Orgues en France et dans le monde.

Retour France Alpha     Retour Départements     Retour tous pays                                     Historique           Photos

Montbrison (42)

Collégiale Notre-Dame de l'Espérance

J. Callinet, 1842


Composition :

I /Positif de dosII / Grand OrgueIII / Récit expressifPédale
54 notes54 notes42 notes + complt 12 notes25 notes + 2 notes en tirasse
    
Montre 8'Bourdon 16'Bourdon 8'Bourdon 16'
Bourdon 8'Montre 8'Dulciane 8'Flûte 8'
Salicional 8'Bourdon 8'Jeu céleste 8' ( à C2 )Violoncelle 8'
Prestant 4'Violon 8'Flûte octave 4'Flûte 4'
Doublette 2'Prestant 4'Cornet III rgs ( à C2 )Ophicléide 16'
Fourniture IV rangsFlûte 4'Hautbois 8'Trombone ténor 8'
Cornet III rgs (à C3)Viole alto 4'Trompette 8'Trombone alto 4'
Trompette Basse 8'Nasard 2'2/3Voix Humaine 8' 
Trompette Dessus 8' ( à C3 )Doublette 2'  
Basson Basse 8'Sifflet 1'Tremblant  
Chalumeau Dessus ( à F3 )Fourniture V rangs  
Cromorne 8'Bombarde 16'  
 1ère Trompette 8'  
tremblant doux2ème Trompette 8'  
 Clairon 4'  
 Cornet V rangs ( à C 3 )  

Autres caractéristiques :
43 jeux - 3 claviers manuels et pédalier
Traction mécanique des notes et des registres
Mécanique foulante pour le positif, suspendue pour le récit et le GO,
Accouplements : I/II - III/II - Annulation
Tirasses : I/P - II/P - III/P Cuiller (Dunand)
Annulation Tirasses GO & Pos
Expression Récit à crémaillère
Console en fenêtre


Haut de page


Historique :



Au Xlllème siècle, le Comte Guy IV, comte de Forez, fit construire la Collégiale Notre Dame d'Espérance. Cette collégiale était administrée par 13 chanoines (puis 12), dont 7 étaient prêtres : le doyen, le chantre, le sacristain et le maître de chœur, ainsi que 3 autres chanoines.

De nos jours, sans grand effort d'imagination, sous les belles et pures ogives de la Collégiale, il semble que l'on entende encore les chants des chanoines et des fidèles.

Mais il a fallu attendre cependant de nombreuses années pour que leurs voix soient soutenues par les sonorités d'un instrument liturgique.

C'est au début du XVII le siècle que résonne pour la première fois sous les voûtes de ta Collégiale, un orgue construit sur le jubé séparant le chœur d'avec la grande nef. En 1794, l'instrument est détruit par un corps d'armée séjournant dans la ville. Les boiseries sont brûlées, l'étain et le plomb fondus servent à faire des balles. A la place du jubé détruit, une estrade est élevée et l'on célèbre le culte de la déesse Raison.

En 1839, Monsieur le curé Crozet qui a présidé à d'importants travaux dans la collégiale, s'engage, après un don généreux d'une famille montbrisonnaise, dans la construction d'un orgue digne de l'édifice.

De décembre 1839 à novembre 1840 s'effectue l'édification de la tribune, sur les plans de Monsieur Bossan, architecte lyonnais réputé, qui introduit dons l'architecture du Xlllème siècle de l'église Notre Dame, le décor festonné de guirlandes et de colonnettes du XVIème  siècle qu'on admire encore aujourd'hui.

C'est à Rouffach, en Alsace, que sera exécuté l'instrument d'après les plans de Bossan et sous la direction du facteur d'orgue Callinet. Le 6 janvier 1842, l'orgue de la collégiale dont le chroniqueur dit qu'il est "l'un des premiers confectionnés en grand dans le diocèse de Lyon", est inauguré par Ch. Widor, disciple de Reicha et père du célèbre Charles Marie Widor.

L'instrument possède des sonorités claires et puissantes, caractéristiques de l'orgue français et déjà une variété de registres propres à servir la musique romantique.

L'orgue comprend 46 jeux ou registres. Les claviers sont au nombre de 4 trois pour le manuel de quatre octaves et demi, et un clavier de pédale de deux octaves.

Trois soufflets à tables parallèles alimentent les sommiers en air.

En 1870, Merklin retouche l'instrument et le romantise à l'excès. L'orgue se détériore de plus en plus. On en effectue le dernier relevage en 1929.

C'est seulement en 1972, après l'expertise du maître Maurice Duruflé et de Monsieur Aubry que l'orgue est classé ; "Orgue historique", ce qui permet d'espérer alors une restauration sérieuse.

I1  faut  attendre  février  1981   pour  le début  des  travaux  qui  sont confiés à  la Maison Dunand de Villeurbanne, qui réalise avec son harmoniste Christian Marcel, un travail exemplaire.

L'orgue retrouve ses sonorités originelles, ainsi que la composition exacte des jeux dont on a retrouvé la nomenclature gravée derrière la console.

L'instrument est inauguré solennellement le 4 novembre 1983 par Louis Robilliard, organiste de Saint-François-de-Sales à Lyon, et professeur au Conservatoire national de région de Lyon.
Charles Barthélémy, organiste titulaire, ancien disciple d'André Marchal, participe au concert selon la tradition.

L'orgue de Montbrison est assurément l'un des plus beaux de la région Rhône-Alpes et s'affirme comme une réalisation exceptionnelle et exemplaire du grand facteur d'orgue Callinet.

Site : http://montbrisorgue.chez-alice.fr/



Haut de page


Photos :

Montbrison Collégiale Notre-Dame de l'Espérance                       Montbrison Collégiale Notre-Dame de l'Espérance


Haut de page    Retour France Alpha     Retour Départements     Retour tous pays