Entrez dans le monde magique des orgues.
Page créée le 18/07/2008 Mise à jour le 26/06/2019 L’orgue Anonyme (1557) de l’église paroissiale de Saint-Savin (65).
Orgues en France et dans le monde.
Pays : France Région :  Occitanie Départ. : Hautes-Pyrénées Ville : Saint-Savin Local : Eglise (ancienne abbatiale) Facteur : Anonyme Année : 1557 / 1997
Passion,     Découvertes,     Partage....
Historique
Disposition
Carte
Cliquer
Photos
Autres caractéristiques : 8 jeux - 1 clavier manuel divisé (c'/c#') Transmission mécanique du clavier et des jeux Mécanique directe sans abrégé Etoiles de clochettes - Rossignol Tremblant Diapason : La = 365 Hz Tempérament mésotonique
St Savin en Lavedan a abrité une très ancienne abbaye bénédictine, sans doute fondée dès le 6ème siècle, sur les ruines d’une citadelle gallo-romaine. L’abbatiale a été construite au 12ème siècle dans le style roman. L’édifice en forme de croix latine, se compose d’une nef unique courte voûtée en berceau, d’un transept saillant et d’un chœur dans une grande abside terminée par un chevet semi-circulaire, avec deux absidioles latérales. L’église fut surélevée et dotée de sa tour lanterne octogonale au 14ème ou au 15ème siècle. Les baies gothiques de la tour éclairent la nef et le chœur. L’abbaye périclita à partir du 16ème siècle et fut fermée à la révolution. Les bâtiments conventuels furent vendus. L’abbatiale devint alors en 1792 église paroissiale. Elle a été classée aux Monuments Historiques sur la première liste de Mérimée en 1840. Endommagée par un tremblement de terre en 1854, l’église fut restaurée dès 1855 grâce à Prosper Mérimée. L’intérieur de l’église abbatiale renferme du mobilier et des œuvres remarquables, dont le ciborium en bois doré de près de 6m de hauteur et des panneaux de bois peints retraçant la vie de St Savin sur les murs du chœur. A noter le Trésor de l’abbatiale qui renferme des objets cultuels ayant appartenu à l’abbaye et à l’ancienne église paroissiale. L’église renferme un orgue historique remarquable situé sur une tribune dans le transept. Le buffet est aligné au droit de la nef. Cet instrument dont on ne connait pas l’auteur fut construit en 1557, si l’on en croit l’inscription qui figure au-dessus du clavier. Il s’agit donc d’orgue de la Renaissance. En 1618, l’orgue fut restauré par Antoine RIBALLIER, organiste à Auch (Gers). On n’a que peu ou pas de documentation au cours des 17ème et 18ème siècles. On sait que l’instrument fut pillé de sa tuyauterie lors de la révolution et qu’il se trouvait à l’état de ruine en 1861. Des projets de restauration au début du 20ème siècle n’eurent pas de suite, même si le buffet a été classé aux Monuments Historiques en 1904. Dans les années 1970, Xavier Darasse et Jean-Pierre Decavèle, techniciens-conseils du Ministère de la Culture, lancent le projet d'une restauration historique de l’orgue. En 1994, la Direction des Affaires Culturelles de Toulouse décide une restauration « à l'identique » de cet instrument quasi mythique. D'origine, subsistaient le buffet, les sommiers, les faux-sommiers, les registres à l'italienne (glissement latéral), deux soufflets cunéiformes, des morceaux de claviers, de rares fragments de tuyaux, des traces d'étiquettes de registres et de passage de mécanique, des diamètres de trous et inscriptions de notes… Il restait suffisamment de matériel pour reconstituer l'ensemble dans sa disposition originale. De 1995 à 1997, ce travail de restauration a été mené à bien par Alain SALS et Charles HENRY, facteurs d'orgues à Entrechaux (Vaucluse) pour la partie instrumentale, par l'entreprise G. Simian de Saint-Gret pour la tribune et enfin par Pierre Belin et Françoise Bernon pour les peintures. La console en fenêtre est située sur la face arrière du buffet. L'étendue du clavier va du Fa1 au La4 (sans premiers Fa# et Sol#, ni dernier Sol#). La mécanique est directe, « en éventail », sans abrégé. La composition des jeux rappelle fortement la facture italienne de cette époque. Avec un diapason de 365 Hz, soit une tierce mineure plus bas que le ton moderne et un tempérament mésotonique, l’instrument se prête naturellement à l’interprétation des musiques de l’époque renaissance ou baroque du 16è et 17è siècles, françaises, ibériques ou italiennes. L’orgue splendidement restauré a été inauguré en juin 1997. Le soubassement du buffet est habillé de panneaux couverts de marbrures en trompe-l’œil, avec des fleurs, des violons, musettes, hautbois et violes, des partitions musicales aux feuillets ouverts, des personnages de l'Ancien et du Nouveau Testament. À gauche et à droite du clavier, sont peints l'Agneau de Dieu et des motifs grotesques. En plus des accessoires sonores, l'orgue comprend des accessoires visuels que peut actionner l'organiste comme des masques à mâchoires et des yeux articulés. L’instrument est depuis 2009 sous la bonne garde de l’Association des Amis de l’Orgue Renaissance de St Savin et il est entretenu par le facteur Alain FAYE de Preignac (Gironde).
Recherche… Recherche…
Haut de page Haut de page Recherche… Recherche…
Sietze de Vries Improvisation