Orgues en France et dans le monde.

Retour Danemark       Retour tous pays                                                         Historique               Photos

Roskilde  (DK)

DomKirke

Raphaelis, 1554


Composition :

I. Positif de dos II. Grand-orgue III. Positif Pédale
       
Principal 4' Bordun 16' Gedact 8' Principal 16'
Gedact 8' Principal 8' Gedactflöjt 4' Octava 8'
Gedact 4' Spitzflöjt 8' Octava 2' Gedact 8'
Octava 2' Octava 4' Waltflöjt 2' Octava 4'
Sesquialt II Rohrflöjt 4' Sedecima 1' Mixtur IV 2'
Salicional 2' Nassath 3' Regal 8' Posaun 16'
Sedecima 1' Super Octava 2' Geigen Regal 4' Trompet 8'
Mixtur III 2/3' Mixtur IV-V 1 1/3'   Schalmej 4' 
Hoboy 8' Trompet 8'    

Autres caractéristiques :
33 jeux - 3 claviers manuels de 49 notes et pédalier 25 notes - 1504 tuyaux
Transmission mécanique des claviers et des jeux
Accouplements : I/II - III/II
Tirasses : I/P - II/P
Tremblant Positif de dos et pédale
Carillon
Diapason : La = 432 Hz 16°C


Haut de page



Historique :


Cette magnifique cathédrale, bâtie entre 1170 et 1200, de style gothique, abrite les tombeaux de nombreux rois et reines du Danemark.

Il y est fait mention d'un orgue dès 1464.

L'instrument actuel remonte à 1554, date à laquelle le facteur Hermann RAPHAELIS construit un instrument neuf, dont il reste aujourd'hui le positif.

En 1612, l'orgue fut restauré par Nicolaus MAAS.

En 1654, l'orgue est reconstruit. Bien des interrogations subsistent sur le facteur qui réalisa les travaux. Peut-être Johan LORENTZ (mort en 1650), Gregor MULISCH, ouvrier de LORENTZ, Peter BOTZ de Viborg? La façade actuelle date de cette époque. L'orgue comptait alors 27 jeux sur 3 claviers et pédalier.

En 1691 ou 1692, il y eut des travaux et des transformations. La soufflerie est modifiée.

En 1833, l'orgue est entièrement restauré par le facteur MARCUSSEN & REUTER.

En 1877, une nouvelle restauration est effectuée par A.H BUSCH & Fils.

En 1926, l'orgue est restauré et agrandi de 37 à 56 jeux par le facteur FROBENIUS, sur les recommandations de Ernst SCHIESSER et d'Albert SCHWEITZER. La transmission devient pneumatique, une novelle console est installée.

En 1952, une reconstruction s'impose devant la dégradation de la structure de l'orgue. Cette reconstruction est l'œuvre du facteur FROBENIUS entre 1952 et 1957. La structure de l'orgue est renforcée par des châssis métalliques. La traction redevient mécanique et le nombre des jeux réduits.

A partir de 1986, des études historique sont menées pour rétablir l'instrument dans son état d'avant 1833, tant au niveau du buffet et de sa décoration que de l'ensemble du matériel sonore.

Le facteur MARCUSSEN a assuré la restauration de l'orgue, en rénovant les anciens tuyaux et les remettant à leur emplacement d'origine. La composition des mixtures a pu être reconstituée. Le positif de dos retrouve ses dimensions d'origine. Le positif intérieur est reconstruit dans sa forme originale. Le diapason d'origine est retrouvé à 432 Hz d'après deux tuyaux de façade préservés de l'époque.

Ce travail remarquable, réalisé entre 1988 et 1991 permet à cet instrument de retrouver toute sa splendeur historique

Haut de page


Photos :

Roskilde Domkirke Raphaelis orglet

Roskilde Domkirke Raphaelis orglet    Roskilde Domkirke Raphaelis orglet    Roskilde Domkirke Raphaelis orglet


Haut de page    Retour Danemark    Retour tous pays