Orgues en France et dans le monde.

Retour France Alpha     Retour Départements     Retour tous pays                                Historique          Photos

Paris 4è  (75)

Eglise St Louis en l'Ile
Orgue de tribune

Aubertin, 2004


Composition :

Positif de dos: Grand-Orgue: Récit: Pédale :
       
Montre 8’ Principal 16' Bourdon 8’ Principal 16'
Bourdon 8’ Octave 8' Principal 8’ Violon 16'
Quintaton 8’ Gambe 8' Traversière 8’ Bourdon 16'
Prestant 4’ Flûte 8' Unda Maris 8' Quinte 12'
Flûte à chem. 4’ Prestant 4' Octave 4’ Octave 8'
Flageolet 2’ Flûte conique 4' Flûte 4’ Bourdon 8'
Flûte 1' 1/3 Quinte 3' Nazard 3’ Prestant 4'
Sexquialter II rgs Octave 2' Traversine 2’ Flûte 2'
Mixture IV rgs Cornet V rgs Octave 2’ Mixture IV rgs
Dulciane 8’ Mixture IV-VI rgs Terz 1' 3/5 Dulciane 32'
Allemande 4' Basson 16' Quinte 1' 1/3 Buzène 16'
  Trompette 8' Sifflet 1' Trompette 8'
    Mixture III rgs Cornet 4'
    Fagott 16'  
    Voix humaine 8’  

Autres caractéristiques :
51 jeux - 3 claviers manuels de 56 notes et pédalier 30 notes
Traction mécanique des claviers et des jeux
Accouplements : REC/GO; GO/REC (à fourchettes ; POS/GO (à tiroir)
Tirasses : GO/PED
Tremblant: I et/and II; II
Appel d'anches



Haut de page


Historique :


Le vestibule recouvert d'une voûte en anse de panier, qui forme la tribune des orgues, est de forme rectangulaire et couronné par un entablement dont la frise est chargée de croix et d'arabesques dorées. L'arcade offre, en guise de clef, une grande coquille accompagnée d'instruments de musique et de feuilles d'acanthe, dans le style rocaille: au centre de la coquille se détache la tête couronnée du saint Roi; au-dessous, dans des nuages et des rayons, apparaissent deux têtes de chérubins; le centre de la corniche fait une légère saillie pour supporter le positif.

L'ancien orgue de cette église était vers 1750, desservi par Louis le Fèvre. L'instrument fut entièrement relevé par Clicquot, pendant qu'Éloi-Nicolas Miroir était le titulaire, mais au cours des années que dura la fermeture de l'église pendant l'époque révolutionnaire, cet orgue, qui était demeuré en place sur sa tribune jusqu'en 1797, disparut en même temps que les pièces d'archives qui auraient pu nous renseigner sur sa valeur et son importance.
À ses frais, l'abbé Bossuet, curé de la paroisse, fit installer un nouvel instrument en 1888. On a surtout cherché à masquer la nudité du mur pignon par les hautes boiseries. Le Positif repose sur un soubassement dont les lignes se raccordent à celle de la balustrade qui sert de clôture à la tribune; le grand corps comprend deux étages superposés comme à la Madeleine. L'étage inférieur se divise en trois grandes baies composées d'arcades plein-cintre dont la clef est décorée d'une écusson et remplies par de grands tuyaux de montre; l'étage supérieur qui présente deux arcades plein-cintre est épaulé par deux piliers surmontés d'un fronton triangulaire et accosté des deux ailerons.
Mais cet étage resta vide pendant fort longtemps, les ressources limitées de la fabrique n'ayant d'abord permis que l'acquisition d'un petit orgue de 15 jeux sorti des ateliers de Merklin; l'organiste Arthur Dodement s'en contenta de 1892 à 1912.

Ce n'est qu'en 1923 qu'il fût possible de loger, dans ce vaste décor, un instrument plus considérable sorti des ateliers de Charles Mutin et comptant 34 jeux répartis sur 3 claviers manuels et pédale.

En 1977, devant un état tel de délabrement qu'il devenait injouable, l'organiste titulaire de l'époque, Georges Guillard, déclare forfait et élabore un projet pour un nouvel orgue.

En 1983, la ville de Paris forme un projet élaboré par Georges Guillard, et soutenu par l'Association des grandes orgues de Saint-Louis-en-l'Île, de construire dans cet église un nouvel orgue afin de permettre aux grands organistes français ou étrangers d'interpréter et d'enregistrer, à Paris, les oeuvres de la littérature baroque, contribuant ainsi au renouveau de l'enseignement de l'orgue en France et à son rayonnement hors frontières puisque cette église offre une excellente acoustique et est parfaitement adaptée pour interpréter la musique baroque nord-allemande et celle de Jean-Sébastien Bach.

En 1993, la commission technique des orgues de Paris approuve le principe de ce projet. Il est prévu d'en confier la réalisation au facteur Jürgen Ahrend. Cependant, par respect de la loi, la ville lance un appel d'offres.

Le 3 juin 1999, sur les 11 facteurs ayant fait acte de candidature, le projet a été attribué (la proposition de Jürgen Ahrend est écartée pour vice de forme) à Bernard Aubertin, en raison d'une part de la meilleure adéquation de son instrument à l'idéal sonore de Jean-Sébastian Bach et, d'autre part, de l'intégration de son projet de buffet d'orgue plus achevé et plus adapté à l'architecture de l'église.

La construction de cet instrument s'est déroulée sur une période de six ans et au coût de 1 million d'euro (1.3 million$) par une équipe d'environ douze ouvriers qui y ont consacré plus de 20,000 heures de travail.

Avec ses 250 instruments, la moitié sont la propriété de la ville, Paris est particulièrement choyée par le nombre de grands instruments.

L'église Saint-Louis-en-l'Île ne possédait pas d'orgue digne de ce nom depuis plus d'un siècle.
Le nouvel instrument est une première pour la ville de Paris puisque l'instrument est entièrement construit selon l'esthétique pré-romantique baroque de l'Allemagne du nord plutôt que le style plus clair des orgues classiques français.
Ce qui signifie, selon Bernard Aubertin, un instrument plus adapté au jeu polyphonique avec des contrastes au niveau de la couleur des sons, des anches plus sombres à la pédale, et une facilité à utiliser les jeux.

Le buffet a été conçu pour d'harmoniser avec la tribune du 18e siècle laquelle a été modifiée et renforcée pour recevoir le nouvel instrument. L'église, de style jésuite, dans son ensemble, est considérée comme étant un exemple parfait du baroque français du 17e siècle.

L'orgue a été inauguré le 22 juin 2005.



Haut de page


Photos :

Paris St Louis en l'Ile
         
Paris St Louis en l'Ile            Paris St Louis en l'Ile

L'ancien instrument :
Paris St Louis en l'Ile Ancien orgue


Haut de page    Retour France Alpha     Retour Départements     Retour tous pays