Entrez dans le monde magique des orgues.
Page créée le 03/09/2015 Le grand orgue Lépine (1752) de la cathédrale St Sacerdos de Sarlat (24).
Les derniers Les derniers Index par pays Index par pays A propos A propos Accueil Accueil Sources et liens Sources et liens Facteurs d’orgues Facteurs d’orgues Contact Contact
Orgues en France et dans le monde.
Pays : France Région :  Aquitaine Départ. : Dordogne Ville : Sarlat Local : Cathédrale St Sacerdos Facteur : Lépine Année : 1752
Passion,     Découvertes,     Partage....
Historique
Disposition
Carte
Cliquer
Haut de page Haut de page Retour France alpha Retour France alpha
Photos
Retour France Dept. Retour France Dept.
L’évêché de Sarlat fut fondé en 1317, après la victoire des troupes royales sur les albigeois. Le diocèse fut implanté dans l’abbaye bénédictine de Saint Sacerdos dont l’abbé devint le premier évêque. L’abbatiale fut érigée en cathédrale. Elle avait été construite au début du 12ème siècle sur les ruines d’un temple romain dont subsistait encore le porche jusqu’en 1706. La cathédrale fut reconstruite dans le style gothique avec une grande nef et deux collatéraux, à partir de 1504. En raison du manque d’argent et des troubles de l’époque, les travaux durèrent en longueur. Les voutes ne seront construites que dans les années 1680. Le beffroi en forme de bulbe date du 18ème siècle. Le diocèse de Sarlat fut supprimé à la révolution puis rattaché au diocèse de Périgueux en 1801. La cathédrale est aujourd’hui co-cathédrale du diocèse de Périgueux-Sarlat. Elle a été restaurée au début des années 2000. L’orgue fut commandé en 1749 au facteur toulousain François PICARD de LESPINE. Mais les travaux furent réalisés par son jeune fils Jean-François LÉPINE, seulement âgé de 17 ans et élève du célèbre facteur Dom BEDOS de CELLES. La tuyauterie fut sous-traitée au facteur Antoine GUILLAIN DUPONT originaire d’Arras (Pas-de-Calais). L’orgue achevé en octobre 1752 fut reçu par Dom BEDOS de CELLES, avec tous ses compliments. Le buffet remarquable à deux corps est posé en nid d’hirondelle sur un imposant piédouche en bois massif sculpté. Il est possible qu’un relevage ait été effectué par François Henri CLICQUOT en 1770, ce qui expliquerait que ce soit à lui que l’on a longtemps attribué la construction de cet instrument (Cf l’arrêté de classement de 1952). De 1847 à 1850, le facteur Philibert BESSODÈS d’Albi a restauré l’instrument. La disposition a été réduite à trois claviers et légèrement modifiée. Le Récit a reçu une boite expressive et la soufflerie a été remplacée. Le diapason a été monté à 440 Hz. En 1932, le facteur parisien Claude HERMELIN effectua un relevage et quelques modifications. En avril 1952, la partie instrumentale de l’orgue est classée aux Monuments Historiques (l’orgue y est attribué à F.H CLICQUOT...) De 1962 à 1964, la maison HAERPFER-ERMAN de Boulay (Moselle) a restauré l’instrument. La disposition originale sur quatre claviers a été restituée, sans que l’on puisse parler d’une restauration historique. Les travaux firent d’ailleurs polémique. L’instrument restauré fut inauguré par Marie-Claire ALAIN en juillet 1964. Le buffet a été classé aux monuments historiques en 1976. Entre 2001 et 2005, l’instrument a été entièrement démonté et restauré dans les ateliers de Bertrand CATTIAUX à Liourdres en Corrèze. Le buffet et les sculptures sont restaurés dans l’atelier FERIGNAC de Hautefort (Dordogne). Cette restauration majeure revient à la disposition originale sur quatre claviers. Le diapason est ramené à 398 Hz, le sommier principal est restauré, la soufflerie à trois soufflets cunéiformes est reconstruite à neuf, la mécanique des claviers et des jeux et la console sont restaurées et en partie reconstruites, l’ensemble du matériel sonore est révisé et harmonisé. L’instrument magnifiquement restauré a été inauguré par Michel Bouvard (St Sernin de Toulouse) en mai 2005. Cet orgue mérite le plus grand intérêt dans la mesure où avec 80% du matériel sonore et le buffet d’origine, il est l’un des mieux préservés de ce grand facteur que fut Jean-François LÉPINE. Merci infiniment à Bernard PODEVIN, titulaire, pour sa communication.
Autres caractéristiques : 36 jeux - 4 claviers manuels et pédalier à la française Transmission mécanique des claviers et des jeux Au Positif et au Grand-orgue : Ravalement au LA0 joué sur le C# A la pédale : Fonds = C,A0,D-d''' soit 27 notes / Anches = F0,G0-d''' soit 33 notes Accouplement : I/II à tiroir Tremblant doux et tremblant fort Diapason : La = 398 Hz Tempérament inégal de Corette modifié à 5 tierces presque pures
orgue, orgues, orgues à tuyaux, organ, orgel, organo, organy, varhany