Orgues en France et dans le monde.

Retour France Alpha     Retour Départements     Retour tous pays                                                         Historique                Photos

Rouen  (76)

Abbatiale St Ouen


Cavaillé-Coll, 1890



Composition :

II. Grand-Orgue I. Positif III. Récit expressif IV. Bombarde  Pédale 
         
Montre 16' Montre 8' Quintaton 16' Grosse Flûte 8' Soubasse 32'
Bourdon 16' Bourdon 8' Corno dolce 16' Flûte 4' Contre-basse 16'
Violon-basse 16' Gambe 8' Diapason 8' Doublette 2' Soubasse 16'
Montre 8' Unda maris 8' Cor de nuit 8' Fourniture V Basse 8'
Diapason 8' Dulciane 4' Flûte traversière 8' Cornet 16' (c1) V Violoncelle 8'
Bourdon 8' Flûte douce 4' Viole de gambe 8' Bombarde 16' Bourdon 8'
Flûte harmonique 8' Doublette 2' Voix céleste 8' Contre-Basson 16' Flûte 4'
Salicional 8' Plein-Jeu V Voix éolienne 8' Trompette 8' Contre-bombarde 32'
Prestant 4' Cor anglais 16' Flûte octaviante 4' Clairon 4' Bombarde 16'
Trompette en chamade 8' Trompette 8' Viole d'amour 4'   Basson 16'
Clairon en chamade 4' Cromorne 8' Quinte 2 2/3'   Trompette 8'
  Clairon 4' Octavin 2'   Clairon 4'
    Carillon I-III    
    Cornet (c1) V    
    Tuba Magna 16'    
    Trompette harmonique 8'    
    Clarinette 8'    
    Basson-Hautbois 8'    
    Voix humaine 8'    
    Clairon harmonique 4'    
    Tremolo     

Autres caractéristiques :

64 jeux- 4 claviers manuels et pédalier
Traction pneumatique/mécanique des claviers
Traction mécanique des jeux
Étendue des claviers  : 56 notes
Étendue du pédalier  : 30 notes
Traction pneumatique des claviers avec la présence de machines Barker à l’exception du Positif (mécanique directe) /
Tirage mécanique des jeux sauf pour la batterie d’anches du clavier de bombarde appelée globalement par une cuillère (système pneumatique) /
Accouplements  : BOM/GO 8; REC/GO 16,8 ; POS/GO 8; GO 16 ; REC/POS sur REC; BOM/REC, REC 16,4
Tirasses : POS/PED, GO/PED, REC/PED
Appel d’anches  : POS, BOM, PED
 
Haut de page


Historique :


L’abbaye Saint-Ouen possédait déjà un orgue au 16e siècle qui fut détruit par le Huguenots en 1562.

En 1630, un instrument neuf est construit par Crespin Carlier sur un plan fourni par Titelouze. C’est un grand huit pieds à deux claviers de 48 notes et pédale indépendante de 28 marches. Cet orgue est remanié et augmenté vingt ans plus tard par Thomas Morlet; un positif de dos est ajouté et le grand corps passe d’un huit pieds à trois tourelles à un grand seize pieds à cinq tourelles.

Après l’ouragan de 1683, l’orgue est remis en état par Jean Brocard et Jacques Cherel. Charles Lefebvre y travaille en 1724. D’autres importants travaux sont effectués par Nicolas Collar en 1733.

En 1741, l’orgue est démonté par Jean-Baptiste Martin Lefebvre « pour obvier au dommage et à la perte considérable que causeraient à leur orgue les blés et autres grains que l’on doit reposer dans leur église… » On ne sait pas à quelle date il fut remonté.

En juillet 1803, on déclare qu’il ne reste « que la montre, encore quelques tuyaux y manquent, tous les jeux de l’intérieur, mouvements, sommiers, conduits ont été démontés, brisés et enlevés, il ne reste absolument rien dans le buffet ». L’orgue est reconstruit à cette époque avec du matériel provenant des instruments de Saint-Godard, de Saint-Vigor et de Saint-Jean. D’importants travaux sont entrepris de 1823 à 1838 par Pierre-François puis Paul-Louis Dallery.

Appelé en 1851 à vérifier l’instrument Aristide Cavailllé-Coll le classait parmi les plus grands instruments de France.
L’orgue comprenant alors 50 jeux sur 5 claviers manuels et pédale.

De 1851 à 1882, réparations et modifications se succédèrent : installation d’une nouvelle soufflerie, suppression du clavier d’écho et installation d’un récit expressif.

En 1888, « une restauration foncière et complète de toute la partie mécanique et instrumentale » est confiée à Aristide Cavaillé-Coll.
C’est une totale reconstruction que le célèbre facteur effectuera, ne conservant que les jeux anciens qui étaient en parfait état (environ 20 jeux). Inauguré le 17 avril 1890 par Charles-Marie-Widor, cet orgue somptueux (à la « Michel-Ange », comme le déclara l’organiste de Saint-Sulpice) est encore aujourd’hui pratiquement intact malgré les relevages de 1941 (Debierre-Gloton) et de 1955 (Beuchet-Debierre).

Le buffet a été classé « Monument Historique » le 5 février 1970 alors que la partie instrumentale l’a été le 20 octobre 1976.

Cet instrument est le dernier chef-d’œuvre issu d’une longue série d’orgues qui avait commencé en 1840 avec l’orgue de la Basilique Saint-Denis.
Non seulement Cavaillé-Coll a-t-il ici conservé le Positif de dos, riche de douze jeux, mais il a adopté un certain nombre de dispositions remarquables pour remplir l’immense église, aussi vaste que Notre-Dame de Paris à quelques mètres près.

Le clavier du Récit, le plus grand jamais construit par le facteur, est ici un orgue à lui tout seul puisqu’il comprend vingt jeux.
Au clavier principal (Grand-Orgue), on remarque deux jeux d’anches placés horizontalement en chamade, à la base de la montre.
Une telle facilité d’expansion du son, mêlée aux qualités d’harmonisation, fait que cet ensemble sonne admirablement.

Cet orgue est l’un des plus admirables de Cavaillé-Coll, l’un des plus beaux de la période symphonique.

Michel Chapuis improvise sur le choral de JS Bach "Valet will ich dir geben" : http://youtu.be/J70-Kbvf_9A

Haut de page


Photos :

Rouen Abbatiale St Ouen
        
Rouen Abbatiale St Ouen


Haut de page    Retour France Alpha     Retour Départements     Retour tous pays