Entrez dans le monde magique des orgues.
Page créée le 12/08/2008 Mise à jour le 02/04/2017 L’orgue Haerpfer (1994) de la basilique St Nicolas de St Nicolas-de-Port (54).
Les derniers Les derniers Index par pays Index par pays A propos A propos Accueil Accueil Sources et liens Sources et liens Facteurs d’orgues Facteurs d’orgues Contact Contact
Orgues en France et dans le monde.
Pays : France Région :  Lorraine Départ. : Meurthe-et-Moselle Ville : St Nicolas-de-Port Local : Basilique Saint-Nicolas Facteur : Haerpfer Année : 1994
Passion,     Découvertes,     Partage....
Historique
Disposition
Carte
Cliquer
Haut de page Haut de page Retour France alpha Retour France alpha
Photos
Retour France région Retour France région
Si l’on s’étonne de voir cette grande église aux allures de cathédrale dans une commune de moins de 8000 habitants, alors il faut se référer à l’histoire et aux années de prospérité que connut cette cité, alors appelée Port. A partir du début du 12ème siècle, où une relique de St Nicolas (une phalange) fut ramenée ici, les pèlerins affluèrent toujours plus nombreux dans la première église construite vers 1100, puis dans une deuxième construite 100 ans plus tard et où viendra prier Jeanne d’Arc en 1429. Le duc René II, après sa victoire de Nancy contre Charles le Téméraire, accomplit son vœu de bâtir une grande église en reconnaissance au St Patron de la Lorraine de nouveau indépendante. L’architecte Michel Robin réalisa les plans de la nouvelle construction édifiée par Simon Moycet à partir de 1481 et achevée en 1545. L’édifice de style gothique flamboyant impressionne par ses dimensions et son homogénéité. Il se compose d’une nef avec deux bas-côtés bordés de chapelles latérales, d’un transept et d’un chevet pentagonal. Les bas-côtés se terminent par deux absidioles abritant deux chapelles. Les colonnes de voûte au niveau du transept sont impressionnantes et s’élèvent à plus de 21m de hauteur. Les deux tours-clochers achevées en 1544 culminent à plus de 85m de haut. A noter que le chœur ne se trouve pas dans l’axe de la nef. Pour des raisons sans doute liées au terrain, l’axe du chœur dévie de 6 degrés par rapport à la nef... Lors de la guerre de trente ans, en 1635, les suédois saccagèrent et pillèrent la cité et son église qui fut incendiée. L’église fut élevée au rang de basilique mineure par le pape Pie XII en 1950. Sévèrement endommagée lors des bombardements de juin 1940, la basilique a pu être entièrement restaurée grâce au legs d’une riche portoise mariée à un américain et décédée en 1980. Les travaux de restauration débutés en 1983 ont duré une quinzaine d’années. La basilique a été classée aux Monuments Historiques en 1993. L’église abritait très certainement un instrument après sa construction au 16ème siècle. Des archives attestent du paiement d’un organiste dès 1510. Mais il ne subsiste plus d’autre trace de cet instrument, qui fut détruit en 1635. L’orgue était placé dans le bras nord du transept, tout comme l’orgue actuel. En 1642, le facteur Chrétien DOGNON de Nancy (Meurthe-et-Moselle) construisit un nouvel instrument au même emplacement. C’était un orgue de style classique français d’une vingtaine de jeux. L’instrument entretenu par le facteur Jean-François VAUTRIN de Nancy depuis 1800, présentera de sérieux signes de faiblesse dans les années 1845. En 1851, l’instrument de DOGNON fut remplacé par un orgue neuf du facteur Joseph CUVILLIER, ancien ouvrier et successeur de VAUTRIN. C'était le plus grand instrument et sûrement le chef-d'œuvre de ce facteur. Le buffet néogothique en chêne clair massif a été dessiné par Désiré LAURENT. Les tuyaux de l’orgue donnent dans la nef (collatéral nord) mais la partie arrière se trouve dans le bras du transept. En 1868 le facteur Jean-Nicolas JEANPIERRE de Rambervillers (Vosges) réalisa un nettoyage et quelques modifications. Une boite expressive vient recouvrir le Récit, les pressions de vent sont augmentées et la tuyauterie réharmonisée. En 1920 le facteur Ernest-Théodore JACQUOT de Rambervillers rehaussa le diapason au ton moderne de 440 Hz. En juin 1940 l'orgue a souffert des bombardements, sans toutefois que les dommages ne soient irréparables. Il est démonté et transféré dans les ateliers de Rambervillers de la maison JACQUOT-LAVERGNE. Plutôt que de restaurer l’orgue ancien, JACQUOT-LAVERGNE reconstruit dans le buffet de 1851 un nouvel orgue néo-classique à transmission électro-pneumatique. En 1956, l’orgue reconstruit est enfin replacé dans la basilique. Malheureusement le travail réalisé est de piètre qualité. La sècheresse de l’été 1976 aura pratiquement raison de l’instrument… Quelques travaux de la maison GONZALEZ, successeur de JACQUOT-LAVERGNE, permettent à l’orgue de se maintenir quelques années encore. Le buffet est classé aux Monuments Historiques en 1980. Grâce au legs de Camille CROUE-FRIEDMAN la construction d'un nouvel instrument peut être envisagée. L’orgue est démonté en 1987. En 1993 et 1994 la maison de Théo HAERPFER de Boulay (Vosges) a reconstruit l’orgue actuel dans le buffet historique restauré. Les tuyaux de CUVILLIER encore présents n’ont pas été conservés. Il s’agissait d’un grand-orgue de 48 jeux sur quatre claviers et pédalier, à transmissions mécanique. La composition de l’orgue mêle les styles classiques et symphoniques. Toutefois, certains éléments de cet orgue neuf s’avèreront très vite défaillants. Après la décès de Théo HAERPFER en 1999, l’entretien est assuré par le facteur Jean-Baptiste GAUPILLAT de Noviant-aux- Prés (Meurthe-et-Moselle). En 2010 et 2011, toujours grâce aux fonds restant du legs de 1980, une restauration est confiée à la maison AUBERTIN de Courtefontaine (Jura). Les tuyaux de façade qui s’affaissaient sont restaurés, trois jeux nouveaux sont ajoutés, la pression des vents augmentée et l’harmonisation refaite par Michel GAILLARD. L’instrument maintenant digne de son magnifique buffet a été inauguré en mai 2011. Voir le site de Saint Nicolas en Lorraine.
Autres caractéristiques : 51 jeux - 4 claviers manuels de 56 notes et pédalier 30 notes Transmission mécanique des claviers et des jeux Accouplements : I/II à tiroir - III/II - IV/II -  IV/III Tirasses : II/P - III/P - IV/P Appels des anches : II - III - IV - P Annulation GO (Coupe vent) Diapason La = 440 Hz Tempérament quasi-égal
orgue, orgues, orgues à tuyaux, organ, orgel, organo, organy, varhany