Entrez dans le monde magique des orgues.
Page créée le 21/06/2008 Mise à jour le 18/02/2020 L’orgue Dargassies (1994/2004) de la Basilique N.D du Perpétuel Secours de Paris (75).
Orgues en France et dans le monde.
Pays : France Région : Île-de-France Départ. : Paris Ville : Paris (11ème) Local : Basilique Notre-Dame du Perpétuel Secours Facteur : Dargassies Année : 1994 / 2004
Passion, Découvertes, Partage....
Historique
Disposition
Carte
Cliquer
Photos
Autres caractéristiques : 58 jeux - 3 claviers manuels de 61 notes et pédalier 32 notes Transmission numérique des claviers et des jeux Accouplements : I/II (16,8,4') - III/II (16,8,4') - IV/II - III/I (16,8,4') - IV/I - IV/III Tirasses : I/P - II/P - III/P (8,4') - IV/P (8,4') Pizzicato : III/II 4', III 4' Tutti, Crescendo (4) Combinateur électronique
Recherche… Recherche…
Haut de page Haut de page Recherche… Recherche…
L’origine de la basilique remonte à la construction en 1872 d’une chapelle édifiée par l’abbé d’Huist, près du boulevard Ménilmontant, face au cimetière du Père Lachaise. L’abbé d’Huist confia la chapelle en 1874 aux pères Rédemptoristes. Devenue trop petite, la chapelle fut remplacée par l’actuelle église achevée en 1898. La construction de style néo-gothique a été réalisée par le frère rédemptoriste Gérard, architecte et maître d’œuvre. L’édifice se compose d’une nef unique très haute, bordée de chapelles latérales et ceinturée d’un triforium, d’un transept saillant et d’un grand chœur terminé par un chevet pentagonal et entouré d’un déambulatoire. Le clocher situé à la croisée du transept culmine à 62 mètres. La chapelle est devenue église paroissiale en 1960 et a été élevée au rang de Basilique mineure en 1966 par le pape Paul VI. En 1965, le facteur Jean BOUGAREL de Menotey (Jura), installe dans le sanctuaire de cette église, un orgue à traction mécanique suspendue de 22 jeux. L’orgue de piètre qualité fut démantelé après 1982 et remplacé par un instrument électronique. Après un accord signé en septembre 1994 entre la paroisse et la Ville de Paris, l’achat d’un orgue neuf fut passé au facteur DARGASSIES (Manufacture DARGASSIES-GONZALEZ de Rambervillers – Vosges). Il s’agissait de la première tranche à la charge de la paroisse pour un instrument de 23 jeux sans buffet. L’orgue fut inauguré par Jean-Christophe Legrand, le 7 mai 1995. Au printemps 1995, la ville de Paris fit réaliser par DARGASSIES la deuxième tranche de travaux. Le buffet neuf, en chêne massif, ainsi que les tuyaux de façade de 16 pieds, neufs également, furent mis en place au début de 1997. Pour des raisons économiques, il ne fut pas possible, à ce moment-là, d'ajouter le Positif, non plus que le combinateur électronique. À la suite d'une consultation, le parachèvement de l'instrument fut confié à la Manufacture Vosgienne de Grandes Orgues (Bernard DARGASSIES) en 2003. L'orgue fut doté de son Positif et d'un combinateur électronique alors que le buffet fut fermé sur les côtés. Cet instrument, qui compte parmi les orgues les plus importants de la capitale, comprend cinq plans sonores répartis sur trois claviers manuels et pédalier. Le clavier de Résonance est « flottant » et peut-être joué par voie d'accouplement sur l'un ou l'autre des autres manuels. La palette sonore est riche et variée depuis les basses de la Soubasse 32' et de la Bombarde 32' (électronique) jusqu'au Piccolo 1' du Positif. Une Trompette en chamade, avec octave grave et octavie aiguë donne à l'ensemble puissance et précision d'attaque. L'instrument a été béni le 27 juin 2004 et son inauguration officielle a eut lieu par un concert donné le 7 novembre 2004 par son titulaire, Jean-Paul Imbert.
J.P Imbert : Haendel 1er allegro Concerto en ré mineur