Entrez dans le monde magique des orgues.
Page créée le 08/10/2019 L’orgue Alsúa (1720) de l'église des Saints Jean de Nava del Rey (Espagne).
Orgues en France et dans le monde.
Pays : Espagne Région :  Castille-et-León Ville : Nava del Rey Local : Iglesia de los Santos Juanes Facteur : Alsúa Année : 1720
Passion,     Découvertes,     Partage....
Historique
Disposition
Carte
Cliquer
Photos
Recherche… Recherche…
Haut de page Haut de page Recherche… Recherche…
L’orgue est situé au niveau de la quatrième travée de la nef centrale, dans un enclos, posé en tribune parallèlement à la nef, entre les piliers qui séparent la nef du collatéral. Un premier contrat est signé en 1709 pour la construction d’un orgue neuf avec le facteur Julián Martínez MAQUEDA de Burgos (Espagne). Malheureusement alors que les travaux sont à peine commencés, le facteur décède en 1711. Cette même année, le contrat est concédé au facteur Antonio PÉREZ de Peñaranda de Bracamonte (Castille-et-León). Celui-ci achève en 1712 les travaux suivant les plans de MAQUEDA, avec quelques modifications. Les dorures du buffet furent réalisées par Manuel de Plasencia. Toutefois seul le buffet magnifiquement réalisé donna satisfaction. L’orgue lui-même fut jugé de piètre qualité et resta muet les années suivantes. Les maîtres facteurs Domingo AGUIRRE et Pedro CAVARRIA confirmèrent cet état pitoyable. En 1718, un nouveau contrat fut passé avec le facteur basque Joseph De ALSÚA pour reconstruire un nouvel orgue dans le buffet de 1711. L’instrument fut finalement achevé en 1720. Le buffet de PÉREZ a été légèrement modifié mais dans la même excellente facture. En 1794, l’orgue a été restauré et modifié par le facteur Antonio RUIZ de Burgos (Espagne). On note en 1880 des travaux réalisés par le facteur Mateo DÍAZ de Bejar (Salamanque – Espagne). En 1995, dans son livre sur les orgues de la province de Valladolid, le jésuite Jesús Ángel de la Lama note que cet orgue est l’un des meilleurs et les mieux conservés de la province et qu’il mérite une véritable restauration. Cette restauration complète a été effectuée en 2014 et 2015 par le facteur Joaquin LOIS de Tordesillas (Valladolid – Espagne). Le buffet avec sa double façade et ses décorations et dorures a fait l’objet d’une attention toute particulière tant il présente une valeur exceptionnelle. A noter que la façade du collatéral ne possède que des tubes moines. La mécanique et les sommiers d’origine ont été soigneusement restaurés. Les soufflets cunéiformes qui datent de l’intervention de 1794 ont été également remis en état, de même que l’alimentation en vents des deux divisions. La soufflerie est actionnée soit par ventilateur électrique soit par commande manuelle à manivelle. Sur le plan sonore, le travail de LOIS a permis de revenir à la disposition de 1720. La tuyauterie d’origine a été restaurée et la tuyauterie manquante (463 tuyaux, soit environ 30% du total) reconstruite au modèle. Seuls la Violeta et la Clarinete de 1794 ont été conservés mais pourront laisser place dans une future restauration à une Dulzaina au modèle de celle de De ALSÚA. Ce travail remarquable, réalisé grâce à l’action de l’association Manuel Marin (Orgues de Valladolid) et au financement du Conseil Provincial de Valladolid, aboutit à la renaissance d’un témoin exceptionnel de la facture ibérique baroque du 18ème siècle.
Autres caractéristiques : 21 jeux - 2 claviers manuels et pédalier Claviers divisés à : c'/c#' Transmission mécanique des claviers et des jeux Genouillère pour l'écho Timbales 2 notes (Ré/La) Diapason : La = 418 Hz Tempérament mésotonique
Cette grande église est dédiée à St Jean-Baptiste et à St Jean l’Evangéliste, d’où son nom d’église des Saints Jean. Sa construction a été entamée au tout début du 16ème siècle pour ne s’achever qu’en 1602. Pendant ces cent ans, plusieurs architectes se sont succédés, apportant chacun leur style. Le plan général est dû à l’architecte Hontañón : une grande église halle gothique à trois nefs de même hauteur et une grande abside avec un chevet polygonal et des chapelles latérales. La fin des travaux sera exécutée dans le style classique. La tour occidentale s’effondra en 1663. Elle sera reconstruite dans sa forme monumentale actuelle à la fin du 17ème siècle. La tour domine la ville et lui a valu le surnom de Giralda de Castille. L’entrée dans l’église se fait par les portails latéraux. La grande sacristie a été construite en 1733 par l’architecte Churriguera. Le retable principal a été réalisé au début du 17ème siècle par le sculpteur local Gregorio Fernández sur un dessin de Francisco Velázquez. L’église possède plusieurs œuvres des maîtres argentiers de Valladolid.