Entrez dans le monde magique des orgues. Page créée le 20/01/2015 L’orgue Desenclos (1653) de l’église St Jean-Baptiste  de Nemours (77). Orgues en France et dans le monde. Pays : France Région :  Ile-de-France Départ. : Seine-et-Marne Ville : Nemours Local : Eglise St Jean-Baptiste Facteur : Desenclos / Lefebvre Année : 1653 Passion,     Découvertes,     Partage.... Historique Disposition

Agrandir le plan
Carte Cliquer Photos La construction de l’église a commencé en 1170. Elle fut décidée par Gauthier de Villebéon pour recevoir des reliques de St Jean-Baptiste. La tour-porche date de cette époque. L’édifice fut certainement endommagé lors du grand incendie de 1358, pendant la guerre de cent ans. La reconstruction de l’église ne commencera qu’en 1445 pour s’achever en 1595. Le chœur actuel date de cette époque, de même que les trois chapelles rayonnantes polygonales qui entourent le chevet. La grande nef entourée de deux bas-côtés est rehaussée au 17ème siècle. A noter qu’il n’y a pas de transept. L’intérieur a été restauré et aménagé au 19ème siècle. L’édifice, classé en 1841 puis déclassé en 1894 a finalement été classé aux Monuments Historiques en 1977. L’église possède un très bel orgue historique, construit en 1653 par les facteurs parisiens Pierre DESENCLOS (ancien apprenti de LE PESCHEUR et ancien ouvrier de Valéran de HEMAN) et Jacques LEFEBVRE (neveu des frères Jehan et François de HEMAN). Le buffet est l’œuvre du charpentier local Henri Heurtault et du sculpteur et menuisier du Roi, Charles Véniat. L’instrument compte alors une quinzaine de jeux sur un clavier et pédalier en tirasse. En 1703, le facteur François THIERRY de Paris a effectué des travaux sur l’instrument. En 1744, Nicolas COLLARD, facteur à Paris, ajoute la division de Positif de dos dotée de neuf jeux. Le buffet est réalisé par Guyon, menuisier de Nemours. En 1782, le facteur François CALLINET, alors chez Adrien PICARD-LEPINE à Paris, a ajouté une division indépendante de pédale. L’étendue est de 27 notes de UT1 à RE5, sans 1er UT#, avec ravalement pour les anches au contre-LA joué sur le UT1#. En 1849, la maison DAUBLAINE et CALLINET restaure l’instrument. Les claviers et les soufflets sont reconstruits. En 1933 et 1934, le facteur Victor GONZALEZ de Châtillon-sous-Bagneux près de Paris, effectue une grande restauration de l’orgue, en respectant la disposition historique. A noter que dans ses travaux, GONZALEZ est assisté par Rudolph von BECKERATH, futur fondateur de la célèbre firme allemande du même nom. L’orgue est inauguré par André MARCHAL en mars 1934. La partie instrumentale a été classée aux Monuments Historiques en 1934 et le buffet en 1944. Dans les années 1970 l’instrument a énormément souffert des travaux effectués dans la nef. De 1985 à 1988, l’instrument est de nouveau entièrement restauré par Yves KOENIG de Sarre-Union (Bas-Rhin). Cette maison spécialiste de la restauration historique, a redonné à l’instrument tout son éclat dans son état de 1782, respectant le matériel original des 17ème et 18ème siècles qui se trouve toujours présent en très forte proportion. L’orgue a été inauguré en avril 1988 par un récital d’André ISOIR. Autres caractéristiques : 28 jeux - 3 claviers manuels et pédalier à la française Transmission mécanique des claviers et des jeux Accouplement : I/II à tiroir Tremblant doux Tempérament inégal Mercadier (1782)