Entrez dans le monde magique des orgues.
Page créée le 04/07/2008 Mise à jour le 07/04/2020 Le grand-orgue Clicquot (1782) de l'église Saint-Merry de Paris (4ème)
Pays : France Région : Île-de-France Ville : Paris (75) - 4ème Local : Eglise Saint-Merry Facteur : Clicquot / Gonzalez Année : 1782 / 1947
Passion, Découvertes, Partage....
Historique
Disposition
Carte
Photos
Cliquer
Il y a eu en ce lieu une chapelle St Pierre-des-Bois érigée au 8ème siècle et qui a abrité la dépouille de Saint Médéric, dont le nom est devenu Saint-Merry (ou Merri). L’église fut reconstruite au 10ème siècle puis au début du 13ème siècle sous le vocable de Saint-Merry. La construction de l’église actuelle s’est étalée sur cent ans, entre 1516 et 1612. Bâtie sur un plan similaire à celui de la cathédrale Notre-Dame, l’église de pur style gothique flamboyant se compose d’une nef bordée au nord d’un collatéral et de chapelles latérales et au sud de deux collatéraux et de chapelles latérales, d’un transept non saillant et d’un grand chœur, qui est aussi long que la nef. Ce chœur est entouré d’un déambulatoire et de chapelles rayonnantes et se termine par un chevet pentagonal. Au 18ème siècle le jubé de 1558 est abattu, le chœur est remanié dans le style baroque et le sol est dallé de marbre. L’église fermée à la révolution fut rendue au culte en 1802. Le clocher occidental qui avait été surélevé d’un étage en 1612 perdit cet étage lors d’un incendie en 1871. La tourelle octogonale qui fait pendant au clocher sur la façade occidentale abrite la plus ancienne cloche de Paris, fondue en 1331. L’église a été classée aux Monuments Historiques en 1862. Elle renferme un très important mobilier et est très richement décorée. Malheureusement ces décors et ce mobilier sont en très mauvais état, ce qui a valu à St Merry d’être classée en 2013 sur la liste des Monuments en péril du Fonds mondial pour les monuments. L’orgue possédait depuis son achèvement au milieu du 16ème siècle un petit orgue accroché au transept sud. Entre 1647 et 1651, les facteurs parisiens Jean et François De HÉMAN, neveux du célèbre Valéran, ont transféré et agrandi cet orgue au fond de la nef. Le buffet a été reconstruit par le menuisier du roi Germain Pilon et doté d’un Positif dorsal et des deux grandes tourelles latérales. L’instrument comportait alors 35 jeux sur trois claviers et pédalier. En 1664, le facteur Etienne ENOCH de Paris a refait les soufflets, adouci les anches, et ajouté une Flûte de 4' au pédalier. Il a doté l'instrument d'un quatrième demi-clavier pour un Cornet de Récit. En 1669, l'organiste Nicolas Lebègue a passé un marché à titre personnel avec les facteurs François DUCASTEL et Pierre BAILLON de Paris. L’orgue est relevé, les claviers sont portés à 50 notes, et une Trompette 8’ de Récit est ajoutée. En 1719 et 1736, le facteur Nicolas COLLARD de Paris effectue un relevage de l'orgue, ajoute quelques jeux, dont un Clairon 4’ à la Pédale et refait la soufflerie. Vers 1755, le sculpteur Michel-Ange Slodtz et son frère Sébastien-Antoine, à qui on avait confié l'embellissement de l'église, agrandissent la tribune et modifient le Positif de dos. De 1778 à 1782, le célèbre facteur parisien François-Henri CLICQUOT reconstruit entièrement et agrandit l’instrument. Son travail très conséquent constitue la base de l’orgue actuel. Pendant la période révolutionnaire, l'instrument échappe au pillage mais souffre du salpêtre entreposé dans l'église. En 1796, l'organiste Desprez fait réparer le buffet. En 1799, quelques temps avant sa mort, Claude-François CLICQUOT, le fils de François-Henri, remet l’orgue en état. En 1816, Pierre-François DALLERY, filleul et ancien compagnon de CLICQUOT effectue un relevage de l'orgue et restitue les Pleins-Jeux qui avaient disparu. Entre 1854 et 1857, le célèbre facteur parisien Aristide CAVAILLÉ-COLL reconstruisit à nouveau l’instrument, lui apportant le style romantique de l’époque mais tout en préservant la majorité de la tuyauterie ancienne, et ce grâce à l'intervention du jeune Camille Saint-Saëns, alors titulaire, qui y composa sa fameuse Symphonie avec orgue sur cet instrument. Le buffet de l’orgue a été classé aux Monuments Historiques en 1905. Après l'électrification de la soufflerie en 1917, la maison John ABBEY de Versailles (Yvelines) effectue un relevage partiel en 1922. La partie instrumentale de l’orgue a été classée aux Monuments Historiques en 1938. Entre 1946 et 1947, l'orgue est reconstruit et agrandi par le facteur Victor GONZALEZ de Chatillon (Hauts-de-Seine), sous la supervision du titulaire, Norbert Dufourcq et de son maître André Marchal. GONZALEZ a redonné à l’orgue un visage classique tout en préservant les apports de CAVAILLÉ-COLL. Depuis 1969, l'orgue a souffert de l'installation du chauffage à air pulsé, des travaux et de la poussière. A la fin du 20ème siècle l’orgue était quasiment injouable. En 1999 et 2000, l'orgue a bénéficié de travaux réalisés par le facteur Bernard DARGASSIES de la Manufacture Vosgienne de Grandes Orgues de Rambervillers (Vosges). La soufflerie et la machine Barker ont été révisées, les tuyaux d’anches qui s’affaissaient ont été réparés et les grands tuyaux de pédale ont été relevés. Malheureusement ces travaux, comme l’entretien courant, sont notoirement insuffisants pour pallier aux nombreux dysfonctionnements qui affectent l’instrument. Cet orgue superbe est le résultat du travail des plus grands facteurs français depuis quatre siècles et sa tribune a vu passer les plus grands organistes. C’est un véritable monument de la facture française qui mérite amplement une grande restauration. L’Association « Orgues et Musique à St Merry », fondée en 1993, œuvre inlassablement pour la mise en valeur de ce grand-orgue et pour que les fonds nécessaires à sa restauration puissent être réunis.
Autres caractéristiques : 58 jeux réels - 4 claviers manuels de 56 notes et pédalier 30 notes Transmssion mécanique des claviers et électropneumatique des jeux Machine Barker G.O Accouplements : I/II - III/II - IV/II - III/I - IV/III Tirasses : I/P - II/P - III/P - IV/P Appels : I - II - III - P Diapason : La = 440 Hz - Tempérament égal
Haut de page Haut de page Recherche… Recherche…
André Marchal et Norbert Dufourcq Présentation de l’orgue
Claude Terrasse J. Boyvin Grand Dialogue (1965)
Stéphane Béchy JS Bach Pastorale BWV 590
Photo : orgbase.nl Photo : orgbase.nl
Stéphane Béchy 3 Noëls français
Orgues en France et dans le monde.
Recherche… Recherche…