Entrez dans le monde magique des orgues.
Page créée le 03/07/2020 Le grand-orgue Chrismann (1774) de l’abbatiale St Florian à St Florian (Autriche).
Orgues en France et dans le monde.
Pays : Autriche Région : Haute-Autriche Ville : St Florian Local : Abbatiale St Florian Grand-orgue Facteur : Chrismann Année : 1774
Passion, Découvertes, Partage....
Historique
Disposition
Carte
Cliquer
Photos
Autres caractéristiques : 103 jeux - 4 claviers manuels de 56 notes et pédalier 30 notes Transmission électrique des claviers et des jeux Accouplements : I/II - III/II - III/I - IV(a-b-c)/I-II-III Tirasses : I/P - II/P - III/P - IV(a-b-c)/P Combinateur 4x640 - séquenceur Gestion numérique Diapason : La = 440 Hz - Tempérament égal
L’abbaye de St Florian, située à St Florian près de Linz (Haute-Autriche), a été fondée en 1071 par l’évêque Altmann de Passau pour les chanoines de St Augustin, sur le lieu même où fut enterré St Florian en l’an 304. Ce qui en fait l’une des plus anciennes abbayes au monde encore en activité. L’ensemble des bâtiments conventuels ont été reconstruits entre 1686 et 1751. L’abbaye a une très longue tradition musicale et son chœur d’enfants (« Florianer Sängerknaben »), connu dans toute l’Europe, existe sans discontinuer depuis 1071… La construction de l’abbatiale actuelle a débuté en 1686 sous la direction de l’architecte Carlo Antonio Carlone. A sa mort en 1708, l’abbatiale et l’aile ouest du couvent étaient achevés. L’édifice comporte une grande nef avec deux bas-côtés et un chœur dans une abside terminée par un chevet à trois pans. La façade est entourée de deux tours surmontées de dômes et lanternons. Cette église dédiée à l’Assomption de Marie et à St Florian est de pur style baroque. Le célèbre compositeur Anton Bruckner qui y fut chanteur puis organiste de 1845 à 1855, repose sous une dalle à l’entrée de l’abbatiale, sous le grand-orgue. Il est probable que l’abbatiale ait possédé un orgue dès son achèvement vers 1715. Entre 1770 et 1774, le facteur Franz Xaver CHRISMANN, originaire de Branik (Slovénie) a construit un instrument de très grande taille dont nous admirons le buffet aujourd’hui. L’instrument comportait alors 59 jeux sur trois claviers manuels et pédalier. Entre 1836, le facteur Johann Georg FISCHER de Klosterneuburg (Basse-Autriche) est intervenu sur l’orgue, sans doute pour régler certains problèmes récurrents d’alimentation en vent. Entre 1845 et 1855, les claviers ont été tenus par Anton Bruckner. Entre 1871 et 1875, l’orgue a été remanié et agrandi par le facteur Matthäus MAURACHER de Salzbourg. Un tiers environ de la tuyauterie a été retiré et remplacé par des jeux romantiques. Un quatrième clavier a été ajouté. Sur les 78 jeux que comptait alors l’instrument, 30 étaient totalement d’origine et 22 totalement neufs. Les autres jeux étaient des jeux précédents modifiés. La façade du buffet a été surélevée pour recevoir des montres de 16 pieds. En 1932, l’instrument fut de nouveau reconstruit par les frères MAURACHER de Linz et la société DREHER & FLAMM de Salzbourg. Les sommiers ont été reconstruit à cônes, la transmission des claviers est restée mécanique et celle des jeux transformée en électropneumatique. Une nouvelle console a été construite par DREHER. L’orgue comptait 92 jeux sur quatre claviers et pédalier et était relié à l’orgue de chœur par une transmission électrique. C’est à cette date que cet ensemble colossal prit le nom d’« orgue Bruckner ». De 1943 à 1951, le facteur Wilhelm ZIKA d’Ottensheim (Haute-Autriche), puis installé après la guerre à St Florian, a effectué une restauration de l’orgue dans le sens d’un retour à l’orgue de CHRISMANN. Cette restauration a été effectuée sous la supervision de Josef Mertin, organiste et technicien-conseil, attaché à la conservation des orgues historiques. Les sommiers ont été reconstruits à registres. La transmission des jeux a été refaite en électromécanique ainsi qu’une nouvelle console équipée d’un combinateur. Les trois premiers claviers reprennent la disposition de CHRISMANN tandis que le quatrième clavier conservé a reçu de nouveaux jeux adaptés au répertoire moderne. L’orgue comptait alors 103 jeux. De 1992 à 1996, la maison KÖGLER Orgelbau de St Florian, successeur de la maison ZIKA, a effectué une nouvelle restauration majeure, visant à améliorer la partie mécanique et technique de l’orgue et en ne touchant que très peu au matériel sonore. La traction des claviers et des jeux est désormais électrique. Une console moderne équipée d’un combinateur et d’une gestion numérique de la registration a été construite. Trois jeux ont été reconstruits. Avec ses 7.386 tuyaux, c’est l’un des plus grands instruments d’Autriche. Cette restauration s’est faite sous les conseils du titulaire et compositeur Augustinus Franz Kropfreiter. L’orgue a retrouvé tout son lustre d’origine à l’occasion du centenaire de la mort d’Anton Bruckner en 1996.
Recherche… Recherche…
Haut de page Haut de page Recherche… Recherche… Photo : orgbase.nl La dalle du caveau d'Anton Bruckner sous la tribune
Sankt Florian Orgel
Diane Bish joue Bach, Purcell, Bruckner et Boëllmann