Entrez dans le monde magique des orgues. Page créée le 08/09/2014    L’orgue Bielfeldt (1734) de l’église St Willehad de Osterholz-Scharmbeck (D). Orgues en France et dans le monde. Pays : Allemagne Région :  Basse-Saxe Ville : Osterholz-Scharmbeck Local : St. Willehadi kirche Eglise St Willehad Facteur : Bielfeldt Année : 1734 Passion,     Découvertes,     Partage.... Historique Disposition

Agrandir le plan
Carte Cliquer Photos Grand-orgue de la Cathédrale Notre-Dame de Paris Voir la traduction des jeux d'orgue allemands. L’église de Scharmbeck, ville dénommée depuis 1930 Osterholz-Scharmbeck, a été construite vers 1150, à l’emplacement d’une ancienne église en bois érigée en 850 et dédiée à St Willehad, premier évêque de Brême. Ce qui en fait l’un des plus anciens monuments religieux de la région. L’église a été agrandie dans sa forme actuelle en 1745. Elle a été entièrement restaurée en 2004. En 1678, un premier petit orgue y fut placé provenant de l’atelier d’Arp SCHNITGER de Stade. Il s’agissait de l’une des toutes premières réalisations du célèbre facteur. En 1731, un contrat pour un instrument à deux claviers et pédalier fut passé avec le facteur Erasmus BIELFELDT de Stade. On ne sait si ce dernier avait travaillé avec SCHNITGER, mais il fut le compagnon de Matthias DROPA de Lüneburg, lui-même ancien élève de SCHNITGER. L’influence des deux maîtres est sensible dans l’œuvre de BIELFELDT. Toutefois aucun de ses instruments ne possède de Positif de dos et en outre son harmonisation est plus douce et colorée. L’instrument fut achevé en 1734. Aucun élément de l’ancien orgue SCHNITGER ne fut utilisé. L’instrument comptait alors 21 jeux. La pédale était positionnée à l’arrière du buffet. En 1745, après la reconstruction et l’agrandissement de l’église, BIELFELDT déplaça son instrument sur une tribune surélevée au-dessus de la tribune principale, au-dessus du portail d’entrée. Il a effectué quelques modifications à cette occasion, la pédale a été disposée dans les deux tourelles latérales et a reçu un Principal 16’. En 1770, le facteur Dietrich Christoph GLOGER, ancien contremaître de BIELFELDT vers 1730, a rajouté une Voix Humaine 8’ au grand-orgue. Au 19ème siècle, l’instrument subit des modifications limitées. La Quinte 3’ du grand-orgue fut remplacée par une Gambe 8’ et la Mixture IV de pédale par un Violon-Basse 16’. En 1870, le facteur Johann Heinrich RÖVER de Stade est intervenu sur la division de pédale, suite à des dégâts causés par l’humidité. Il a modifié la pression des vents et remplacé la Voix Humaine de 1770 par un Bourdon bouché de 8’. En 1917, les tuyaux de façade ont été réquisitionnés. En 1935, le facteur WETZEL de Hanovre a remplacé ces tuyaux par des tuyaux en zinc et a révisé entièrement l’orgue, sans faire de modifications. Entre 1970 et 1972, les facteurs Harry et Guntram HILLEBRAND de Hanovre ont effectué une première restauration majeure de l’orgue. Ce travail est exemplaire car il s’agit de l’une des premières restaurations véritablement historiques d’un instrument de cette époque. L’intonation a été préservée. Le sommier de pédale a été reconstruit et la Mixture de pédale a également été reconstruite. En 1974, la maison HILLEBRAND a remplacé le réservoir de 1931 par trois soufflets cunéiformes. En 2004, une nouvelle phase de restauration a été effectuée par la maison HILLEBRAND (dirigée par Martin HILLEBRAND). Les tuyaux de façade ont été reconstruits en étain. La soufflerie de 1974 a été révisée et un Tremblant a été ajouté. L’intonation a été reprise avec un tempérament Bach-Kellner. La Quinte 3’ du grand-orgue a été reconstruite. Cette restauration exemplaire de l’orgue de BIELFELDT largement préservé, nous permet d’entendre à nouveau cet instrument historique avec des sonorités et une harmonisation très proches de ce qu’elles devaient être en 1734. Autres caractéristiques : 23 jeux - 2 claviers manuels de 48 notes et pédalier 27 notes Transmission mécanique des claviers et des jeux Accouplement : II/I à tiroir Tremblant Etoile de clochettes Diapason : La = 462 Hz Tempérament : Bach-Kellner (2004)