Entrez dans le monde magique des orgues.    Page créée le 12/05/2012     L’orgue Weltzel & Katzer (1736) de l’église de la Nativité  (Loreta) de Prague (Cz) Orgues en France et dans le monde. Passion,     Découvertes,     Partage.... Historique
Carte Photos Cliquer Disposition Pays : République Tchèque Province :  Prague Ville : Prague (Praha) Local : Loreta Kostel Narození Páně Facteur : Weltzel & Katzer Année : 1736 L’église de la Nativité fait partie du sanctuaire marial de Lorette, situé dans le quartier du Château. Ce sanctuaire a été édifié de 1626 à 1631 au modèle de Loreto en Italie avec la Maison de la Vierge (Santa Casa). Le célèbre carillon du sanctuaire égrène toutes les heures depuis le 15 août 1695. Au début de 18ème siècle, la famille d’architectes praguois Dientzenhofer a construit dans le style rococo l’église de la Nativité, qui est le deuxième lieu de culte principal du sanctuaire avec la Maison de la Vierge. La première présence d’un instrument dans ce sanctuaire remonte à 1648 où il est fait mention de deux positifs dans l’ancienne chapelle. En 1718, un orgue fut construit dans l’église de la Nativité par Léopold SPIEGEL, facteur allemand installé à Prague. Ce facteur était alors réputé mais malheureusement il ne reste que très peu de ses réalisations. En 1736, l’orgue qui ne donnait pas satisfaction fut reconstruit par le facteur Jana Bohumíra HALBICHA (ou HELWIGA) de KRÁLÍK. Ce dernier étant décédé pendant les travaux, l’orgue fut achevé par les facteurs Kaspar WELTZEL et Franz KATZER, de KRÁLÍK également. Cette ville de KRÁLÍK a été le berceau de nombreux facteurs, si bien qu’on a pu parler d’une « Ecole de KRÁLÍK ». Le buffet de l’orgue de 1736 est typique de cette facture. De plus la disposition de l’instrument et notamment la répartition des jeux et des tuyaux entre les deux buffets est absolument unique. Dans le buffet de gauche, on trouve les aigus des manuels et dans celui de droite les basses. La pédale est répartie entre les deux buffets. La majorité des tuyaux est en étain, à l’exception des 36 tuyaux de la Soubasse 16’ et de l’Octavbass 8’ de la pédale ainsi que le 1er Do du Principalbass de la pédale et du Principal du grand-orgue. A noter aussi la 1ère octave brisée, qui permettait d’utiliser moins de gros tuyaux, couteux, et peu utilisés dans la littérature d’orgue du 18ème.  L’instrument a été modifié et quelque peu altéré au cours des décennies. En 1974, une extension a été réalisée par la maison IGRA de Prague : un sommier pneumatique a été rajouté derrière le buffet de droite avec des jeux neufs, dissimulé derrière un écran en bois…Les mixtures de 1736 ont été modifiées. De 1989 à 1992, une restauration majeure fut confiée au facteur Vladimír ŚLAJCH. Les buffets ont été restaurés et traités et la magnifique console a retrouvé tout son lustre. La disposition historique a été rétablie avec la quasi-totalité du matériel sonore original (à l’exception de la Viole de Gambe plus tardive conservée au Positif). Les ajouts de 1960 ont bien évidemment disparu. L’orgue qui a retrouvé son éclat historique est utilisé, en plus de la liturgie, pour de nombreux récitals et enregistrements. Autres caractéristiques : 18 jeux - 2 claviers manuels de 47 notes et pédalier 18 notes Transmission mécanique des claviers et des jeux Accouplement : II/I à tiroir Diapason : La= 440 Hz - Tempérament Werckmeister III
varhan Ceská republika