Entrez dans le monde magique des orgues. Page créée le 17/08/2010 L’orgue de choeur Boisseau (1969) de la Cathédrale Notre-Dame de Paris (75). Orgues en France et dans le monde. Pays : France Région :  Ile de France Départ. : 75 Ville : Paris (4ème) Local : Cathédrale Notre-Dame Orgue de Choeur Facteur : Boisseau Année : 1969 Passion,     Découvertes,     Partage.... Historique Disposition
Carte Cliquer Photos Y. Castagnet + maîtrise Y. Castagnet F. Mendelssohn Buxtehude Prélude la m Le premier orgue de chœur de la Cathédrale ne fut commandé qu’en 1839 à la maison DAUBLAINE-CALLINET de Rouffach en Alsace. Cet orgue de 10 jeux s’avéra dès le début trop petit et on ne sait même pas s’il fut installé dans le chœur de la cathédrale ou dans une salle attenante. Toujours est-il qu’il fut vendu en 1842 à la paroisse de Cordes-sur-Ciel dans le Tarn où il se trouve toujours. En 1841, un deuxième instrument, toujours de DAUBLAINE-CALLINET fut installé dans le sanctuaire, côté Evangile. En 1857, cet orgue ne correspondait plus au style imposé par VIOLLET-LE-DUC architecte de la restauration de la Cathédrale. Il fut vendu à l’église de St Etienne à Roanne (Loire). En 1863, un troisième instrument fut construit par la maison MERKLIN. L’orgue était de pur style romantique avec un buffet gothique dessiné par VIOLLET-LE-DUC. Il avait 17 jeux sur deux claviers et pédalier et était placé à la gauche du chœur dans la troisième travée. En 1890, MERKLIN réalisa une restauration de son orgue et transforma la transmission en électro-pneumatique dont il venait d’acquérir les brevets. Cette transmission permettait des combinaisons inimaginables auparavant. Toutefois cette modernisation n’était pas très fiable. En 1911, la maison MUTIN dut restaurer entièrement l’instrument. En 1928, l’orgue est doté d’un moteur de soufflerie électrique. En 1938, la maison BEUCHET de Nantes effectua quelques réparations, mais l’instrument se trouvait en piteux état. En 1953, Jean HERMANN remplace le moteur électrique et modifie l’alimentation. En 1960, HERMANN électrifie la transmission. Ces deux interventions d’HERMANN ne furent pas un succès et contribuèrent à sonner le glas de l’orgue de MERKLIN. En 1966, Robert BOISSEAU reprend l’entretien de l’instrument et propose la construction d’un orgue neuf dans le buffet de 1863. En 1969, BOISSEAU livre le nouvel orgue : il a 28 jeux sur 2 claviers et pédalier avec transmission mécanique des claviers et électrique des jeux. En 1970, une Flûte de 16’ est ajoutée à la pédale mais installée en dehors du buffet. En 1978, un Bourdon de 16’ est également rajouté. En 1981 et 1989, BOISSEAU a effectué deux relevages de son orgue à la suite des travaux effectués dans la Cathédrale. Le Chalumeau 4’ de la pédale a été remplacé par un Clairon 4’ et un Combinateur électronique de 5000 combinaisons a été installé. En 2005, un dépoussiérage a été effectué par Philippe GUYONNET et un accord général par Bertrand CATTIAUX. Autres caractéristiques : 30 jeux - 2 claviers manuels de 56 notes et pédalier 30 notes Transmission mécanique des claviers Traction électrique des jeux Accouplement : II/I Tirasses : I/P - II/P Combinateur électronique (5 000 combinaisons)