Entrez dans le monde magique des orgues.    Page créée le 07/11/2012   L’orgue Sauer (1938) de l’église Notre-Dame de Rostock (D) Orgues en France et dans le monde. Passion,     Découvertes,     Partage.... Historique
Carte Photos Cliquer Disposition Pays : Allemagne Province :  Mecklembourg- Poméranie-occidentale Ville : Rostock Local : Eglise Notre-Dame Marienkirche Facteur : Sauer Année : 1938 Autres caractéristiques : 83 jeux - 4 claviers manuels de 54 notes et pédalier 30 notes Transmission électropneumatique des claviers et des jeux Transmission électromécanique pour le Récit et la petite pédale Accouplements : I/II - III/II - IV/II - IV/I - IV/III - I.Pos.Cour./III Tirasses : I/P - II/P - III/P - IV/P 4 combinaisons libres Appel des anches Appel Plenum - Appel Tutti Crescendo Reportage de Marcus Baumann sur l’orgue Sauer JS Bach Toccata & Fugue Rém Extrait sur le site de l’orgue Voir le site de l’orgue La grande église Notre-Dame fut construite en brique de style gothique à la fin du 13ème siècle, agrandie et achevée à la fin du 14ème. Depuis 1531, l’église est le siège de l’église luthérienne du Mecklembourg. Son horloge astronomique datant de 1472 est fort célèbre. Un premier orgue y fut placé en 1596 par le facteur Henrich GLOVATZ de Rostock. Le grand-orgue actuel possède une façade monumentale et impressionnante. Celle-ci remonte à l’orgue construit en 1770 par un facteur local du nom de Paul SCHMIDT. Il avait alors 62 jeux sur quatre claviers et pédalier. De nombreux dysfonctionnements apparurent, notamment dans l’alimentation en vent. De 1791 à 1793, l’instrument fut donc reconstruit par le facteur Ernst MARX de Berlin, avec une disposition comparable à celle de SCHMIDT. Tous les sommiers furent remplacés. Au 19ème siècle plusieurs interventions eurent lieu pour modifier l’alimentation en vent et l’harmonisation. Vers 1900, le facteur Carl BÖRGER de Rostock a restauré l’orgue et ajouté une division de récit expressif sur un sommier pneumatique et a agrandi la pédale avec un sommier pneumatique (petite pédale). En 1917, comme beaucoup d’orgues européens, l’instrument s’est vu privé de tous ses tuyaux de façade, réquisitionnés pour les besoins de l’armée allemande. Beaucoup de tuyaux d’origine furent perdus. En 1919, un projet de reconstruction d’un orgue neuf de 100 jeux proposé par SAUER de Francfort sur Oder ne fut pas retenu. En 1928, des tuyaux factices de façade en bois furent posés. En 1938, la maison SAUER, alors dirigée par Oscar WALCKER a reconstruit entièrement ce grand-orgue dans le buffet historique, conservant les sommiers et une trentaine de jeux originaux. La transmission a été reconstruite en électro-pneumatique, ce qui permit de placer la console dans l’angle sud de la tribune, l’organiste pouvant enfin entendre le jeu de son orgue… La disposition du nouvel orgue fut élaborée avec Fritz HEITMANN, organiste de la cathédrale de Berlin. Cette disposition préserva le caractère baroque de l’instrument original tout en y rajoutant les jeux nécessaires à l’interprétation des répertoires romantiques et contemporains. En 1983, la maison SAUER a restauré l’orgue et a remplacé notamment les tuyaux en bois attaqués par les vrillettes, ainsi que les commandes pneumatiques des sommiers. Les sommiers à cônes de 1900 ont été remplacés par des sommiers à gravures et transmission électromécanique. Les anches du Récit (Fagott 16’, Trompette 8’ et Trompette 4’) ainsi que le Stillposaune 16' de la pédale ont été remplacés par des jeux neufs de la maison Giesecke. La Trompette 4’ du Récit a été remplacée par un Hautbois 8’. A l’exception du Positif de Couronne, toutes les divisions sont partagées en deux sommiers disposés symétriquement dans la partie gauche et la partie droite du buffet. En 2007, l’instrument a fait l’objet d’un relevage. A noter que l’église possède également deux petits orgues de la maison SCHUCKE.