Entrez dans le monde magique des orgues. Page créée le 31/08/2015 Le grand-orgue Merklin (1870) de l’église St Jacques de Pau (64). Orgues en France et dans le monde. Pays : France Région :  Aquitaine Départ. : Pyrénées Atlantiques Ville : Pau Local : Eglise St Jacques Facteur : Merklin / Gonzalez Année : 1870 / 1935 Passion,     Découvertes,     Partage.... Historique Disposition
Carte Cliquer Photos Cette grande église a été construite entre 1861 et 1868 à l’emplacement de l’ancienne chapelle des Cordeliers qui y accueillait les pèlerins de Compostelle. La paroisse St Jacques fut créée en 1803 dans cette chapelle, après le départ des Cordeliers chassés par la Révolution. La construction de la nouvelle église fut hâtée par le désir de la terminer avant l’église St Martin également en construction. Ce qui explique bien des faiblesses qui apparurent assez rapidement. Le vaste édifice de style néo-gothique se compose de trois nefs, d’un chœur et d’un transept. L’église St Jacques est orientée au Nord. Les deux tours ont une structure en brique avec parements de pierre. C’est sans doute la raison pour laquelle la tempête de décembre 1999 fragilisa les deux clochers qui durent être abattus en 2002 et reconstruits entre 2008 et 2012, avec une hauteur moindre. L’ancienne chapelle devait posséder un petit orgue qui avait disparu à la révolution. En 1818, la paroisse fit l’acquisition de l’ancien instrument de l’abbatiale d’Hagetmau (Landes). Ce petit orgue fut agrandi en 1823 par le facteur Jean-Dominique JEANDEL de Dax (40). En 1861, il est décidé de transférer l’orgue dans le nouvel édifice. Quelques jeux sont ajoutés par Mr LE BARON, facteur d’orgues à Vic (32). Pourtant dès la consécration de l’église en 1868, il apparut nécessaire de se doter d’un instrument plus approprié. Voir l’orgue de choeur Autres caractéristiques : 52 jeux - 3 claviers manuels de 56 notes et pédalier 32 notes Transmission mécanique des claviers, électromécanique des jeux Accouplements : I/II - III/II - III/I Tirasses : I/P - II/P - III/P Combinateur électronique 16x15 Annulation Anches / Mixtures Tutti, annulateur général Entre 1868 et 1870, Joseph MERKLIN de Paris construit l’instrument actuel avec 29 jeux sur trois claviers (dont un Positif de 8 jeux empruntés au grand-orgue) et pédalier. Il s’agit alors d’un instrument purement romantique, à transmission mécanique avec machine Barker. Le buffet néo-gothique avec son Positif de dos (vide), est réalisé par Mr MIGNON, ébéniste de Pau. Le nouvel orgue est inauguré en juin 1870. L’ancien instrument est vendu à la paroisse toute proche de Sainte-Marie à Jurançon (64). En 1891, le facteur Michel ROGER de Bordeaux, et ancien élève de CAVAILLE-COLL, effectue une restauration. La soufflerie, l’alimentation en vent et la mécanique sont revues pour améliorer le fonctionnement de l’orgue. Une boite expressive est construite pour le Récit et la partie sonore est réharmonisée. En 1898, la maison PUGET de Toulouse, alors dirigée par Jean-Baptiste, remplace la traction mécanique par une transmission pneumatique tubulaire. En 1908, le facteur Gaston MAILLE de Bordeaux effectue des travaux sur le Récit. En 1912, la maison PUGET installe une soufflerie électrique. En 1926, PUGET ajoute un jeu de Gambe. En 1934 et 1935, la maison GONZALEZ de Chatillon-sous-Bagneux (Hauts-de-Seine) reconstruit l’instrument. Celui-ci est entièrement démonté. Le Positif (dans le grand buffet) reçoit des jeux réels ainsi qu’une boite expressive. La disposition est modifiée dans le style néo-gothique. L’orgue passe alors de 30 à 45 jeux, plus 8 jeux réservés. L’instrument est inauguré en décembre 1935 par André MARCHAL. C’est d’ailleurs un ancien élève de MARCHAL, Jean LAPORTE, qui prendra le poste de titulaire en 1943. Il y restera 50 ans… En 1956, la maison GONZALEZ effectue des travaux visant à compléter la restauration de 1935 : ajout de deux jeux de Clairon et Bombarde au Récit et extension de la pédale à 32 notes. L’instrument est harmonisé par Mr Bertrand. En 1969 et 1970, une nouvelle restauration est effectuée par la maison DANION, successeur de GONZALEZ. L’orgue est démonté. La transmission pneumatique est remplacée par une transmission mécanique, avec tirage électromécanique des jeux (à double régistration). La nouvelle console est placée en fenêtre et le sommier de Positif trouve sa place naturelle dans le buffet de Positif de Dos. La disposition est modifiée et complétée à 52 jeux, dans le style classique prévu dès 1935. L’harmonisation est réalisée par MM. Bertrand et Kech. En 1992, un combinateur électronique est ajouté à la console. En 1995, la Manufacture Vosgienne des Grandes Orgues (Bernard DARGASSIES), a effectué une restauration complète de l’instrument. La disposition de 1970 est conservée, à l’exception de la Cymbale du Récit supprimée et de la Sesquialtera décomposée en Nasard et Tierce. En 1999, l’Association des amis de l’orgue a elle-même réalisé l’orgue de chœur qui vient compléter le grand-orgue, que ce soit pour la liturgie ou les nombreux récitals donnés dans l’église St Jacques. Composition 1935 Composition 1870
orgue, orgues, orgues à tuyaux, organ, orgel, organo, organy, varhany