Orgues en France et dans le monde.

Retour France Alpha     Retour Départements     Retour tous pays                                        Historique           Photos

Paris 10è  (75)

Eglise St Vincent de Paul

Cavaillé-Coll, 1852


Composition :

Grand-Orgue : Positif expressif : Récit expressif : Pédale :
       
Montre 16' Bourdon 16' Quintaton 16' Bourdon 32'
Bourdon 16' Principal 8' Diapaspon 8' Soubasse 16'
Montre 8' Bourdon 8' Bourdon 8' Gambe 16'
Bourdon 8' Flûte harmonique 8' Gambe 8' Flûte 16'
Flûte harmonique 8' Salicional 8' Voix céleste 8' Bourdon 8'
Salicional 8' Unda maris 8' Flûte 8' Gambe 8'
Grande quinte 5' 1/3 Principal 4' Principal 4' Flûte 8'
Prestant 4' Flûte 4' Flûte 4' Flûte 4'
Flûte 4' Quinte 2' 2/3 Nasard 2' 2/3 Gambe 4'
Grand tierce 3' 1/3 Doublette 2' Octavin 2' Plein-jeu V rgs
Quinte 2' 2/3 Tierce 1' 3/5 Tierce 1' 3/5 Bombarde 16'
Octavin 2' Larigot 1' 1/3 Plein-jeu V rgs Trompette 8'
Tierce 1' 3/5 Plein-jeu IV rgs Cymbale IV rgs Clairon 4'
Fourniture V rgs Trompette 8' Bombarde 16'  
Cymbale III rgs Cromorne 8' Trompette 8'  
Bombarde 16' Clairon 4' Cor anglais 8'  
Trompette 8'   Voix humaine 8'  
Basson 8'   Clairon 4'  
Clairon 4'      

Autres caractéristiques :
66 jeux - 3 claviers de 61 notes et pédalier de 32 notes.
Transmissions électriques.
Accouplements: Pos./G.O., Réc./G.O., Réc./Pos. en 8', Réc./G.O. en 16'.
Tirasses: G.O., Pos., Réc. en 8' et 4'. Tremblant. Crescendo. Combinateur.
Partie instrumentale classée Monument Historique.


Haut de page


Historique :



Aristide Cavaillé-Coll, après avoir soumis deux propositions le 5 septembre 1845, signe le contrat de construction le 20 avril 1849. L'instrument, tel que sorti des ateliers en 1851, comptait 47 jeux, répartis sur trois claviers de 56 notes et un pédale de 25 notes, et 2,669 tuyaux. Il a été inauguré le 26 janvier 1852 par le titulaire Peters Cavallo et l'organiste Louis-James-Alfred Lefébure-Wély.

C'est sur cet instrument que Jacques-Nicolas Lemmens se fit entendre à plusieurs reprises au cours du mois de février 1852 devant un auditoire d'élite, émerveillant par la perfection de sa technique autant que par la grandeur et la sévérité de son style.

Cet instrument était sans doute l'un des plus remarquables de Cavaillé-Coll comme le démontre un rapport de la société d'Encouragement en 1854 qui souligne la qualité et l'ingéniosité mécanique. Parmi les particularités de sa facture, signalons l'une des rares applications en France du sommier à pistons, mis au point par Eberhard-Friedrich Walcker, de Ludwigsburg vers 1845, et l'emploi du verre pour les parois de la boîte expressive.

Le buffet, dessiné par l'architecte de l'église, Jacques-Ignace Hittorff, et exécuté par Napoléon Liénard pour la sculpture et par Poncet pour la menuiserie, présente une disposition originale avec ses deux corps séparés pour laisser voir la rosace percée dans l'axe de la façade.
En réalité, l'orgue entoure la tribune: un buffet de part et d'autre, relié par une tuyauterie au-dessus de l'ouverture de la rosace. Les retours des façades encadrent les tribunes en étant ornées de superbes tuyauteries formées de chanoines.

À l'intérieur, Cavaillé-Coll avait disposé l'instrument comme suit: le buffet de gauche comprend la tuyauterie du Positif, du Récit, le sommier UT de la Montre du Grand-Orgue (Montre 16, Gambe 16, Montre 8, Gambe 8, Montre 4, Voix céleste 8) ainsi que le sommier UT de la Pédale tandis que le buffet de droite comprend le sommier UT# de la Montre du Grand Orgue, les deux sommiers des autres jeux du Grand-Orgue divisés en basses et dessus ainsi que le sommier UT# de la Pédale.
Dans cette articulation, Cavaillé-Coll avait multiplié les recherches de vent. Outre les accouplements et tirages par machine Barker, le facteur avait disposé la Montre postée sur deux sommiers à soupapes et à pressions spéciales.
Les autres jeux du clavier de Grand-Orgue étaient disposés sur deux sommiers munis chacun d'une pression différente.

Le 26 janvier 1859, Cavaillé-Coll soumet une proposition pour une restauration comprenant un nettoyage et un réglage de la traction pour la somme de 4 450 francs.

À l'origine, la console était sur la tribune, de côté par rapport à l'église, l'organiste, en jouant, voyait parfaitement l'autel à sa droite.
Suite à une restauration, la console est maintenant placée sur une tribune latérale.

La partie instrumentale est classée « monument historique ».



Haut de page


Photos :

Paris St Vincent de Paul


Haut de page    Retour France Alpha     Retour Départements     Retour tous pays