Entrez dans le monde magique des orgues.    Page créée le 24/07/2012   L’orgue Merklin-Schütze (1857) de la Cathédrale Ste Marie de Murcie (Espagne). Orgues en France et dans le monde. Pays : Espagne Région :  Murcia Ville : Murcia Local : Catedral Santa Maria Cathédrale Ste Marie Facteur : Merklin-Schütze Année : 1857 Passion,     Découvertes,     Partage.... Historique Disposition
Carte Photos Cliquer Concert 1h 20’ Manuel Tregrosa joue Pièces romantiques JS Bach - BWV 552 Santa Maria del Amen L’imposante cathédrale gothique Sainte-Marie de Murcie est l’édifice majeur du diocèse de Carthagène et l’un des plus beaux monuments de la ville. Elle fut construite entre 1385 et 1465, puis sans cesse restaurée et agrandie entre le 16ème et le 18ème siècle. La façade baroque est du 18ème siècle. La présence d’orgues dans la cathédrale y est mentionnée dès le début du 15ème siècle. Il devait sans doute s’agir d’un ou de deux petits instruments. Le premier grand orgue fut construit en 1592, côté évangile. En 1630 un instrument plus petit fut placé côté épître. En 1712 et 1713 le facteur Domingo de MENDOZA, organiste de la Chapelle Royale construisit au-dessus de la chapelle St François, côté évangile un grand-orgue de 43 jeux sur deux claviers divisés (20/23), dimension tout à fait impressionnante pour cette époque. Puis en 1726, le facteur Fulgencio LLOP reconstruisit l’orgue de l’épître avec 37 jeux divisés (17/20) sur un clavier, dans le buffet précédent. La Cathédrale possédait alors trois orgues. Deux orgues monumentaux furent construits par Fernando MOLERO, entre 1796 et 1799, de chaque côté du chœur. Fernando MOLERO était le fils de Julian DE LA ORDEN, constructeur du grand-orgue de la cathédrale de Malaga. Le grand-orgue de l’épître avait 77 jeux sur 3 claviers (dont 35 anches…) et l’orgue qui lui faisait face était également un grand-orgue qui réutilisait le matériel sonore des deux instruments précédents de la cathédrale. Les buffets imposants de ces deux orgues étaient l’œuvre du maître charpentier Jose REYES. Les deux orgues disparurent dans l’incendie de 1854 qui ravagea également le chœur et le retable. La construction du magnifique grand-orgue actuel fut confiée à la maison belge MERKLIN-SCHÜTZE d’Ixelles-lez-Bruxelles. L’orgue fut réalisé de 1855 à 1857 et inauguré en juillet 1857. Il est placé en tribune au centre du chœur, face à l’autel. C’était à l’époque le plus grand instrument d’Espagne. Derrière l’imposant buffet néo-gothique en chêne des Flandres, les 5000 tuyaux de l’orgue alliaient à la fois le nouveau style romantique et la puissance des jeux d’anches espagnols. Cette réalisation fut saluée alors en Europe comme une avancée majeure pour la facture d’orgue. En 1864, l’intonation a été baissée d’un demi-ton par l’ajout d’entretoises sur la tuyauterie. Ceci n’a pas été sans conséquences, les grands tuyaux devant par la suite s’affaisser sous leur propre poids. L’orgue a fait l’objet d’une grande restauration en 1910 par Aquilino AMEZÚA. L’ordre des claviers a été inversé, une deuxième machine Barker a été placée au Positif et sept jeux ont été modifiés. En 2004, un projet de restauration majeure fut initiée par l’évêque du diocèse de Carthagène, la fondation « Caja Madrid » et le Chapître de la Cathédrale, propriétaire de l’instrument. Cette restauration a été confiée au facteur français Jean DALDOSSO de Gimont (Gers). DALDOSSO a restauré l’orgue dans sa disposition originale. La machine Barker du grand-orgue (d’origine) a été restaurée et celle du Positif a été reconstruite au modèle de la facture du 19ème siècle. Les claviers ont retrouvé l’ordre original, à savoir le Positif au premier, le grand-orgue au second, la Bombarde au troisième et le Récit expressif au quatrième. La pédale de 27 notes a été étendue à 30 notes. La console, la mécanique, le buffet expressif du Récit, l’alimentation en vent, tout le matériel sonore ont été entièrement restaurés. La plupart des travaux ont été effectués dans les ateliers du facteur. Le buffet a été également restauré et l’harmonisation refaite après remontage. L’orgue magnifiquement restauré a été inauguré en novembre 2008, « à la française », c’est-à-dire lors d’une cérémonie au cours de laquelle l’orgue répond aux six invocations de l’évêque : « Orgue, réveille-toi… » (Despierta, órgano instrumento sagrado: tú entonarás la alabanza de Dios, nuestro creador y nuestro Padre.). Un concert magistral en soirée a clôturé cette cérémonie avec notamment Esteban ELIZONDO et Michel BOUVARD. Depuis 1994, la cathédrale dispose d’un orgue de choeur de style ibérique du facteur belge Patrick COLLON. Un grand merci à Pedro Sánchez Amorós pour sa communication. Autres caractéristiques : 63 jeux - 4 claviers manuels de 56 notes et pédalier 30 notes Transmission mécanique des claviers et des jeux 2 machines Barker (G.O et Positif) Accouplements : III/II (16,8') - IV/II - III/I - IV/I Tirasses : I/P - II/P - III/P Appels des anches et mixtures par clavier Tutti