Entrez dans le monde magique des orgues.    Page créée le 18/01/2014              L’orgue Formentelli (1993) de l’église St Etienne de la Cité de Périgueux (Dordogne) Orgues en France et dans le monde. Pays : France Région :  Aquitaine Ville : Périgueux Local : Eglise St Etienne de la Cité Facteur : Carouge / Formentelli Année : 1733 / 1993 Passion,     Découvertes,     Partage.... Historique Disposition

Agrandir le plan
Carte Photos Cliquer La première église de Périgueux est érigée au début du 6ème siècle sur le site d’un temple romain dédié au dieu Mars. Au 11ème et au 12ème siècle la première cathédrale est bâtie à l’emplacement de la précédente église, avec une nef unique à trois travées carrées, un chœur à chevet plat et deux coupoles. Le clocher et deux autres coupoles seront construits aux siècles suivants. En 1577, les huguenots dévastent l’édifice, détruisant le clocher-porche ainsi que deux travées et deux coupoles. Le clocher est restauré en 1622 mais lors de la Fronde en 1652 la cathédrale subit de nouvelles destructions. En 1669, le siège épiscopal est transféré à l’église St Front et St Etienne redevient simple église. En 1840, St Etienne est classée aux Monuments Historiques. En 1907, une importante restauration de l’église est entamée par l’architecte Rapine. L’église conserve aujourd’hui une travée romane du 12ème siècle ainsi que deux coupoles. Le buffet du grand-orgue actuel provient de l’orgue construit de 1731 à 1733 par le facteur parisien Marin CAROUGE pour la cathédrale St Front. Il s’agissait d’un grand huit pieds en montre à trois claviers et pédalier en tirasse avec un Positif de dos. On n’a pas de documentation sur la composition originale. Il s’agit du dernier instrument de CAROUGE qui devait décéder en 1735. En 1824, le facteur parisien LOISELOT restaure l’instrument. En 1870, l’orgue est démonté pour être remplacé par le grand-orgue MERKLIN. En 1904, Charles MUTIN remonte l’instrument à St Etienne, sans le Positif de dos et en modifiant substantiellement la disposition. L’instrument est inauguré par un récital d’Alexandre GUILMANT et de Ferdinand de la TOMBELLE. En 1932 et 1953, la maison PUGET de Toulouse effectue divers travaux d’entretien. En 1972, Jean-Loup BOISSEAU de Poitiers effectue une importante restauration et reconstruit un Positif de dos. Ces travaux seront achevés en 1977 par Alain THOMAS. En 1976, le buffet de l’orgue est classé aux Monuments Historiques. Toutefois, en raison des travaux effectués dans l’église et de fuites dans la coupole qui le surplombe, l’orgue se dégrade sérieusement. En 1990, la reconstruction de l’orgue est confiée à la maison Bartolomeo FORMENTELLI de Vérone (Italie). Un buffet de Positif de dos neuf est réalisé en copie d’une gravure du 19ème siècle représentant l’orgue de CAROUGE. Le matériel sonore non réutilisable est démonté, stocké et est remplacé par une tuyauterie neuve construite selon les préceptes de Dom BEDOS. Seul le Cromorne est d’origine et a été restauré et remis au ton. Les soufflets cunéiformes sont en châtaignier et les sommiers en chêne. La tuyauterie est coupée au ton ancien (395Hz). La reconstruction de l’orgue s’est achevée en 1993 avec un récital de Michel CHAPUIS. L’instrument a retrouvé une sonorité et une couleur proche de celle qu’il devait avoir au milieu du 18ème siècle. Autres caractéristiques : 33 jeux - 3 claviers manuels et pédalier à la française Transmission mécanique des claviers et des jeux Accouplements à tiroir : I/II - III/II Tirasse : III/P permanente Tremblant doux général Rossignol 10 tuyaux Diapason : La = 395 Hz - Tempérament inégal Voir l’orgue de choeur Pesce