Orgues en France et dans le monde.

Retour Belgique       Retour tous pays                                                             Historique               Photos

Tongres  (Belgique)                                       

Basilique Notre-Dame

Le Picard, 1753 - Thomas, 2002
                                                                                             

Composition :

I. Grand-orgue II. Positif de dos III. Récit IV. Echo Pédale
         
Cornet VI Cornet IV Montre 8' Bourdon 8' Basse ouverte 16'
Bourdon 16' Bourdon 8' Bourdon 8' Prestant 4' Soubasse 16'
Montre 8' Prestant 4' Cornet IV Doublette 2' Octave 8'
Bourdon 8' Flûte 4' Trompette 8' Cymbale II Flûte 8'
Prestant 4' Nazart 2 2/3'   Cromhorne Octave 4'
Flûte 4' Doublette 2'   Cornet II Fourniture IV
Grosse Tierce 3 1/5' Tierce 1 3/5'     Bombarde 16'
Nazart 2 2/3' Larigot 1 1/3'     Trompette 8'
Doublette 2' Sesquialtera II     Clairon 4'
Quarte de Nazart 2' Mixture IV 1'      
Tierce 1 3/5' Trompette 8'      
Sesquialtera II Cromhorne 8'      
Fourniture IV 1' 1/3'        
Cimbale IV 1'        
Bombarde 16'        
Trompette 8'        
Clairon 4'        
Voix humaine 8'        

Autres caractéristiques :
49 jeux - 4 claviers manuels et pédalier
Transmission mécanique des claviers et des jeux
Accouplement : II/I
Tirasse : I/P
Tremblants doux et fort
Rossignol - Tambour


Haut de page



Historique :


La basilique Notre-Dame de Tongres, de style gothique, a possédé semble-t-il un orgue dès 1388.

Mais le premier Grand Orgue de cette imposante église fut réalisé par le facteur liégeois Jean-Baptiste LE PICARD de 1750 à 1753.

D'emblée, cet orgue fut considérable, équipé de 4 claviers, comme celui de Saint-Pierre de Liège, également construit par LE PICARD.

L'orgue superbe de Tongres, très représentatif de la facture du milieu du 18ème siècle en Belgique, eut à souffrir de nombreuses vicissitudes:

Un premier relevage eut lieu en 1760.

En 1826 fut effectuée une remise en état en profondeur par le facteur F.J. RIFFLART.

En 1859 l'orgue de Tongres fut remanié par la firme MERKLIN-SCHÜTZE de Bruxelles.

Le plus grave arriva en 1869, avec une romantisation et un agrandissement (par les frères MÜLLER de Reifferscheid).

Le facteur Charles ANNEESSENS acheva le travail (de "dénaturation") vers 1880.

En 1944 l'orgue fut détruit en très grande partie sous les bombes.

Sous l'influence du courant de  "l'Orgelbewegung", on réalisa alors une restauration complète, très discutée, qui porta un ultime assaut au vieil instrument du 18ème siècle, le but étant d'en faire un orgue polyvalent néo-baroque, avec incorporation d'éléments symphoniques existants. La traction en fut électro-pneumatique. Les tuyaux neufs furent incorporés librement derrière la façade historique. L'ancienne console fut éliminée. L'orgue Le Picard avait vécu ! Il n'en subsistait qu'une partie des tuyaux d'origine et le buffet.

De 1997 à 2002, il fut décidé de reconstruire l'orgue LE PICARD. Les travaux furent confiés à la manufacture d'orgues THOMAS de Ster-Francorchamps en Belgique.

De grands travaux de recherche précédèrent la reconstruction: il subsistait des archives et, d'autre part, le buffet superbe, du 18ème siècle; de plus les tuyaux de façade étaient pratiquement tous d'origine + quelques bourdons en bois, sans plus ! Il fut décidé de ne pas construire une réplique identique, avec un pédalier en tirasse permanente (ou, comme l'on dit aussi, "accroché"). La pédale serait indépendante pour permettre aux organistes d'élargir un peu leur répertoire sur cet instrument. Enfin, on procéda à des analyses minutieuses des alliages des tuyaux restants, et de ceux de l'instrument LE PICARD de Liège, ceci pour s'orienter vers une reconstruction la plus fidèle possible.

Pour le buffet, après analyse des peintures, on décida de rester aux pigments du 19ème siècle, probablement les plus proches de l'origine.

La traction, évidemment, redevenait mécanique (traction mécanique suspendue, sauf pour le Positif).

A l'exception de quelques tuyaux d'origine, la tuyauterie est neuve.

Des recherches continuèrent concernant l'harmonisation. Le La fut fixé à 404 Hz à 18° C. Le tempérament choisi fut celui en vigueur dans la seconde moitié du 18ème siècle (tempérament de D'Alembert-Rousseau, 1752/1767).


Haut de page


Photos :

Tongres Basilique Notre-Dame

Tongres Basilique Notre-Dame    Tongres Basilique Notre-Dame


Haut de page    Retour Belgique    Retour tous pays