Entrez dans le monde magique des orgues.
Page créée le 11/09/2017 L’orgue Boisseau/Cattiaux (1997) de l’église Sainte- Radegonde de Poitiers (86).
Orgues en France et dans le monde.
Pays : France Région :  Poitou-Charentes Départ. : Vienne Ville : Poitiers Local : Eglise Sainte-Radegonde Facteur : Boisseau/Cattiaux Année : 1997
Passion,     Découvertes,     Partage....
Historique
Disposition
Carte
Cliquer
Haut de page Haut de page Retour France alpha Retour France alpha
Photos
Retour France région Retour France région
Les origines de l’église Ste Radegonde remontent à une église primitive du 6ème siècle, dédiée à la Vierge. Elle servait de sépulture aux religieuses de l’abbaye fondée par Ste Radegonde près de la cathédrale. Ste Radegonde y fut inhumée en 587, donnant son nom à l’église. Celle-ci a été reconstruite après le grand incendie qui ravagea la ville en 1083 et achevée en 1099. L’abside avec déambulatoire, la crypte et la clocher-porche remontent à cette époque. La nef a été reconstruite dans le style gothique angevin au 13ème siècle et voûtée au 14ème siècle. Les magnifiques vitraux qui éclairent la nef sont de cette époque. L’édifice est de plan basilical, avec une grande nef unique, un chœur et une abside de style roman se terminant par un chevet à sept pans entouré de trois absidioles. Le chœur, surélevé au 15ème siècle, possède un déambulatoire qui donne accès aux chapelles rayonnantes. Une flèche élancée s’élève au-dessus du mur oriental du chœur. Le portail occidental de style gothique flamboyant a été ajouté au 15ème siècle. L’ancienne crypte remaniée au 11ème siècle abrite le tombeau de Ste Radegonde et elle est entourée d’un déambulatoire. A la base du clocher-porche subsiste l'enclos ceint de bancs de pierre où se rendait la justice ecclésiastique. L’église a été restaurée au milieu du 19ème siècle. La juxtaposition du style roman du chœur et gothique de la nef donne une atmosphère particulière à cette grande église. Il est fait mention d’un orgue dans cette église en 1455. On sait qu’en 1497 se trouvait un instrument de 12 jeux, restauré en 1536 par André De la COULDRE. En 1561, l’église est pillée par les gascons et ses orgues détruites. En 1565, l’église reçoit un orgue de chœur, don de l’évêque de Luçon (Vendée) et un grand-orgue acheté d’occasion à une église de Nantes (Loire-Atlantique). En 1597, le grand-orgue est vendu à l’abbaye de St Maixent (Deux-Sèvres) et un orgue neuf est construit. Dès 1598 cet instrument est détérioré lors d’une tempête et ne sera reconstruit qu’en 1626. L’orgue est détruit pendant la révolution et l’église ne disposera que d’un harmonium et d’un ophicléide pendant une centaine d’années. En 1894 et 1895, un grand-orgue est installé par la maison ANNEESSENS de Menen (Belgique). C’est un instrument de 41 jeux sur trois claviers et pédalier à transmission pneumatique. Le très beau buffet de style néo-roman a été dessiné par l’architecte Jean Formigé. En 1910, des réparations s’imposent et pour les financer la paroisse vend le jeu de Tuba Major de 32’ de la Pédale à la cathédrale de Narbonne, où il se trouve toujours. En 1928, les facteurs BRUN et BINETTI de Poitiers (Vienne) restaurent l’orgue et modifient quelque peu la disposition. Ces facteurs étaient les successeurs de Gaston MAILLE de Bordeaux depuis 1925 et installés à Poitiers en 1926. Ils ont revendu un peu plus tard leur atelier à leur compagnon Robert BOISSEAU. En 1948, suite aux dégâts causés par les bombardements de 1944, l’orgue est reconstruit par le facteur Robert BOISSEAU. La transmission est reconstruite en électromécanique avec une console neuve. La disposition est modifiée dans un style néo-classique. L’Association pour la Renaissance des Orgues de Ste Radegonde est créée en 1987. En 1990, à la suite de travaux dans la nef, l’orgue devient muet. En 1991, la construction d’un orgue neuf dans le buffet de 1895 est confiée aux facteurs Jean-Loup BOISSEAU et Bertrand CATTIAUX de Béthines (Vienne). Ceux-ci réalisent le grand-orgue actuel entre 1994 et 1997. Un buffet de Positif de dos est construit au modèle du grand buffet. L’instrument compte 57 jeux sur quatre claviers et pédalier avec une transmissions mécanique des claviers et électro-mécanique des jeux. Une machine Barker assiste les accouplements. La nouvelle console en fenêtre est dotée d’un combinateur électronique réalisé par Joël PETRIQUE. La tuyauterie neuve a été réalisée par Jean-Paul VILLECHANGE de Guesnes (Vienne). La disposition de l’instrument permet l’interprétation d’un large répertoire. La division de Résonnance vient en renfort de la pédale. Merci à Jean-Alain Ripoche pour sa précieuse communication. Voir le site de l’Association François-Henri Clicquot.
Autres caractéristiques : 57 jeux - 4 claviers manuels de 56 notes et pédalier 32 notes Transmission mécanique des claviers et électrique des jeux Accouplements : II/I - III/I - IV/I - II/III Tirasses : I/P - II/P - III/P - IV/P Combinateur électronique
Photo : ville de Poitiers Photo : C. Finot Photo : P. Sabourin Photo : A. Moursenko Photo : Boisseau/Cattiaux
orgue, orgues, orgues à tuyaux, organ, orgel, organo, organy, varhany