Entrez dans le monde magique des orgues.
Page créée le 26/02/2008 Mise à jour le 24/08/2022 L’orgue Cavaillé-Coll (1861) de la cathédrale Notre-Dame de Nancy (Meurthe-et-Moselle)
Orgues en France et dans le monde.
Pays : France Région : Grand Est Dept : Meurthe-et-Moselle Ville : Nancy Local : Cathédrale Notre-Dame de l’Annonciation Facteur : Dupont / Cavaillé-Coll Année : 1763 / 1861
Passion, Découvertes, Partage....
Historique
Disposition
Carte
Photos
Cliquer
Cette grande église fut construite comme église primatiale entre 1703 et 1742, car Nancy n’était alors que siège primatial depuis 1602 et dépendait de l’évêché de Toul (Meurthe-et-Moselle). L’édifice fut érigé sur les plans de l’architecte italien Giovan Betto, lesquels furent corrigés par Jules Hardouin-Mansart. Les travaux s’achevèrent à l’économie avec l’architecte Boffrand. L’édifice de style classique s’inspire de l’église « San Andrea della Valle » de Rome. Jules Hardouin-Mansart préconisa l’édification d’un dôme à la croisée du transept. Mais celui-ci ne fut jamais construit et remplacé par une grande coupole. L’église se compose d’une nef centrale avec deux bas-côtés bordés de quatre chapelles latérales, d’un transept saillant et d’un grand chœur terminé par une abside semi-circulaire. La coupole de la croisée et ses pendentifs sont décorés de fresques réalisées par Claude Jacquart. En 1777, l’église fut élevée au rang de cathédrale lors du transfert de l’évêché de Toul à Nancy, et conserva son titre de primatiale. A la révolution, la cathédrale fut transformée en temple de la raison. Au début du 19ème siècle le culte est rétabli et la cathédrale est restaurée. Elle sera élevée au rang de basilique mineure en 1867 par le pape Pie IX. Elle est classée aux Monuments Historiques depuis août 1906. Le grand orgue est construit de 1756 à 1763 par le facteur Nicolas DUPONT de Malzéville, près de Nancy, aidé de son frère Joseph. L’instrument est placé au fond de la nef, sur la tribune en pierre dessinée par Jean-Nicolas Jennesson, et réalisée par Barthélémy Mesny. L'instrument est réceptionné en avril 1763 par l’organiste Joseph Marchal. Avec 44 jeux sur quatre claviers et pédalier, c’est le chef-d’œuvre de DUPONT. Le buffet monumental a été vraisemblablement dessiné par Jean-Nicolas Jennesson. Ce buffet élégant comporte pour le grand buffet six plates-faces et sept tourelles dont les deux grandes tourelles entourant la fenêtre centrale et, curiosité, la tourelle centrale concave. Le Positif de dos comporte cinq tourelles et quatre plates-faces. En 1788, le facteur Jean-François VAUTRIN, successeur des frères DUPONT, effectue des travaux sur l'orgue, qui sont réceptionnés par l'organiste Jean-Baptiste Nôtre en janvier 1789. Entre 1808 à 1814, le même facteur VAUTRIN intervient pour des réparations et, finalement, agrandit l'instrument avec notamment l'installation de deux jeux de Bombarde dont une de 32', sans doute une première en France. Les frères CLAUDE de Paris effectuent des réparations et des augmentations en 1837 et en 1843. Le 27 novembre 1857, le célèbre facteur parisien Aristide CAVAILLÉ-COLL soumet un devis pour reconstruire l'instrument et le transformer en un instrument symphonique. Le devis porte sur un instrument de 62 jeux répartis sur 4 claviers manuels pour un total de 3,612 tuyaux et ce au coût de 50 250 francs. La construction se déroula de 1857 à 1861. L'instrument, opus N° 163, fut reçu par l'organiste Théophile Stern, le 20 novembre 1861. Comme il le fera souvent, CAVAILLÉ-COLL conserve ici non seulement le magnifique buffet mais également une bonne partie de la tuyauterie d’origine, qu’il modifie et réharmonise. En 1881, la maison CAVAILLÉ-COLL effectue un relevage de l’orgue. En août 1906, le buffet est classé aux Monuments Historiques. En 1921, le facteur Charles MUTIN , successeur de CAVAILLÉ-COLL, répare les dégâts causés par la Première Guerre mondiale. Puis, avec la déclaration de la Seconde Guerre mondiale, l'instrument échappe à l'électrification de la transmission projetée par le facteur Edmond-Alexandre ROETHINGER de Schiltigheim (Bas-Rhin). De 1963 à 1965, la firme HAERPFER-ERMAN de Boulay (Moselle) procède à une restauration de l'instrument en lui redonnant une esthétique néo-classique. Les flûtes octaviantes sont recoupées et de nouvelles mutations et mixtures sont installées en réutilisant ou en remplaçant du matériel de CAVAILLÉ-COLL. L'instrument restauré est inauguré en octobre 1965 par Gaston Litaize. En 1975, la firme HAERPFER-ERMAN effectue des réparations et quelques petites modifications qui n'affectent pas l'esthétique de l'instrument. En 2012 et 2013 les facteurs Laurent PLET de Macey (Aude) et Bertrand CATTIAUX de Liourdres (Corrèze) ont effectué un nettoyage de l’instrument et procédé à des travaux d’étanchéité, d’harmonisation du Positif et de restauration des anches. Le Basson- Hautbois du Positif de VAUTRIN, enlevé par HARPFER-ERMAN, a été pour partie reconstruit et replacé. Les flûtes harmoniques coupées par HAERPFER-ERMAN ont été rallongées dans leur sonorité originales. L’orgue, quoique transformé par HAERPER-ERMAN dans le style néo-classique, n’a toutefois pas perdu le caractère symphonique très marqué de CAVAILLÉ-COLL. Depuis 2021 l’orgue fait l’objet d’une grande campagne de restauration destinée à lui restituer tout son caractère symphonique de 1861. Le buffet va être restauré. Toute la tuyauterie sera démontée et entièrement restaurée dans la disposition de 1861, fort bien documentée. Ces travaux sont confiés à un groupement d’entreprises réunissant le facteur Michel JURINE de Rontalon (Rhône), la maison CATTIAUX-CHEVRON de Liourdres (Corrèze) et la manufacture de Jean-Christophe GUERRIER de Willer (Haut-Rhin). Cette restauration est financée par l’Etat et la DRAC du Grand Est, dans le cadre du plan de relance. Les travaux doivent durer jusqu’en 2024.
Autres caractéristiques : 65 jeux - 4 claviers de 54 notes et pédalier de 30 notes. Transmission mécanique des claviers et des jeux Accouplements : I/II - III/II - IV/II Tirasses: I/P - II/P - IV/P Appel machine Barker au G.O. Appels anches : I - IV - P Diapason : La = 440 Hz - Tempérament égal
Haut de page Haut de page Recherche Recherche
Recherche… Recherche…
Johann Vexo JS Bach : Sinfonia BWV29
Johann Vexo JS Bach : Fantaisie & Fugue
Johann Vexo St Saëns : Fantaisie
Johann Vexo Ch. Widor : Toccata
Johann Vexo JS Bach : Choral
Willem den Boer G. Bélier : Toccata