mobile. Cet instrument a été détruit lors de l’invasion française de 1849. En 1844, le facteur romain Filippo PRIORI a restauré l’orgue BONIFAZI de 1626 dans la chapelle ‘del Coro’. En 1852, les facteurs Enrico et Giacomo PRIORI, les enfants de Filippo, ont réalisé un nouvel orgue mobile. Aujourd’hui : Si la plus importante basilique du monde chrétien possède des trésors en tous points remarquables, il n’en va pas vraiment de même pour ses orgues… Le grand-orgue actuel est la réunion de deux instruments d’importance moyenne construits au tournant du 20ème siècle, alors que plusieurs projets dignes de la basilique dont l’un de CAVAILLÉ-COLL et l’autre de MUTIN avaient été rejetés. Le projet de CAVAILLÉ-COLL proposé à Pie IX en 1875 puis en 1884 portait sur un grand instrument de 124 jeux sur cinq claviers et pédalier, devant être placé en tribune au fond de la nef. Le pape ne daigna pas répondre, enterrant ainsi le projet. Le projet de MUTIN-CAVAILLÉ-COLL présenté à Pie XI en 1910, était une mise à jour du projet de 1875, avec 148 jeux sur cinq claviers et pédalier. Ce projet, pourtant supporté par les plus grands organistes de l’époque, subit le même sort. Chose extraordinaire, depuis Noël 2017 la basilique s’est dotée d’un orgue électronique en guise de grand-orgue. Pourquoi un tel choix pour la mère des Eglises ? Le monde de l’orgue n’a pas tardé à faire connaitre son effroi. Cela peut en dire long sur l’orientation musicale de l’élite ecclésiastique. Et comme l’a dit un célèbre organiste allemand : pourquoi pas des ciboires en plastique sur le maître-autel ? La basilique Saint-Pierre n’aurait certainement eu aucun mal à trouver les financements nécessaires à l’acquisition d’un instrument digne du lieu. Ainsi va la vie ?… Mais revenons au grand-orgue à tuyaux, réunion de deux instruments : Le premier a été construit en 1894 et 1895 par la maison WALCKER de Ludwigsburg (Bade-Wurtemberg - Allemagne). Cet instrument de style symphonique avait à l’origine 20 jeux sur deux claviers et pédalier, avec des transmissions pneumatiques. Le buffet se compose d’un caisson unique en chêne, sobrement décoré. Il était placé sur une plateforme mobile sur le petit transept évangile (droit) du chœur. Le deuxième est l’œuvre en 1902 du facteur Carlo VEGEZZI-BOSSI de Centallo (Piémont-Italie). L’orgue de style symphonique a été placé dans un buffet identique à celui de WALCKER, face à ce dernier dans le transept épitre (gauche) du chœur. Il comportait également 20 jeux sur deux claviers et pédalier, avec des transmissions pneumatiques. L’instrument était également placé sur une plateforme mobile. En 1953, à la demande de Pie XII et sous la direction de l’organiste de la basilique Fernando Germani, la manufacture Giovanni TAMBURINI de Crema (Lombardie – Italie) restaure et agrandit de neuf jeux l'orgue VEGEZZI-BOSSI. Il intervient également sur l'orgue WALKER. Les deux buffets sont agrandis pour recevoir les nouveaux jeux et une nouvelle soufflerie. Ils restent sur leurs plateformes mobiles. Une nouvelle console détachée à transmissions électriques a été construite pour l’orgue VEGEZZI-BOSSI. En 1962, toujours sous la direction de Germani et à l’occasion du concile Vatican II, la maison TAMBURINI a reconstruit et a réuni les deux orgues en construisant une console unique dont le 2ème et le 3ème claviers commandent l'orgue WALKER et le 1er et le 4ème claviers l'orgue VEGEZZI-BOSSI. Quant à la pédale, elle comprend deux divisions, une dans chaque buffet. La console est placée au pied de l’orgue WALCKER, coté évangile (gauche). De nouveaux jeux ont été ajoutés dont une nouvelle division d'anches et une chamade sur le dessus du buffet WALKER. L’orgue compte depuis lors 76 jeux réels. En 1999, la maison MASCIONI d’Azzio (Lombardie-Italie) a réalisé une troisième console mobile dotée de trois claviers et pédalier. Cette console à transmission radio peut être déplacée dans la nef de la basilique. Le troisième clavier regroupe le Récit expressif et l’Echo expressif. L’entretien de l’orgue est assuré par la maison MASCIONI. En plus du grand-orgue, la basilique possède quatre autres instruments : Chapelle ‘del Coro’ côté épitre (plan n°62) : TAMBURINI - 1974 Chapelle ‘del Coro’ côté évangile (plan n°63) : MORETTINI - 1892 Chapelle du Saint Sacrement (plan n°17) : MORETTINI - 1914 Transept sud - Orgue mobile (plan n°50) : WALCKER - 1981
Haut de page Haut de page Recherche… Recherche…
Voir :
La nef de la basilique Les deux buffets dans les ailes gauche et droite du transept du choeur Buffet Evangile (ex-Walcker) Buffet Epitre (ex-Vegezzi-Bossi) - Photo : orgbase.nl Buffet Evangile (ex-Walcker) - Photo : orgbase.nl Buffet Epitre (ex-Vegezzi-Bossi) Paolo Bottini à la console Tamburini de 1962 Console Mascioni de 1999 Buffet Epitre (ex-Vegezzi-Bossi) - Photo : E. Seyer
Plan - Clicquer
Plan - Clicquer
Francesco Capogreco 01/2020
Recherche… Recherche… Accueil Accueil