Orgues en France et dans le monde.

Retour France Alpha     Retour Départements     Retour tous pays                     Historique          Photos

Paris 20è  (75)

Eglise Notre-Dame de la Croix
Orgue de tribune

Cavaillé-Coll, 1874



Composition :

Grand-Orgue Récit expressif Pédale 
     
Bourdon 16' Viole de gambe 8' Flûte 16'
Principal 8' Voix céleste 8' Flûte 8'
Bourdon 8' Flûte traversière 8' Violoncelle 8'
Flûte harmonique 8' Flûte octaviante 4' Bombarde 16'
Gambe 8' Quinte 2 2/3' Trompette 8'
Prestant 4' Trompette 8' Clairon 4'
Doublette 2' Basson-Hautbois 8'  
Plein-Jeu III-V Voix humaine 8'  
Bombarde 16'    
Trompette 8'    
Clairon 4'    

Autres caractéristiques :
26 jeux - 3 claviers manuels et pédalier
Traction mécanique des claviers et des jeux
Étendue des claviers : 56 notes
Étendue du pédalier : 30 notes
Tirasses : GO/PED, REC/PED
1er clavier: accouplement permanent
Appels Anches : GO, REC, PED, GO 16
Machine Barker: GO


Haut de page


Historique :


Le grand orgue a été construit en 1872-73. Il est l'oeuvre du facteur Aristide Cavaillé-Coll, certainement l'organier le plus célèbre de toute l'histoire de l'orgue. Le buffet est l'oeuvre de Louis-Jean-Antoine Héret, architecte de l'édifice.

L'orgue fut inauguré le 17 décembre 1874 par Louis Lebel.

Lors de sa construction, Cavaillé-Coll a immédiatement été confronté à un problème de taille lors de l'élaboration des plans, à savoir la rosace, et, au centre de la tribune, le passage des cloches. C'est par là que ce faisait le tirage de la mécanique des cloches et qu'on les faisait éventuellement descendre en cas de réparations. Pour la rosace, il lui avait été stipulé qu'elle ne devait en aucun cas être cachée. C'était surtout la Croix, au centre du vitrail, qui ne devait pas être masquée. Du parvis à la pointe du clocher, on compte neuf croix, chiffre symbolique, et il était évidemment impossible d'en masquer une seule.

Il fut donc contraint de faire un buffet en deux parties, laissant tout le centre de la tribune libre et la rosace dégagée. On peut trouver d'autres exemples de ce type d'orgues en buffets séparés mais le problème a aussi été le passage des cloches, empêchant de construire une mécanique directe, partant de la console qui devait à l'origine se trouver en plein centre de la tribune. La mécanique serait donc partie de façon directe vers les deux buffets.
Le devis d'origine prévoyait un orgue à trois claviers, composé d'un récit expressif, d'un clavier de grand orgue et un positif expressif, avec bien entendu la pédale.

La console a bien été installée, curieusement tournée dos à la nef avec ses trois claviers, tous les tirants de registres, le buffet monté. Mais, après l'installation des deux premiers plans sonores, à savoir le récit et le grand orgue, Cavaillé-Coll s'est rendu compte qu'il serait impossible de construire la mécanique du positif. Elle est située dos à la nef, juste derrière le cadran de l'horloge. Le premier clavier, qui devait être celui de positif, a été transformé en clavier d'accouplement permanent, c'est-à-dire qu'il tire en même temps le récit et le grand orgue. C'est le clavier le plus dur. Mais avec les derniers travaux, les claviers sont devenus tout à fait jouables, le grand-orgue et le récit étant même confortables.
En effet, de part la configuration forcée de la mécanique, par ce fameux passage de cloches, il avait été obligé de construire une mécanique déviée, avec les équerres de renvoi fichées dans le plancher. C'était déjà absolument injouable pour l'organiste avec la mécanique de deux claviers. Alors, en ajouter un troisième...

On ne sait pas exactement pourquoi la construction de cet orgue s'est arrêtée. Ce dont on est sûr, c'est qu'il était prévu pour quatre plans sonores, pédalier compris, et qu'il n'y en a que trois, alors que tout était prévu et qu'aujourd'hui encore, il est entièrement configuré pour quatre plans. Le clavier du positif est là, les tirants de jeux aussi et les passages de la mécanique ainsi que l'emplacement des sommiers dans le buffet.
Même avec ce problème, il lui aurait été facile de rajouter une seconde machine Barker qui aurait fait fonctionner en même temps la mécanique du récit et du positif. Il ne l'a pas fait, peut-être parce qu'on ne lui a pas accordé de budget supplémentaire. Mon avis est plutôt qu'il s'est rendu compte que quoi qu'on fasse, cette mécanique était ratée, qu'il aurait été encore pire d'y ajouter quoi que ce soit.

En 1912, Charles Mutin effectue un relevage de l'orgue et augmente les pressions de l'orgue.

En 1922, un relevage partiel par Fernand Prince. En septembre 1955, Erwin Müller effectue des travaux et modifie deux jeux: l'octave 4 du grand-orgue devient une quinte 2 2/3; la progression harmonique du plein jeu de grand-orgue III à VI rangs devient un plein jeu à reprise de III à IV rangs (C = 1 1/3, c = 2, c' = 2 2/3, c'' = 4).

Aucun autre travail n'a été effectué jusqu'en 1989 alors que sous l'impulsion du père Dominique Aubert, le grand-orgue a été restauré par Daniel Birouste, facteur d'orgue à Plaisance, et inauguré par François-Henri Houbart, organiste de la Madeleine.

De 1979 à 1989, l'orgue ne jouait quasiment plus, avec de longs passages complètement muets. Avec un budget serré, il a réussi dans la mesure de ses moyens à faire rechanter cet instrument. Malheureusement, n'ayant pas eu tous les soins dont il avait besoin l'orgue est très vite retombé malade.

Aujourd'hui, soigné par le facteur d'orgues François Delangue, l'orgue fonctionne correctement. Mais une restauration totale de la mécanique, des équerres, de la soufflerie et des sommiers est nécessaire.

Sur le plan sonore, il s'agit très certainement de l'un des plus beaux Cavaillé-Coll. L'instrument est mondialement connu des amateurs d'orgues et il est très courant de recevoir des visites d'organistes et de facteurs d'orgues étrangers qui souhaitent le voir et l'entendre, principalement pour sa batterie d'anches.

En effet, avec seulement 26 jeux, cet instrument est capable de remplir l'édifice, pourtant immense, et peu d'orgues peuvent donner une telle puissance. Même le jeu le plus doux est perçu clairement, et ce à n'importe quel endroit de l'église. L'architecture métallique de la voûte y est peut-être pour quelque chose, du moins dans la propagation du son. Le fait aussi que le plancher de la tribune soit creux ajoute aussi à la rondeur et au volume du son.

Le buffet de droite contient les tuyaux du clavier de grand orgue, en hauteur. Dans le soubassement se trouvent la mécanique, une partie de la soufflerie et la machine Barker.
Le buffet de gauche contient le récit, dont les tuyaux sont enfermés dans une boîte. Cette boîte est munie de volets, que l'on ouvre ou ferme par une pédale d'expression, à la console. Juste à côté se trouve un grand vide qui devait contenir les 11 jeux du positif.

Au fond de la tribune se trouve la pédale, répartie de chaque côté avec au centre le grand soufflet principal. Les tuyaux de pédale sont à l'air libre. Les plus grands tuyaux (16 pieds) font à peu près 5,5 mètres (18 pieds) de haut sur une section de 45 centimètres (1,5 pied) de large, ce qui est assez exceptionnel comme taille.

C'est certainement un des seuls Cavaillé-Coll à être resté dans son état d'origine, tel qu'il a été construit en 1872. La seule vraie modification est la transformation du jeu de l'Octave 4' du clavier de grand-orgue en jeu de Quinte et la modification de la progression du Plein-jeu, tout à fait réparable.
Rien n'a été changé, si ce n'est l'alimentation en vent qui se fait maintenant par un moteur électrique, ayant remplacé l'unique personne qu'il fallait alors pour alimenter la soufflerie à 1 paire de pompes alternatives commandée aux pieds.

La qualité exceptionnelle de la partie sonore, le fait qu'il soit complètement authentique, tout cela fait qu'il a été classé « Monument Historique » et relève donc du patrimoine national.



Haut de page


Photos :

Paris N.D de la Croix    

Paris N.D de la Croix         


Haut de page    Retour France Alpha     Retour Départements     Retour tous pays