Entrez dans le monde magique des orgues.
Page créée le 30/06/2016 L’orgue Mutin (1903) de la Collégiale Notre-Dame de Poissy (78).
Les derniers Les derniers Index par pays Index par pays A propos A propos Accueil Accueil Sources et liens Sources et liens Facteurs d’orgues Facteurs d’orgues Contact Contact
Orgues en France et dans le monde.
Pays : France Région :  Ile-de-France Départ. : Yvelines Ville : Poissy Local : Collégiale Notre-Dame Facteur : Mutin Année : 1903
Passion,     Découvertes,     Partage....
Historique
Disposition
Carte
Cliquer
Haut de page Haut de page Retour France alpha Retour France alpha
Photos
Retour France Dept. Retour France Dept.
Cet imposant édifice a été construit au début du 12ème siècle à l’emplacement d’une précédente église bâtie au 11ème siècle. Il subsiste de cette église du 11è seulement le clocher-porche occidental. L’église actuelle fut bâtie entre 1130 et 1160 dans le style roman. Les siècles suivants ont vu des agrandissements et des restaurations de style gothique. Saint Louis y fut baptisé en 1214. Les fonts baptismaux datent de cette époque. Au 13ème siècle l’église fut confiée à des chanoines, d’où son appellation de collégiale. L’édifice se compose d’une nef avec deux collatéraux, eux-mêmes bordés de chapelles latérales (15ème siècle). Elle se caractérise de l’extérieur par ses deux clochers hexagonaux, le clocher-porche occidental (11è) et le clocher central (12è). Le chœur reconstruit au 14ème siècle n’est pas dans l’axe de la nef mais orienté au soleil levant du 15 août, jour de la dédicace de l’église à Notre-Dame. L’édifice a subi de nombreuses dégradations lors de la guerre de Cent ans, des guerres de Religion et de la Fronde. Au début du 19ème siècle l’édifice était dans un état lamentable, proche de la ruine. Des campagnes de restaurations dans les années 1820/1830, n’ont guère amélioré la situation. Il fallut attendre la restauration de Viollet-le-Duc dans les années 1860 pour que la collégiale retrouve toute sa splendeur, non pas originale car l’architecte y a apporté sa propre touche, mais la splendeur qu’on lui reconnait aujourd’hui. La tribune d’orgue au fond de la nef date de cette époque. La collégiale renferme quantité de sculptures, mobilier, peintures et décorations de grande valeur de toutes les époques. On sait que la collégiale a possédé au moins cinq orgues, dont les trois premiers nous sont inconnus quant à leur constructeur ou à leur disposition : en 1499, en 1623 et en 1782. Pendant la révolution, en 1792, Pierre DALLERY de Paris construisit le quatrième instrument. En 1903, le facteur parisien Charles MUTIN, successeur de CAVAILLÉ-COLL a construit l’instrument actuel, en remplacement de l’orgue DALLERY. L’orgue comportait à l’origine 18 jeux sur deux claviers et pédalier. L’instrument de style symphonique possède un beau buffet néo-gothique, dessiné par l’architecte des Monuments Historiques, Camille Formigé. La console détachée est tournée vers la nef. L’orgue a été inauguré en mai 1903 par un récital de Charles-Marie WIDOR. En 1957, l’instrument a été restauré par le facteur Joseph GUTSCHENRITTER de Paris. A cette occasion les claviers et le pédalier ont été restaurés et quatre jeux ont été rajoutés au Récit sur un sommier supplémentaire à transmission pneumatique. De 2000 à 2003, la Manufacture Bretonne d’Orgues de Nantes, dirigée par Nicolas TOUSSAINT, a effectué une restauration complète de l’instrument. Les ajouts de 1957 ont été conservés. L’orgue restauré a été inauguré le 21 mai 2003, soit cent ans après l’inauguration de 1903. Ce très bel instrument fait l’objet d’un entretien régulier par la Manufacture Bretonne d’Orgues.
Autres caractéristiques : 22 jeux - 2 claviers manuels de 56 notes et pédalier 30 notes Transmission mécanique des claviers et des jeux Transmission pneumatique des jeux de 1959 au Récit Accouplements : II/I (16,8,4') Tirasses : I/P - II/P Appel des anches : I - II