Entrez dans le monde magique des orgues.
 Page créée le 01/12/2017   Orgue Danion-Gonzalez (1958) de l’église de Prats- de-Molle-La-Preste (66).
Orgues en France et dans le monde.
Pays : France Région :  Languedoc-Roussillon Départ. : Pyrénées-Orientales Ville : Prats-de-Mollo-La Preste Local : Eglise Stes Juste & Ruffine Facteur : Danion-Gonzalez Année : 1958
Passion,     Découvertes,     Partage....
Historique
Disposition
Carte
Cliquer
Haut de page Haut de page Retour France alpha Retour France alpha
Photos
Retour Région Retour Région
Autres caractéristiques : 28 jeux - 3 claviers manuels de 54 notes et pédalier 30 notes Transmission mécanique des claviers et des jeux Accouplements : I/II - III/II Tirasses : I/P - II/P
Par décret du 5 Juin 1956, le nom de "La Preste" a été accolé à celui de "Prats-de-Mollo", dont elle était un hameau éloigné, consécration officielle de l'importance prise par la petite station thermale. Les deux agglomérations, très indépendantes, sont reliées par les huit kilomètres d'une route très agréable qui remonte la haute vallée du Tech, dite Vallée du Vallespir. Une route récente, (Nationale 115 en France) relie Prats-de-Mollo à Camprodon, en Espagne, par le Col d'Arès. Dans un site sauvage, à 1.130 mètres d'altitude, La Preste est une station hydrominérale réputée. Les eaux, d'une puissante radioactivité, sont utilisées dans le traitement de la colibacillose et des affections des voies urinaires. La petite ville de Prats-de-Mollo, bâtie en amphithéâtre au-dessus du Tech, à l'altitude de 740 mètres, est une vieille cité fortifiée, très pittoresque, de caractère nettement espagnol. On distingue la ville-basse, que domine l'église des Saintes Juste et Ruffine, et la ville-haute, dominée par les fortifications réalisées par Vauban, à la demande expresse de Louis XIV, qui voulait protéger cette cité des assauts des Espagnols. Il existait à l’emplacement de l’église actuelle une grande chapelle édifiée au 9ème siècle et déjà dédiée aux saintes Juste et Raffine, deux saintes espagnoles de Séville. Au 13ème siècle, une église romane a remplacé l’ancienne chapelle. Elle fut consacrée en 1245. Au 15ème siècle, la chapelle du « Pietat » ou de la Piéta a été édifiée à l’angle nord-ouest de l’édifice. L’édifice a été reconstruit au 17ème, dans le style gothique tardif catalan. Les travaux furent achevés en 1648. Le clocher-tour carré de style roman du 13ème siècle a été conservé, au milieu de la façade nord. Devant la façade occidentale de l'église, on peut admirer un vieux portail aux belles ferrures du 13ème siècle. Un curieux ex-voto est fiché dans le mur extérieur, à droite : c'est une côte de baleine mesurant plus de 2 mètres. Le retable du maître-autel, œuvre du sculpteur catalan Lluìs Generes en 1696 est tout-à-fait remarquable : en bois doré, magnifiquement sculpté, il représente des scènes de la vie des Saintes Juste et Ruffine, patronnes de la cité. Dans la Chapelle qui fait face à la porte d'entrée, se trouve la statue de Notre-Dame-du-Coral. D'autres retables intéressants du même Lluìs Generes se trouvent dans les chapelles latérales : chapelle du Rosaire, de Saint François-Xavier, de Saint-Antoine- de-Padoue, chapelle de Saint-Pierre, Saint-Paul, Saint-Etienne et Saint-Laurent. La cuve baptismale provient de l'église primitive du 9ème siècle. L’église est classée aux Monuments Historiques depuis 1921. En 1724, un orgue est construit par le Frère Pascal CERVELLO, religieux du Couvent de Perpignan, dans le très beau buffet de style catalan réalisé par Salvador Quinta, ébéniste de Barcelone, buffet que l’on admire toujours aujourd’hui. En 1793, les Révolutionnaires saccagent l'église, détruisent de nombreux objets de culte et brisent les statues. L'orgue est hors d'usage, mais le buffet a résisté. En 1842 et 1843, le facteur Honoré GRINDA, facteur originaire de Nice puis installé avec son frère Antoine en région catalane vers 1815, reconstruisit l’orgue dans le vieux buffet de Salvador Quinta. Honoré GRINDA décéda à Prats-de-Mollo en juin 1843 et les travaux furent achevés par son contremaître Raymond RIQUÉ. En 1932, au cours d'un très violent orage, la foudre s'abat sur l'orgue, détruisant de nombreux tuyaux, les mécanismes de l'instrument et une partie des claviers. Mais le buffet est de nouveau épargné… En 1933, l’orgue a été classé dans sa totalité aux Monuments Historiques. En 1957 et 1958, le facteur Georges DANION (Maison DANION-GONZALEZ) de Chatillon-sous-Bagneux (Paris), construisit le nouvel orgue actuel dans le buffet de Salvador Quinta. Il s’agit d’un orgue de facture classique à transmissions mécaniques. En 1975, le facteur Yves CABOURDIN alors installé à Antibes (Alpes-Maritimes), assure un relevage de l'instrument (réglage de la mécanique et accord général). En 1982, la Manufacture DANION-GONZALEZ de Rambervillers (Vosges) effectue un nouveau relevage de l'orgue. En 2016, le facteur Charles SARELOT (Manufacture Languedocienne des Grandes Orgues) de Lodève (Hérault), successeur de Georges DANION, a effectué une restauration de l’instrument. D’après la communication très documentée de Jean-Alain Ripoche.
Photo : Tripadvisor Photo : Tripadvisor Photo : Arnold Jongepier Photo : Ministère de la Culture Photo : PMR Maeyaert
orgue, orgues, orgues à tuyaux, organ, orgel, organo, organy, varhany