Entrez dans le monde magique des orgues. Page créée le 24/01/2011 L’orgue Tribuot (1702) de l’église St Martin de Seurre (71). Orgues en France et dans le monde. Pays : France Région :  Bourgogne Départ. : Côte-d’Or Ville : Seurre Local : Eglise St Martin Facteur : Tribuot Année : 1699 Passion,     Découvertes,     Partage.... Historique Disposition
Carte Cliquer Photos Cet instrument a été construit par le facteur parisien Julien TRIBUOT en 1698 et 1699 pour l’abbaye cistercienne de Maizières (Saône et Loire). Pendant la Révolution, l’abbaye fut fermée et en partie détruite. L’orgue fut heureusement démonté et vendu à l’église paroissiale de Seurre. Le facteur Bénigne BOILLOT de Dijon se chargea du remontage et effectua quelques légères modifications. En 1824, il y eut des travaux effectués par le facteur Louis CHAVAN de Lyon. En 1866, la maison VERSCHNEIDER de Puttelange (Moselle) effectue des modifications visant à moderniser l’orgue. Certains jeux sont supprimés et remplacés par de nouveaux jeux « à la mode ». En 1923, le facteur BOISSIER effectue un relevage de l’orgue. Le Clairon du grand-orgue passe au Positif à la place de la Voix Humaine et une Unda-Maris en zinc est placée au grand-orgue. En 1948, l’instrument est endommagé par une explosion sur un pont de la Saône. Il est réparé par la maison MERKLIN de Lyon. Plus tard, les facteurs Philippe HARTMANN, Jean DELOYE et Jean-François MUNO entretiennent du mieux qu’ils le peuvent le pauvre instrument. En 1985, il est enfin décidé d’une restauration complète de l’orgue, confiée au facteur Bernard AUBERTIN de Courtefontaine (Jura). Ce travail de longue haleine vise à restituer la disposition originale de l’orgue en récupérant et restaurant le matériel d’origine. Les tuyaux manquants sont reconstruits dans le style original. Le buffet est restauré, deux soufflets neufs cunéiformes sont construits ainsi que des sommiers pour la pédale. Les sommiers de grand-orgue et de Positif sont restaurés. La console est reconstruite d’après les vestiges de la console de TRIBUOT. Ce travail remarquable de restauration a été achevé en 1991. Sachant qu’environ 80% du matériel actuel remonte aux origines, on peut considérer que cet orgue ainsi restauré présente un caractère historique exceptionnel, témoin de la facture française de la fin du 17ème siècle. Autres caractéristiques : 25 jeux - 4 claviers manuels et pédalier Transmission mécanique des claviers et des jeux Accouplement : I/II à tiroir Diapason : La = 398 Hz Tempérament mésotonique modifié Tremblant fort