Entrez dans le monde magique des orgues.
Page créée le 02/04/2008 Mise à jour le 02/06/2016 L’orgue Suret (1853) de l’église Ste Elisabeth de Hongrie de Paris (75).
Les derniers Les derniers Index par pays Index par pays A propos A propos Accueil Accueil Sources et liens Sources et liens Facteurs d’orgues Facteurs d’orgues Contact Contact
Orgues en France et dans le monde.
Pays : France Région :  Ile-de-France Départ. : Seine Ville : Paris (3ème) Local : Eglise Ste Elisabeth de Hongrie Facteur : Suret Année : 1853
Passion,     Découvertes,     Partage....
Historique
Disposition
Carte
Cliquer
Haut de page Haut de page Retour France alpha Retour France alpha
Photos
Retour France Dept. Retour France Dept.
La première pierre de cette église fut posée en 1628 par Marie de Médicis pour les sœurs franciscaines Elisabéthines. La construction ne s’acheva qu’en 1645. L’édifice ne comportait alors qu’un seul bas-côté et un chevet plat. En 1792 les sœurs furent chassées et l’église transformée en entrepôt de fourrages. En 1802, l’église fut rendue au culte et devint l’église paroissiale de ce quartier du Temple. En 1829, l’architecte Gaddie restaura l’église, le bas-côté gauche fut ouvert. Le chœur actuel avec son déambulatoire date de ces travaux. Depuis 1929, l’église est devenue l’église conventuelle des Chevaliers de l’Ordre de Malte en France. L’édifice a fait l’objet d’une importante campagne de restauration en 1995. A noter les magnifiques vitraux du début du 19ème siècle, ainsi que les bas-reliefs du 17ème siècle et les grandes fresques du déambulatoire et de la voûte du chœur. En 1846, l’église s’est dotée d’un orgue de 20 jeux construit par les frères CLAUDE, facteurs originaires de Mirecourt et installés à Paris. L’instrument ne donna guère satisfaction puisque cinq ans plus tard la paroisse décida de son remplacement. L’impressionnant buffet que l’on admire en tribune au fond de la nef est l’œuvre du facteur parisien Louis SURET. Cet ancien compagnon de DAUBLAINE-CALLINET s’était installé à Paris en 1838 et travaillait avec son fils Auguste. L’orgue de Ste Elisabeth est achevé en 1853. C’est le plus grand et le chef-d’œuvre de Louis SURET, réalisation pour laquelle il recevra une médaille d’or en 1855. L’instrument compte alors 36 jeux sur trois claviers et pédalier. Dans sa disposition sonore, cet orgue est caractéristique de la nouvelle facture romantique. En 1905, le buffet est classé aux Monuments Historiques. Entre 1955 et 1959, le facteur G. GUTSCHENRITTER de Paris a restauré et modifié profondément l’instrument historique. L’incohérence et la piètre qualité de ce travail se ressentent très rapidement et l’orgue se dégrade. En 1976, un relevage est effectué par Philippe HARTMANN. En 1980, la partie instrumentale de SURET est classée aux Monuments Historiques. Entre 1994 et 1998, grâce au financement du Ministère de la Culture et de la Ville de Paris, la manufacture GIROUD Successeurs de Bernin (Isère) a réalisé une restauration complète de l’orgue dans sa disposition originale. A l’exception d’un Plein-Jeu qui remplace l’Euphone du grand-orgue fondu en 1955 et des jeux à anches libres disparus qui ont été reconstitués à anches battantes. La mécanique, la charpente et la console altérées en 1955 ont été reconstituées. Ce travail remarquable a redonné à l’instrument de SURET toute sa majesté et sa richesse sonore. D’après l’historique de l’orgue par son titulaire, Christophe d’ALESSANDRO, paru dans « Orgues en Ile-de-France, congrès de la FFAO 1999 ».
Autres caractéristiques : 39 jeux - 3 claviers de 54 notes et pédalier de 30 notes. Transmissions mécaniques des claviers et des jeux Accouplements: I/II - III/II Tirasses II/P - III/P Appels anches : II - III - P Appel Flûte 16' G.O et appel Bombarde G.O.
Photo C. d'Alessandro