Entrez dans le monde magique des orgues. Page créée le 12/04/2014 L’orgue Silbermann (1731) de l’église paroissiale de Reinhardtsgrimma (D). Orgues en France et dans le monde. Pays : Allemagne Région :  Saxe Ville : Reinhardtsgrimma (Glashütte) Local : Dorfkirche Eglise paroissiale Facteur : Silbermann G. Année : 1731 Passion,     Découvertes,     Partage.... Historique Disposition
Carte Cliquer Photos Grand-orgue de la Cathédrale Notre-Dame de Paris Voir la traduction des jeux d'orgue allemands. Cette très ancienne église remonte à l’an 1200, année de sa construction en style roman. Vers 1550, l’édifice a été reconstruit et agrandi en style gothique. En 1742, la nef a été restaurée dans le style baroque, avec des galeries latérales. L’autel en grès date de 1601 et la chaire de 1672. La chaire a été restaurée en 1985 et l’édifice a été également entièrement restauré en plusieurs phases, entre 2001 et 2008. L’église possédait un orgue au 17ème siècle, placé dans le chœur. En 1725, Gottfried SILBERMANN de Freiberg fut contacté pour restaurer cet instrument par Mme Christiane Eleonore von Trettau. En 1729, un contrat fut passé pour la construction d’un orgue neuf de 20 jeux sur deux claviers et pédalier. Le 6 janvier 1731, jour de l’Epiphanie, l’instrument fut inauguré par l’organiste de l’église Ste Croix de Dresde, Emanuel Behnisch. En 1776, le facteur Adam Gottfried OEHME, ancien compagnon de SILBERMANN, a effectué des travaux de réparation et d’entretien. En 1810, divers travaux ont été effectués et notamment la modification de l’alimentation en vent des tuyaux de façade par des canaux en bois. En 1852, Carl Traugott STÖCKEL de Dresde, ancien ouvrier de JEHMLICH, a effectué une restauration de l’orgue. Une tirasse du grand-orgue a été ajoutée et les canaux d’alimentation de 1810 à nouveau remplacés par des canaux en métal. Une grande partie de la tuyauterie, la mécanique et les sommiers ont été restaurés. Le pédalier a été reconstruit et les soufflets cunéiformes en mauvais état ont été remplacés par des soufflets neufs. En 1909, un Salicional 8’ à transmission pneumatique a été rajouté sur un sommier séparé. En 1940, la maison JEHMLICH de Dresde, en charge de l’entretien depuis 1935, a effectué un relevage de l’instrument. Le buffet a été traité. La Dolce 8’ a été restaurée et un accord général réalisé. En 1953, la pression des vents a été abaissée de 90 à 70 mm, modifiant ainsi l’harmonisation. En 1997, l’atelier WEGSCHEIDER de Dresde a effectué une importante restauration, visant à rétablir l’état original de l’orgue, et ce grâce à la participation financière de Mr Hubert HOFER et avec les conseils de l’expert Mr HODICK. Des soufflets neufs cunéiformes ont été reconstruits au modèle de l’orgue de Crostau, avec un nouveau moteur électrique, et tout en conservant la commande manuelle de la soufflerie. Les sommiers ont été restaurés dans l’atelier de Dresde. Le plus important travail a été la restauration de la tuyauterie, modifiée à plusieurs reprises et notamment en 1953 lors de l’abaissement de la pression des vents. Un retour à la pression initiale de 94 mm, avec un accord à 467 Hz et un tempérament inégal a été décidé. Ce qui a nécessité une reprise de chaque tuyau, suivant les spécifications laissées par STÖCKEL en 1852 et suivant le modèle des autres instruments SILBERMANN. Cette restauration exemplaire a permis de retrouver le caractère original de l’orgue. Les sonorités si particulières de SILBERMANN s’y retrouvent remarquablement : douceur des jeux flûtés, brillance des Mixtures, chaleur des anches résonnent de façon merveilleuse dans la petite église. Helmut WALCHA était un inconditionnel de cet instrument, de même qu’Herbert COLLUM, organiste de Ste Croix de Dresde jusqu’à sa mort en 1982 et qui en parlait comme d’un « petit miracle de la facture d’orgue » !! Autres caractéristiques : 20 jeux - 2 claviers manuels de 48 notes et pédalier 24 notes Transmission mécanique des claviers et des jeux Accouplement : II/I à tiroir Tirasse : I/P (1853) Tremulant Voir la page des orgues de G. Silbermann