Entrez dans le monde magique des orgues.
   Page créée le 27/08/2016         L’orgue Puget (1885) de l’église St Exupère de Toulouse (31).
Les derniers Les derniers Index par pays Index par pays A propos A propos Accueil Accueil Sources et liens Sources et liens Facteurs d’orgues Facteurs d’orgues Contact Contact
Orgues en France et dans le monde.
Pays : France Région :  Midi-Pyrénées Haute-Garonne Ville : Toulouse Local : Eglise St Exupère Facteur : Puget E. Année : 1885
Passion,     Découvertes,     Partage....
Historique
Disposition
Carte
Photos
Cliquer
Haut de page Haut de page Retour France Retour France
Cette église de style baroque a été construite de 1620 à 1623 pour une congrégation des carmes déchaussés, sous le vocable d’église St Joseph. Fermée lors de la révolution, elle fut rendue au culte en 1807 et consacrée à St Exupère, évêque de Toulouse au 4ème siècle. L’église, class ée aux Monuments Historiques en 1974, est remarquable par la richesse de ses décorations intérieures : la voûte du chœur du peintre toulousain Gaétan CERONI en 1838, la nef et ses gypseries du 17ème siècle et ses toiles du 17ème et 18ème, notamment la « Transverbération de Ste Thérèse d’Avila » du peintre italien Antonio Verrio qui séjourna à Toulouse entre 1666 et 1668, les chapelles richement décorées, la chaire du début 19ème et les fonds baptismaux. Le buffet de l’orgue actuel remonte à l’instrument qui fut commandé par la paroisse en 1841 à la Manufacture d’orgues MILACOR de Paris, de l’abbé François LARROQUE. Théodore PUGET, tout juste installé depuis 1834 comme facteur d’orgues à Toulouse, était le représentant de cette manufacture. C’est donc lui qui installa le nouvel instrument dans la tribune de l’église. On peut dire que c’est ici sa toute première réalisation. Théodore dans le contrat de vente s’était engagé à en être le titulaire à titre gracieux pendant six années…Dans ce très beau buffet ne se trouvait alors qu’un modeste instrument de 14 jeux. La console était en fenêtre à l’arrière du buffet. En 1855, des réparations sont effectuées par le facteur DUBOIS d’Albi. En 1858, les facteurs toulousains POIRIER & LIEBERKNECHT effectuent des travaux d’entretien. En 1864, il fut décidé de reconstruire la tribune et éventuellement l’orgue. Un devis d’Aristide CAVAILLE-COLL est rejeté car il ne permettait pas d’étaler le paiement. Les travaux de restauration de l’orgue sont confiés aux facteurs GRACIEN & PAULINIER de Toulouse. Un jeu est ajouté au grand-orgue et quatre à la pédale. Les travaux inachevés s’arrêtent en 1866. GRACIEN décède en 1868. De 1868 à 1870, les facteurs POIRIER & LIEBERKNECHT reconstruisent l’instrument. L’étendue du Récit passe de 42 à 54 notes et il comprend maintenant 7 jeux. Le sommier du grand-orgue est reconstruit avec 10 jeux. C’est donc un nouvel instrument qui sonne dans le buffet de 1842. En 1885, la maison d’Eugène PUGET reconstruit l’orgue en conservant une grande partie de la tuyauterie de 1870. Il reconstruit la console, ajoute un troisième clavier d’accompagnement pour faire parler la Clarinette et les jeux de fonds du grand-orgue, installe une machine Barker au grand-orgue et réharmonise complètement l’instrument. La console détachée se trouve à l’avant du buffet, face à la nef. En 1903, la maison PUGET, dirigée par Jean-Baptiste PUGET, transforme la transmission mécanique du Récit en pneumatique tubulaire, déplace la Clarinette 8’du clavier d’accompagnement à la place de l’Octavin du Récit et remplace la Clarinette par une Unda Maris 8’. En 1934, la maison PUGET, dirigée alors par Maurice PµUGET effectue des travaux d’entretien et des modifications dans le sens néo-classique : le Salicional 8’ est décalé en Prestant 4’, l’Unda Maris de 1903 est remplacée par un Nasard et la Bombarde 16’ du grand-orgue par une Tierce 1’ 3/5. En 1984 et 1985, le facteur parisien Dominique LEBOUCHER effectue un relevage complet de l’orgue. Un nouveau relevage a été effectué en 2009 et 2010 par le facteur Jean DALDOSSO de Gimont (Gers), qui a rétabli la disposition d’Eugène PUGET de 1885. Seule la Bombarde disparue n’a pas été replacée et la transmission tubulaire de 1903 a été conservée. En 2011, l’orgue a été classé en totalité aux Monuments Historiques. Cet instrument très intéressant, qui rappelle en plus petit celui de Notre-Dame de la Dalbade, mérite vraiment d’être connu et reconnu.
Retour France Dept. Retour France Dept.
Autres caractéristiques : 25 jeux - 3 claviers manuels de 56 notes et pédalier 27 notes Transmission mécanique des claviers et des jeux Transmission pneumatique du Récit - Machine Barker G.O Accouplements : III/II - III/I - III/III 16' Tirasses : II/P - III/P Appel des anches : II - III - P Appel G.O Orage