Entrez dans le monde magique des orgues.
Page créée le 16/05/2016 L’orgue Suret (1860) de l’église St Jacques-St Christophe de Paris (75).
Les derniers Les derniers Index par pays Index par pays A propos A propos Accueil Accueil Sources et liens Sources et liens Facteurs d’orgues Facteurs d’orgues Contact Contact
Orgues en France et dans le monde.
Pays : France Région :  Ile-de-France Départ. : Seine Ville : Paris (19ème) Local : Eglise St Jacques-St Christophe de la Villette Facteur : Suret / Dargassies Année : 1860 / 2002
Passion,     Découvertes,     Partage....
Historique
Disposition
Carte
Cliquer
Haut de page Haut de page Retour France alpha Retour France alpha
Photos
Retour France Dept. Retour France Dept.
L’actuelle église St Jacques-St Christophe de la Villette a été construite entre 1841 et 1844 par l’architecte Eugène Lequeux. Elle remplaçait une ancienne église édifiée à la fin du 14ème siècle, dans l’actuelle rue de Flandre, et déjà consacrée à St Jacques de Compostelle et à St Christophe. L’édifice actuel est de style néoclassique et rappelle les basiliques paléochrétiennes italiennes. Le porche en saillie avec ses colonnes corinthiennes est surmonté d’un fronton triangulaire flanqué de deux tours. La nef unique est bordée de colonnes cannelées doriques qui la sépare des bas-côtés et est couverte par un plafond en caissons peints en bois. Le très bel orgue situé en tribune au fond de la nef, au-dessus du portail d’entrée, est l’œuvre du facteur parisien Louis SURET en 1860. L’orgue comptait alors 25 jeux sur deux claviers et pédalier, les transmissions des claviers et des jeux étaient mécaniques. En 1900, la maison MUTIN-CAVAILLÉ-COLL de Paris restaura l’orgue. En 1942, la maison MICHEL-MERKLIN & KUHN de Lyon exécute d’importants travaux sur l’instrument : la division de Récit expressif est sortie du buffet pour être placée à droite de la tribune (lorsqu’on la regarde) ; une division de Positif était prévue mais ne fut pas placée, même si la nouvelle console comportait le clavier correspondant ; de même une Flûte 16’ prévue ne fut pas placée, nous étions en temps de guerre…La transmission des notes est reconstruite en électromécanique et celle des jeux en pneumatique. En 1983, la maison GONZALEZ de Georges DANION de Rambervillers (Vosges) remplace la transmission pneumatique des jeux par une transmission électromécanique. Puis l’instrument se dégrade progressivement, malgré les interventions de son titulaire, Guy DIDIER, et un dépoussiérage de Bernard DARGASSIES, successeur de la maison GONZALEZ de Rambervillers. En 1998, grâce au financement de la Ville de Paris, Bernard DARGASSIES, alors facteur de la nouvelle société « Manufacture Vosgienne de Grandes Orgues » qui a repris son ancienne entité de Rambervillers, restaure la division de Récit : les deux sommiers séparés sont remplacés par un sommier neuf unique. Un Plein-jeu et une Voix Humaine sont rajoutés à cette division. Une Trompette 8’ et un Cornet V neufs sont placé sur le côté gauche du buffet, jouables sur le clavier de Positif. Fin décembre 1999, la tempête provoqua d’importants dégâts à l’instrument. En 2001 et 2002, la Ville de Paris a permis une nouvelle et importante intervention de Bernard DARGASSIES : la division de Solo a été réalisée à la place du Positif prévu en 1942. Tous les sommiers ont été restaurés, de même que le buffet. La pédale a reçu une Flûte 16’ et une Contre-Bombarde numérique 32’, et ce grâce à la générosité des paroissiens et du père BACQUET. La transmission est dotée d’un combinateur Solid State et la console entièrement reconditionnée. Le travail remarquable de DARGASSIES a permis à l’instrument de recouvrer toute sa richesse sonore, parfaitement adaptée à l’acoustique de l’édifice. Un grand merci à son brillant titulaire, Guy DIDIER, pour ses communications fort bien documentées et pour la passion qui le lie à son instrument. Voir l’orgue sur le site de la paroisse : http://www.sjsc.fr/2013-06-orgue/
Autres caractéristiques : 53 jeux (35 réels) - 3 claviers manuels de 56 notes et pédalier 32 notes Transmission électromécanique des claviers et des jeux Accouplements : II/I (16,8,4') - III/I - III/II - II/III - I/I 16' - II/II (16,4') - II 8' Off - III 8' Off Tirasses : I/P (8,4') - II/P (8,4') - III/P (8,4') Crescendo et Tutti programmables Combinaisons ajustables : 512 (2X16X16) Expression récit : jalousies en double commande séparées côté et face