Entrez dans le monde magique des orgues. Page créée le 05/04/2008 Mise à jour le 28/02/2011 L’orgue Van den Heuvel (1989) de l’église St Eustache de Paris 1er (75). Orgues en France et dans le monde. Pays : France Région :  Ile de France Départ. : 75 Ville : Paris (1er) Local : Eglise St Eustache Facteur : Van den Heuvel Année : 1989 Passion,     Découvertes,     Partage.... Historique Disposition
Carte Cliquer Photos Jean-Baptiste Robin Francesco Filidei Nariné Simonian joue Ch. Tournemire Fantaisie F. Liszt Toccat J. Guillou Jean Guillou Etienne Walhain Concert Badinerie JS Bach Prél & Fugue Bach St Eustache L'église : L'église de Saint-Eustache est une église de la Renaissance. Elle fut construite au XVIe siècle et fut longtemps considérée comme église royale étant située près du Louvre. Louis XIV y fut baptisé. L'enterrement de Jean-Philippe Rameau y fut célébré de même que celui de la mère de Wolfgang Amadeus Mozart. Une tradition musicale fut particulièrement illustrée par la première audition du Te Deum de Berlioz dirigé par l'auteur ainsi que par son Requiem, de même que par la première de la “Messe de Gran” de Lizt dirigée également par l'auteur. L'orgue : Les premières orgues y furent construites dès le XVIe siècle et plusieurs instruments leurs succédèrent jusqu'au XXe siècle. Le buffet actuel, haut de 18 mètres, fut construit au milieu du XIXe siècle sur le dessin de l'architecte Baltard. L’instrument fut réalisé de 1849 à 1854 par DUCROQUET et Charles BARKER. L'orgue de cette époque, déjà transformé en 1880, puis en 1910, subit de nombreuses modifications et fut finalement ruiné par de malencontreuses restaurations dont celle de 1978 (Par DUNAND de Lyon). C'est ainsi, qu'en 1985, la ville de Paris décide d'organiser une compétition européenne dans le but de reconstruire l'instrument. Parmi les facteurs sélectionnés et autorisés à soumettre une proposition, KLAIS et Van den HEUVEL ont obtenu le même nombre de votes à la Commission des Orgues et finalement le contrat a été accordé à la firme néerlandaise Van den HEUVEL (Dordrecht). La construction du nouvel instrument commença en 1986, et l'orgue lui-même fut complété et assemblé dans les locaux du facteur en août 1988. À ce moment, il était fonctionnel mis à part ce qui concerne les tuyaux de Montre du buffet, lesquels avec le buffet lui-même étaient solidement ancrés aux murs de l'église Saint-Eustache. Au cours de l'automne 1988, l'instrument fut démonté et envoyé à Paris où il a été réinstallé au jubé. Les travaux furent terminés à l'été 1989 et le titulaire put jouer le récital inaugural le 21 septembre 1989. L'orgue Van den HEUVEL est entièrement neuf, à l'exception du buffet avec ses tuyaux de Montre et d'un petit nombre de jeux réutilisés (dont le Cor de Basset 8' donné par le célèbre facteur anglais Henry Willis à Joseph Bonnet, organiste de Saint-Eustache de 1906 à 1943). L'instrument compte cinq plans manuels de 61 notes et une Pédale de 32 notes. Sa composition offre une palette sonore d'une incomparable richesse. Le Positif a 18 jeux, le grand orgue 16 jeux, le récit 17 jeux, le grand choeur 19 jeux, le solo 11 jeux et la pédale 20 jeux. Ce qui donne un ensemble de 101 jeux totalisant 147 rangs et 8000 tuyaux. Parmi les caractéristiques rares de cet instrument, on remarque: un grand plein jeu basé sur le 32 pieds au grand orgue; les séries harmoniques allant jusqu'à la neuvième en 32 pieds à la pédale (Théorbe: 4  4/7 + 3 5/9), en 16 pieds au grand choeur; en 8 pieds au solo (Harmoniques: 1 1/3 + 1  1/7 + 8/9); et jusqu'à la septième, en 8 pieds, au positif; le plein jeu harmonique 2-8 rangs au grand choeur; la batterie d'anches basée sur le Contrebasson de 32 pieds du récit expressif; l'ensemble de Tubas, coudés vers la nef, au grand choeur; les cinq rangs de chamades au solo, alimentées par de l'air à pressions croissantes des  basses vers l'aigu (6 niveaux différents de pression). On note aussi, parmi les couleurs exceptionnelles, la série de Flûtes Harmoniques (8, 4, 2 2/3, 2, 1 3/5, 1) au solo, qui est une innovation de Jean GUILLOU déjà introduite par lui-même avec grand succès dans les orgues du Chant d'Oiseau à Bruxelles et la Tonhalle à Zurich. C'est également Jean GUILLOU qui a eu l'idée d'ajouter la Sesquialtera au grand orgue; ce jeu apporte de nombreuses possibilités à la fois solistiques et en combinaison avec les mixtures. La Contre-Bombarde 32' de la pédale mérite une mention particulière. Ce jeu n'était pas prévu dans le devis original, mais considérant que le Trombone 32' existant (avec ses résonateurs en bois de taille assez modeste) n'était pas suffisant pour un orgue de cette ampleur, les frères Van den HEUVEL ont offert cette Contre-Bombarde 32' à la ville de Paris. L'orgue de Saint-Eustache ne trouve ainsi être le seul orgue au monde disposant de trois jeux d'anches de 32 pieds. L'instrument dispose de deux consoles de cinq claviers et pédalier; l'une, en fenêtre, actionne une transmission mécanique, l'autre, mobile dans la nef, met en jeu une transmission électronique. La console du jubé utilise la transmission directe pour le positif et le grand orgue et est assistée par les leviers Barker pour le récit, le grand choeur, le solo et la pédale et, ad libitum, pour le grand orgue. Afin d'éviter le bruit produit par les machines Barker pendant que l'orgue joue, celles-ci ont été placées dans une grande pièce isolée par des murs triples. Quant à la console de la nef, la transmission est électronique grâce à un encodeur et un décodeur (fabriqués par la firme américaine ICMI, de même que les combinaisons ajustables, les accouplements soprano et alto, et les sostenutos). L'organiste dispose aussi d'un système d'enregistrement digital à l'aide d'un appareil vidéo présentant un intérêt qui dépasse de loin celui, déjà appréciable de pouvoir faire rejouer par l'orge seul ce que l'organiste a exécuté. En effet, outre l'utilisation pédagogique qui pourra en être faite, cela permettra aux compositeurs d'écrire des oeuvres beaucoup plus complexes, par exemple en deux parties superposables que l'interprète pourra jouer ensemble en concert après avoir confié à la vidéo l'exécution pré-enregistrée de la première partie. Si nous ajoutons à cela la possibilité de jouer sur les deux consoles en même temps, les compositeurs pourront songer à des oeuvres comportant un grand nombre de vois différentes, comparables à des partitions d'orchestre auxquelles les deux mains et les deux pieds d'un organiste n'auraient pas suffi. Les sections de l'instrument sont distribuées sur 5 niveaux de plancher: o dans la nef: la console mobile; o au niveau du jubé: la console attachée au buffet, deux ventilateurs dans des boîtes insonorisées, trois réservoirs, la salle des machines Barker, et le positif; o au premier étage: le grand orgue, la pédale, les Tubas du grand choeur, un ventilateur dans une boîte insonorisée et huit réservoirs; o au deuxième étage: le récit, le grand choeur, deux ventilateurs dans des boîtes insonorisées et six réservoirs; o au troisième étage: le solo et ses chamades, un ventilateur dans une boîte insonorisée et six réservoirs. Des escaliers de bois facilitent l'accès à toutes les sections de l'instrument. Les portes d'entrée au jubé ont été complètement refaites en acajou par les frères Van den Heuvel qui ont aussi restauré le buffet autour de la console ainsi que le panneau de dos du positif qui avait disparu. Six ventilateurs produisent le vent nécessaire pour les 8000 tuyaux. Le plus puissant fournit les sommiers de la pédale et les machines Barker. Les 23 réservoirs assurent à chaque division une pression variant selon leurs besoins (de 90 à 167 mm). En fait, chaque division, à l'exception du positif, possède au moins trois niveaux différents de pression: un pour les basses, un pour les notes médianes, et un pour les aigus. Le grand choeur possède quatre niveaux de pression à cause de la présence des Tubas qui résident sur un sommier spécifique à 150mm; alors que le solo en possède six allant de 105 mm pour les basses jusqu'à 167 mm pour les aigus ce qui en fait une situation unique au monde. En 2010, la maison Van den HEUVEL a effectué un relevage de son orgue et modernisé la transmission électrique et son électronique associée. De nouveaux accouplements ont été ajoutés et le combinateur Setzer dernière génération permet maintenant 10.000 combinaisons, stockables sur clé USB. Autres caractéristiques : 101 jeux - 5 claviers de 61 notes et pédalier de 32 notes. Transmissions mécaniques des claviers et des jeux à la tribune Transmission électromécanique des claviers et des jeux dans la nef Machines Barker : III - IV - V et commutable pour II Accouplements : III/I - IV/I - V/I - I/II - III/II - IV/II (16,8') - V/II (8,4') - IV/III - V/III - V/IV Accouplements : II/II 16' - III/III 16' - IV/IV 16' - V/V 16' Tirasses: I/P - II/P - III/P (8,4') - IV/P (16,8,4') - V/P - 20 x 500 combinaisons par combinateur SETZER et capture MIDI (2010) Trémolos: I - III - V - Crescendo - Tutti Console de la nef Console de tribune