Entrez dans le monde magique des orgues. Page créée le 09/08/2008 Mise à jour le 16/02/2015 Le grand-orgue Clicquot (1788) de l’église St Leu - St Gilles de Paris (75). Orgues en France et dans le monde. Pays : France Région :  Ile-de-France Départ. : Seine Ville : Paris (1er) Local : Eglise St Leu - St Gilles Facteur : Clicquot / Suret Année : 1788 / 1855 Passion,     Découvertes,     Partage.... Historique Disposition

Agrandir le plan
Carte Cliquer Photos L’église St Leu St Gilles remonte à l’édification d’une petite chapelle dédiée à St Gilles en 1239 dans la rue St Denis. Devenue trop petite elle fut remplacée en 1319 par une nouvelle dédiée à St Leu et St Gilles. La construction est de style gothique avec une nef unique et deux collatéraux. Cette nef est abondamment éclairée par ses grands vitraux. Le chœur est entouré d’un déambulatoire. L’édifice fut restauré et remanié en 1611 et en 1727. En 1790, une crypte fut creusée sous le chœur pour accueillir la confrérie des Chevaliers du St Sépulcre. Dans les années 1855, la construction du grand boulevard de Sébastopol par Haussmann entraîna la disparition des trois chapelles de l’abside. En contrepartie l’architecte Baltard construisit la chapelle de la Vierge, adjacente à l’église. Il faut noter l’excellente acoustique de l’église, due sans doute à ses dimensions modestes. Chef d’oeuvre en péril ! La plupart des instruments répertoriés dans ce site sont des instruments restaurés ou du moins en bon état de marche. Ce n’est pas le cas de celui-ci, muet depuis 40 ans. Mais ne pas en parler serait aussi scandaleux que le sort qui lui réservé ! On sait la présence d’un orgue dès 1603 sur la tribune actuelle. En 1619, le facteur Pierre LE PESCHEUR de Paris agrandit l’instrument dans son buffet d’origine. En 1637, le facteur parisien Guy JOLLY est chargé d’agrandir l’instrument qui ne possédait jusqu’alors qu’un clavier et pédalier en tirasse. Les travaux durent jusqu’en 1659. L’orgue compte alors 27 jeux sur 3 claviers et pédalier. En 1671, le facteur Etienne ÉNOCQ de Paris ajoute un quatrième clavier, étend la pédale à 29 notes et modifie une dizaine de jeux, tout en respectant le style précédent. Entre 1786 et 1788, le célèbre facteur parisien François-Henri CLICQUOT reconstruit l’orgue. La mécanique est reconstruite, le buffet est remanié et élargi par deux ailes concaves, le Positif de dos est ajouté et la tuyauterie pratiquement entièrement renouvelée. En 1855, le facteur Louis SURET de Paris effectue des travaux importants sur l’orgue : il remplace les deux claviers d’Echo et de Récit par un clavier de Récit expressif doté de 5 jeux. Il a installé deux jeux de 8’ au Positif de dos et transféré le Hautbois du Positif au Récit. Les claviers ont été remplacés. Il faut toutefois noter que SURET n’a rien abimé des sommiers ou de la mécanique de CLICQUOT et a préservé une grande partie de la tuyauterie de 1788. En 1911 et 1912, Charles MUTIN, successeur de CAVAILLÉ-COLL, a effectué des travaux de réparation, a remplacé le pédalier à la française par un pédalier à l’allemande et a ajouté des jeux harmoniques de qualité moyenne… Le buffet a été classé aux Monuments Historiques en 1915 et la partie instrumentale en 1967. Au cours du 20ème siècle, l’orgue a été mal entretenu et s’est progressivement dégradé jusqu’en 1974 où un incendie l’a définitivement rendu muet. Si les dégâts ne sont pas irréparables, on ne peut que déplorer, et l’expression est bien faible, que l’orgue soit toujours dans le même état, c'est-à-dire muet. S’il pouvait parler !!! Il s’agit pourtant ici d’un des rares témoins à Paris de la facture du 18ème siècle dont une bonne partie du matériel sonore nous est parvenue, ainsi que les sommiers et la mécanique, avec en plus une partie centrale du buffet d’avant 1580... Souhaitons que les efforts et la détermination de l’Association Orgues de St Leu - St Gilles aboutissent dans des délais raisonnables. A consulter absolument : http://www.orgues-saint-leu.org/index.php?lg=FR Composition actuelle Autres caractéristiques : 24 jeux - 3 claviers manuels de 54 notes et pédalier 30 notes Le récit ne parle que sur 36 notes (f-f''') Transmission mécanique des claviers et des jeux Accouplements : I/II - III/II Tirasse : I/P Expression du récit à cuiller Composition en 1671 Composition en 1788 Voir l’orgue de choeur SURET (1855)