Entrez dans le monde magique des orgues.
Page créée le 21/02/2021 L’orgue de l’épitre Morettini (1886) de la basilique St Jean de Latran de Rome (Italie).
Orgues en France et dans le monde.
Pays : Italie Région : Latium Ville : Rome Local : Basilica San Giovanni in Laterano Orgue de l’épitre Facteur : Morettini Année : 1886
Passion, Découvertes, Partage....
Historique
Disposition
Carte
Cliquer
Photos
Autres caractéristiques : 46 jeux - 3 claviers manuels de 56 notes et pédalier 30 notes Transmission mécanique des claviers et des jeux Machine Barker Accouplements : II/I - III/I - III/II Tirasses : I/P - II/P - III/P Pédales de combinaisons par clavier Diapason : La = 440 Hz - Tempérament égal
Consulter l’historique de la basilique sur la page de l’orgue BIAGI (1599). En 1843, un premier orgue de chœur a été construit par le facteur Filippo et son fils Girolamo PRIORI de Rome. Il comportait 21 jeux et était placé dans le transept droit (épitre), juste auprès de l’abside, sur une plate-forme mobile. En 1857, la basilique a fait l’acquisition d’un deuxième orgue de chœur. Cet instrument construit quelques années plus tôt par Enrico PRIORI, autre fils de Filippo, provenait de l’église Santa Maria in Publicolis de Rome. Il a été placé symétriquement par rapport à l’orgue de l’épitre, sur une plate-forme mobile. Cet orgue fut quelque peu modifié, sans doute du point de vue tonal, pour pouvoir être joué simultanément avec l’orgue de l’épitre. En 1885, après la construction du nouveau chœur par le recul de l’abside, la décision fut prise de construire deux orgues neufs dans les tribunes latérales de ce chœur, au-dessus des stalles. Le contrat fut passé avec le facteur Nicola MORETTINI de Pérouse (Ombrie – Italie). Les deux orgues furent conçus sur un projet de l’organiste de la basilique, qui souhaitait des instruments de style symphonique français, sur le modèle de l’orgue que Joseph MERKLIN venait de réaliser en 1881 pour l’église romaine St Louis des Français. L’orgue de l’épitre (côté droit) est le plus important et fait office de grand-orgue pour la basilique. Il comporte 46 jeux sur trois claviers et pédalier. Les sommiers sont à cônes mais la transmission est mécanique avec l’aide d’une machine Barker. L’alimentation en air se fait à pression unique de 95mm. La console est adossée au buffet et s’inspire des consoles de CAVAILLÉ- COLL. Les tirants de jeux de fonds sont disposés à gauche et ceux des jeux de combinaisons à droite. Ces jeux de combinaisons sont appelés une fois sélectionnés par des pédales, une par division. Le buffet s’arrête à l’embase des tuyaux apparents qui forment la façade. Une frise richement sculptée et dorée marque le haut du buffet. L’orgue est entièrement contenu dans la chambre formée dans l’arcade entre le chœur et la contre-allée. Dans les années 1960, un projet a été formé de restaurer et de réaliser une union par traction électrique de l’orgue BIAGI et des deux orgues MORETTINI du chœur. Fort heureusement, ce projet n’a pas eu de suite. Cet orgue n’a pas subi de modifications et a été régulièrement entretenu. L’orgue a été restauré en 1995 par le facteur FORMENTELLI, à la suite des dégâts occasionnés par les attentats de juillet 1993.
Recherche… Recherche…
Haut de page Haut de page Recherche… Recherche…
Voir :
L'orgue de l'épitre à droite, l'orgue de l'évangile à gauche Photo : E. Seyer Concert de Francesco Filidei