Orgues en France et dans le monde.

Retour France Alpha     Retour Départements     Retour tous pays                       Historique           Photos

Souvigny  (03)

Prieuré St Pierre & St Paul

Cliquot, 1783


Composition :

I. Positif II. Grand Orgue III. Récit  Pédale 
       
Flûte 8' Montre 8' Bourdon 8' Flûte 8'
Bourdon 8' Bourdon 8' Cornet IV Flûte 4'
Prestant 4' Prestant 4' Hautbois 8' Trompette 12'
Nazard 2 2/3' Quinte 2 2/3'   Clairon 6'
Doublette 2' Doublette 2'    
Tierce 1 3/5' Quarte 2'    
Plein-Jeu V Tierce 1 3/5'    
Trompette 8' Plein-Jeu VI    
Cromorne 8' Cornet V    
  Trompette 8'    
  Voix humaine 8'    
  Clairon 4'    

Autres caractéristiques :
28 jeux - 3 claviers manuels et pédale
Traction mécanique des claviers et des jeux
Étendue des claviers : GO/POS : C1-D1-D5 / REC : C3-D5
Étendue du pédalier : F0-G0-A2
Accouplement : POS/GO
Tremblant: doux, fort


Haut de page


Historique :



En raison de la destruction des archives du prieuré de Souvigny en 1793, aucune source historique n'atteste aujourd'hui des circonstances entourant la construction de l'orgue de l'église.

Ce n'est qu'en 1963, à la faveur d'un relevage partiel réalisé par Philippe Hartmann, que deux inscriptions originales sont découvertes dans les sommiers de la pédale et du positif: l'une d'elles indique que « cet orgue a été fait à neuf par François-Henri Clicquot, facteur d'orgue du Roy, en 1783 du règne de Louis 16 et du Trianat de Dom Lacroix, Prieur de Souvigny ».

Dès 1849, l'organologue Hamel note que l'instrument, intégralement conservé, figure parmi les plus remarquables de ceux conçus par Clicquot. Alexandre Dumas lui-même est sensible à son charme lors d'un voyage en 1834.

Tandis qu'un devis de relevage de la maison Merklin est écarté en 1880 en raison d'un prix trop élevé, c'est en 1887 que l'orgue subit une intervention qui, sans altérer son caractère ni son identité, est cependant significative: l'entreprise bordelaise Goydadin hausse le diapason d'un ton en coupant la tuyauterie, et installe une soufflerie à plis double réservoir.

Le parfait état de l'instrument est encore constaté en 1900 par Mutin et en 1935 par Bernard Gavoty.

Ce n'est qu'en 1960 que l'électricité intervient pour fournir le vent, et seulement en 1977 que la soufflerie cunéiforme initiale est reconstituée.

La maintenance générale est actuellement assurée par la manufacture Aubertin.

Parfait représentant de l'art français de la seconde moitié du XVIIIe siècle, l'orgue de Souvigny comprend 28 jeux répartis sur trois claviers et pédalier à la française, avec grand ravalement au fa, accordés selon un tempérament légèrement inégal, au diapason 440.



Haut de page


Photos :

Souvigny Prieuré 

Souvigny Prieuré


Haut de page    Retour France Alpha    Retour Départements    Retour tous pays