Orgues en France et dans le monde.

Retour France Alpha     Retour Départements     Retour tous pays                                                         Historique            Photos

Paris 5è  (75)

Eglise St Séverin

Thierry
, 1673 - Kern, 1958


Composition :

I/ Positif II/ Grand-Orgue III/ Résonance IV/ Echo Pédale, 30 notes
Quintaton 8' Montre 16' Bourdon 16' Viole 8' Flûte 16'
Montre 8' Montre 8' Bourdon à cheminée 8' Unda Maris 8' Soubasse 16'
Bourdon 8' Flûte conique 8' Flûte conique 4' Bourdon 8' Bourdon 8'
Prestant 4' Prestant 4' Grosse tierce 3' 1/5 Principal 4' Principal 8'
Flûte à cheminée 4' Doublette 2' Nasard 2' 2/3 Flûte à fuseau 4' Principal 4'
Nasard 2' 2/3 Fourniture 2' - V Quarte 2' Doublette 2' Nachthorn 2' (à cheminée)
Doublette 2' Cymbale 2/3' - IV Sifflet 1' Quarte 2' Fourniture V
Tierce 1' 3/5 Cymbale-tierce II Tierce 1' 3/5 Sesquialtera II Cymbale IV
Larigot 1' 1/3 Cornet V Cornet V Cymbale 1' - V Douçaine 32'
Fourniture 1' V-VI Bombarde 16' Musette 16' Trompette 8' Bombarde 16'
Cromorne 8' Trompette 8' Voix Humaine 8' Clairon 4' Trompette 8'
  Clairon 4'  Hautbois 4'   Clairon 4'

Autres caractéristiques :
58 jeux - 4 claviers manuels et pédalier
Accouplement I / II - III / II - II / III - IV / III
Tirasse II - Tirasse III
Appels : Anches pédale, - Mixtures pédale, Anches GO, - Mixtures GO,
Anches et mixtures positif,  Anches et mixtures écho.
Tremblant positif
Tremblant écho
Expression écho


Haut de page


Historique :


L'église Saint-Séverin possédait un orgue dès le 14è siècle lequel a été remplacé au début du 16è. Au siècle suivant, le facteur Valeran de Héman oeuvre à Saint-Séverin (devis pour le positif date du 5 juillet 1626).

Les facteurs Charles et Alexandre Thierry interviennent à leur tour: dès 1670, ils refont les soufflets et achèvent la restauration de l'orgue en 1673. L'instrument possède alors 29 jeux.

Michel Forqueray, nommé organiste au début du 18è siècle, obtient la construction d'une tribune et d'un orgue neuf. Suivant un marché du 25 avril 1745, François Dupré est chargé de la menuiserie et Jacques-François Fichon, de la sculpture. On admire aujourd'hui encore ce magnifique ensemble du plus pur style Louis XV (décorations rocaille, culots des grandes tourelles décorés de têtes d'angelots et surmontés de trophées d'instruments, tourelle médiane couronnée de deux anges, tourelle centrale du positif surmontée par l'Agneau Pascal couché sur le livre des Sceaux, tourelles latérales coiffées de vases).

Le facteur Claude Ferrand fournit un instrument neuf en utilisant les jeux anciens. Ce « grand 16 pieds », considéré comme l'un des plus beaux de la Capitale, est tenu par Nicolas-Gilles Forqueray qui succède à son oncle. Il est lui-même remplacé par son neveu Nicolas Séjan qui tient les claviers jusqu'à la chute de l'Ancien Régime.

Dallery père adresse un mémoire le 21 octobre 1825 signalant que: « l'orgue est dans un tel état de dépérissement qu'il menace vos intérêts et la sûreté publique ». Pour la somme de 5 000 francs, il effectue le travail, notamment sur la tuyauterie.

L'orgue classique ayant cessé de plaire, on confie au fils de John Abbey, en 1889, la reconstruction de l'orgue. Seulement 25 jeux seront sauvés. Abbey reconstruit totalement l'instrument: sommiers, soufflerie, mécanique, console sont neufs. L'orgue est totalement réharmonisé. Si ce dernier est désormais symphonique, il a perdu son grand Plein Jeu.
L'organiste Albert Périlhou tiendra ces claviers durant vingt-cinq ans, les laissant volontiers à des maîtres tels Fauré ou Saint-Saëns qui en feront une joie d'improviser aux messes du dimanche.

Ce n'est qu'en 1958 que l'on reparle d'un projet concernant cet orgue, grâce à la présence à Saint-Séverin du Père Aumont, ami de Michel Chapuis.

Le nouvel orgue, attribué au facteur Alfred Kern de Strasbourg, retrouve un plan plus classique: le buffet du positif reconstruit renferme les jeux du premier clavier. Dans le grand corps, au rez-de-chaussée sont placés, de part et d'autre du bloc de mécanique, les deux sommiers de l'Écho, le soubassement faisant office de boîte expressive. Les sommiers et la soufflerie d'Abbey sont réutilisés. Au plan sonore, pour ce qui est des mixtures, aux côtés des neuf rangs "Dom Bedos" du grand-orgue, se joignent ceux de la Cymbale-Tierce suivant l'usage nordique. La mécanique est incontestablement d'une conception hardie. Elle a été imaginée et dessinée par Philippe Hartmann et Alfred Kern. Ce dernier la réalise afin de faire parler 58 jeux en tirage direct par une console en fenêtre avec traction suspendue, celle du positif et de l'écho foulant les pilotes.

Michel Chapuis, nommé organiste titulaire à l'achèvement des travaux, prit soin de faire entretenir l'instrument régulièrement.

En 1988, le facteur Dominique Lalmand procède à une révision de l'alimentation, à un réglage des appels d'anches et de mixtures, et des mécanismes des divers claviers, et à une réharmonisation du Plein-Jeu du positif.



Haut de page


Photos :

Paris St Severin

Paris St Severin Paris St Severin


Haut de page    Retour France Alpha     Retour Départements     Retour tous pays