Entrez dans le monde magique des orgues. Page créée le 20/09/2008 Mise à jour le 09/09/2015 L’orgue Pesce (2014) de l’église Saint Girons de Monein (64). Orgues en France et dans le monde. Pays : France Région :  Aquitaine Départ. : Pyrénées Atlantiques Ville : Monein Local : Eglise Saint Girons Facteur : Pesce Année : 2014 Passion,     Découvertes,     Partage.... Historique Disposition
Carte Cliquer Photos Cette église Saint-Girons a été construite entre 1464 et 1530 grâce à la générosité et à la dévotion de ses paroissiens. Monein était alors beaucoup plus importante que Pau. L’église est remarquable à plus d’un titre : c’est le plus grand édifice gothique religieux du Béarn avec ses 61 m de long, 16 m de large et 31m de hauteur ; sa tour carrée de type béarnais flanquée d’une tourelle circulaire  et d’imposants contreforts culmine à 40m de hauteur ; et surtout sa charpente réalisée par les cagots (ouvriers du bois, exclus de la société) est unique en France avec sa forme en double vaisseau dissymétrique renversé, en cœur de chêne taillé à la hache. La nef voutée en pierre n’est flanquée que d’un seul bas-côté. On y entre par un magnifique porche de style Renaissance. Le mobilier qui orne l’église, et notamment le retable, date du 17ème et du début du 18ème siècle, le mobilier d’origine ayant été saccagé par les huguenots. En 1809, les bardeaux qui constituaient la couverture ont été remplacés par de l’ardoise. L’église a été restaurée après 1840 et de nouvelles campagnes de restauration ont été effectuées, l’une concernant la charpente entre 1975 et 1995, la dernière entre 1999 et 2003 pour l’intérieur de l’église. L’orgue situé en tribune a été commandé en 1683 par les jurats de Monein (magistrats municipaux) au facteur toulousain Robert DELAUNAY. L’instrument fut achevé en 1686. Il comportait une dizaine de jeux sur deux claviers et pédalier en tirasse. Le buffet d’un seul corps, en noyer et châtaigner est l’œuvre d’un maître menuisier de la commune voisine de Lescar (64). En 1775, l’orgue est restauré par le facteur MAUROUMEC, compagnon de Dom BEDOS. En 1857, alors que des travaux de réfection du grand portail sont entrepris, l’orgue est démonté. En raison de son mauvais état, l’instrument est alors reconstruit par Vincent CAVAILLE-COLL, le frère d’Aristide, avec douze jeux sur deux claviers dont un expressif et pédalier en tirasse. Faute d’entretien, l’orgue se dégrade et devient muet dans la première moitié du 20ème siècle. En 1956, le facteur Maurice PUGET de Toulouse (31) le remet en état. Entre 1972 et 1976, la maison PESCE de Pau (64) reconstruit l’orgue en conservant toutefois une partie de la tuyauterie de CAVAILLE-COLL (Bourdon 8’ et Flûte 4’ du GO placés à la pédale). Une partie des jeux de fonds est en extension du 16’. . En 1995, le buffet et la tuyauterie restante du 17ème siècle ont été classés aux Monuments Historiques. En 2013, une nouvelle reconstruction de l’orgue dans l’esprit du 17ème siècle est confiée à la même maison PESCE de Pau. L’orgue est démonté. La tuyauterie est entièrement reconstruite à neuf à part quelques tuyaux de CAVAILLE. Ces tuyaux neufs sont en alliage d’étain et de plomb martelés. Les anciens tuyaux du 17ème encore présents ont été démontés et stockés pour être préservés. La transmission est reconstruite de même que la console en fenêtre centrale à trois claviers et le pédalier à l’allemande. La soufflerie est refaite à neuf avec trois soufflets cunéiformes. Le buffet restauré a retrouvé ses dimensions d’origine et a été replacé dans l’axe de la nef. Le nouvel orgue en parfaite harmonie avec son buffet historique a été inauguré en avril 2014. Autres caractéristiques : 26 jeux - 3 claviers manuels et pédalier Transmission mécanique des claviers et des jeux Accouplements à tiroir : I/II - III/II Tirasses ; I/P - II/P Tremblants : I - II - III
orgue, orgues, orgues à tuyaux, organ, orgel, organo, organy, varhany