Entrez dans le monde magique des orgues. Page créée le 03/02/2015 L’orgue Gonzalez (1980) de la cathédrale St Maclou de Pontoise (95). Orgues en France et dans le monde. Pays : France Région :  Ile-de-France Départ. : Val-d’Oise Ville : Pontoise Local : Cathédrale St Maclou Facteur : Cavaillé-Coll / Gonzalez Année : 1877 / 1980 Passion,     Découvertes,     Partage.... Historique Disposition

Agrandir le plan
Carte Cliquer Photos Cet édifice imposant a été construit entre 1140 et 1160. Il s’agissait alors d’une église romane avec une nef et deux bas-côtés simples, un transept saillant, un chœur en hémicycle avec un déambulatoire et un clocher central au dessus de la croisée du transept. De cette époque ont été conservés le chevet et une partie du transept. La voûte du déambulatoire et les fenêtres du transept marquent le début de l’art gothique. En 1309, un ouragan fit s’abattre le clocher sur la nef. Celle fut réparée en 1325. De nouveaux dégâts furent causés à l’église pendant la guerre de cent ans. Au milieu du 15ème siècle, la nef fut agrandie de deux travées et une nouvelle façade de style gothique flamboyant fut érigée, flanquée sur son côté gauche d’une tour et de son clocher. En 1530 de nouveaux travaux d’agrandissement furent entrepris. Le bas-côté nord fut démoli et remplacé par un double bas-côté et sa rangée de chapelles latérales. La partie supérieure du mur du 12ème avec ses formerets fut toutefois conservée. Les travaux s’achevèrent en 1540 par l’ouverture du portail septentrional et en 1545 par la construction de la chapelle de la Passion, l’un des éléments les plus remarquables de l’édifice. Puis de nouveaux travaux s’engagèrent aussitôt après, avec la reconstruction de la voûte de la croisée du transept et d’un nouveau clocher central. Les voûtes de la nef, son mur sud et le bas-côté sud furent reconstruits à neuf dans le style renaissance, ainsi que les chapelles sud. De cette époque date également le portail de style Renaissance ajouté sur le côté sud de la façade. D’autres travaux seront effectués au 18ème siècle, dégradant l’aspect intérieur de l’édifice. Le clocher central fut démoli en 1785. L’église classée aux Monuments Historiques dès 1840 fut ensuite restaurée en préservant ses différents styles d’origine. La rosace de la façade abimée lors d’une tempête en 1875 fut reconstituée en 1883. En 1966, après la création du département et donc du diocèse du Val d’Oise à Pontoise, l’église St Maclou fut élevée au rang de Cathédrale par le pape Paul VI. L’église possédait un grand-orgue dès le milieu du 16ème siècle, mais on n’en pas conservé de traces, si ce n’est le nom de l’organiste présent en 1580, Mathieu HAZARD. Le magnifique buffet que l’on admire aujourd’hui en tribune remonte au grand-orgue construit de 1716 à 1721 par le facteur parisien Julien TRIBUOT. La tribune érigée en 1716 supporte le buffet construit par le maître menuisier Michel PELLET, de Paris. L’orgue comportait à son origine 31 jeux sur quatre claviers et pédalier. En 1784, une restauration est confiée au célèbre facteur parisien François-Henri CLICQUOT. Celui-ci remanie l’instrument de TRIBUOT et le réharmonise. L’instrument qui compte alors 33 jeux sur 4 claviers et pédalier est inauguré en octobre 1784 par Claude BALBASTRE et Jean-Jacques BEAUVARLET-CHARPENTIER. En 1793, les révolutionnaires commencent à saccager l’église, lorsque l’organiste entonne la marseillaise et sauve son instrument…qui souffrira quand même de l’occupation de l’église par les soldats et les prisonniers. En 1805, le facteur parisien Pierre-François DALLERY effectue les travaux de remise en état de l’instrument. En 1817, Pierre-François DALLERY déplace le Hautbois 8’ du Positif de dos au Récit. En 1824, 1830 et 1833, on note des travaux d’entretien effectués par Louis-Paul DALLERY (le fils de Pierre-François). En 1843 et 1844, l’instrument est entièrement remanié par la maison DAUBLAINE & CALLINET, suivant les plans de Pierre-Marie HAMEL. Il est porté à 38 jeux sur trois claviers et pédalier. En 1875, l’ouragan qui souffle la rosace occasionne d’énormes dégâts à l’orgue, d’autant plus que des ouvriers de la maison CAVAILLÉ-COLL venus pour une harmonisation avaient ôté les panneaux arrière de l’instrument. En 1876 et 1877, la maison CAVAILLÉ-COLL reconstruit entièrement l’orgue. Du matériel ancien, il ne conserve que les basses en bois du Bourdon 16’ de G.O et du Bourdon 8’ du Positif. L’orgue a alors 37 jeux sur 3 claviers et pédalier. Il est inauguré en octobre 1877 par Alexandre GUILMANT. En 1896 des modifications sont apportées par Charles MUTIN. La pédale est étendue à 30 notes, le Récit à 54 notes. Une Flûte 8’ est ajoutée au Récit. En 1912, d’autres travaux sont effectués par Charles REIMBURG, ancien harmoniste de CAVAILLE- COLL. En 1924, la soufflerie est électrifiée. En 1930, une grande reconstruction est effectuée par Victor GONZALEZ dans le style néo-classique. Le matériel ancien est conservé et enrichi de mixtures et de jeux de détail. La place n’étant pas extensible, l’instrument se trouve surchargé. Les 21 jeux du Récit ne peuvent tous tenir dans la boite expressive et sont placés pour partie à l’extérieur avec une transmission pneumatique. Le Quintaton 16’ et la Flûte 8’ du Positif de dos sont postés dans le soubassement du grand buffet. La Pédale est augmentée d’une Soubasse 32’ et d’une Flûte 4’. Le nouvel instrument de 56 jeux est inauguré en janvier 1931 par Marcel DUPRE. En 1949, l’orgue abimé pendant la guerre est restauré par le facteur Louis-Eugène ROCHESSON de Pontoise. Le Récit est divisé en deux boites expressives. La transmission pneumatique de Gonzalez est remplacée par une transmission électropneumatique. La Flûte du Positif postée sous le grand buffet est supprimée et un Piccolo est ajouté. Les rares jeux d’anches subsistant de CLICQUOT disparaissent… Dans les années 1970 l’orgue se dégrade au point de ne plus pouvoir être joué. En 1979 et 1980, une reconstruction de l’orgue est confiée à la maison GONZALEZ de Rambervillers dirigée par le facteur Georges DANION. Les sommiers et la mécanique sont reconstruits. La mécanique des claviers est à ruban d’acier. La traction des jeux est électromécanique. Une console neuve est construite, disposant d’un combinateur électronique. Un quatrième clavier d’écho reçoit une partie des jeux de l’ancien Récit. La soufflerie est reconstruite à neuf dans le soubassement du grand buffet. La tuyauterie ancienne en très grande partie conservée est restaurée et réharmonisée. Quelques jeux nouveaux apparaissent comme la Voix Humaine 8’ au Récit, la Cymbale III à l’Echo. Le Piccolo est déplacé du Positif au Grand-orgue, à la place de la Gambe 8’ qui disparait. L’orgue est inauguré en octobre 1980 par Gaston LITAIZE. En 2000, le facteur Marc HEDELIN de Mauvières (Indre) a remplacé le combinateur par un nouveau. Autres caractéristiques : 57 jeux - 4 claviers manuels de 56 notes et pédalier 32 notes Transmission mécanique à ruban des claviers Transmission électromécanique des jeux Accouplements : I/II - III/II - III/I Tirasses : I/P - II/P - III/P - IV/P Tutti Plein-Jeux, Tutti général Crescendo Combinateur électronique - 2000 Transfert de combinaisons sur disquettes Voir le site de Philippe BARDON, son titulaire