Entrez dans le monde magique des orgues.
 Page créée le 17/07/2018   Orgue Schnitger (1701) de la cathédrale Notre-Dame de Mariana (Brésil)
Orgues en France et dans le monde.
Pays : Brésil Etat :  Minas Gerais Ville : Mariana Local : Catedral Basilica da Sé Facteur : Schnitger Année : 1701
Passion,     Découvertes,     Partage....
Historique
Disposition
Carte
Cliquer
Haut de page Haut de page Retour Brésil Retour Brésil
Photos
Autres caractéristiques : 19 jeux - 2 claviers manuels et pédalier Transmission mécanique des claviers et des jeux Claviers divisés à : c'/c#' Accouplement : II/I à tiroir Tirasse : I/P Diapason : La = 440 Hz Tempérament mésotonique modifié Tremblant (2001)
L’histoire de cette cathédrale n’est pas facile à retracer, car les sources divergent quant à ses origines exactes. Une première petite église dédiée à Notre-Dame du Carmel fut érigée en 1703 et 1704 dans cette petite ville qui s’appelait alors Ribeirão do Carmo. Dès 1713, il fut décidé de construire une église plus importante à l’emplacement actuel. Elle fut achevée en 1718 et consacrée à Notre-Dame de la Conception. Cette église était alors construite en bois et argile. D’autres travaux furent réalisés à partir de 1734 avec l’érection de la façade, de la nef et des clochers puis en 1798 la reconstruction de la façade et des murs extérieurs en pierre et chaux. L’édifice se compose d’une nef avec deux bas-côtés, sans transept et un chœur avec un chevet plat. La nef est voûtée en bois sans décor mais la voûte du chœur est richement décorée. En 1745 le roi João V du Portugal éleva la ville au rang de préfecture sous le nom de Mariana. L’église fut alors élevée au rang de cathédrale par le pape Benoit XIV et consacrée à Notre-Dame de l’Assomption en décembre 1745. Les magnifiques décors à l’intérieur de l’église (autels et retables baroques) ont été réalisés au cours du 18ème siècle par des artistes comme José Martins, Manuel de Sousa e Silva, José Coelho Noronha et Manuel Rabelo de Sousa. La cathédrale a été restaurée par l’IPHAN (Patrimoine Historique) en 1937 et une nouvelle campagne de restauration a été entamée en 2016. La cathédrale possède le seul orgue du célèbre facteur allemand Arp SCHNITGER présent au Brésil (et hors de l’Europe). Cet instrument fut construit en 1701 dans les ateliers du facteur à Hambourg (Allemagne). Il était destiné à une paroisse portugaise. Un deuxième instrument de 12 jeux fut envoyé au Portugal au même moment et se trouve aujourd’hui au monastère St Sauveur de Moreira dans la ville de Maia (Portugal). Il faut noter que SCHNITGER avait adapté ces deux instruments aux habitudes des portugais, en ne mettant pas par exemple en service la division de pédale alors que la mécanique le permettait. On ne sait pas où l’orgue de Mariana fut placé. Des inscriptions retrouvées dans l’orgue indiquent qu’une intervention a été effectuée en 1723 par Johann Heinrich HULENKAMPF, ancien compagnon D’Arp SCHNITGER, qui était venu travailler au Portugal depuis 1701. Ces inscriptions laissent également penser que l’orgue se trouvait dans un couvent franciscain, peut-être celui de Lisbonne. (Nb) L’instrument fut acheté par le facteur du Roi, João da Cunha, en 1747. En 1752, la couronne portugaise en fit don à la nouvelle cathédrale de Mariana où il fut expédié d’abord par bateau puis à dos de mulet dans 18 caisses. La tribune fut érigée par l’ébéniste Manuel Francisco Lisboa qui aida vraisemblablement au remontage de l’orgue ainsi que son premier organiste, le père Manuel da Costa Dantas. C’est sans doute à cette occasion que la console reçut des décors en « chinoiserie » en vogue à cette époque. Le Quintadon 16’ fut alors remplacé par une Flûte bouchée de 4’. L’orgue fut inauguré en 1753. Si l’on sait que cet orgue fut pendant très longtemps au centre d’une intense activité musicale, il n’y a pas beaucoup de documentations sur les interventions qu’il a pu subir au cours du temps. On sait qu’il a connu des réparations mais aussi des modifications et notamment le retrait des jeux d’anches et le remplacement des soufflets cunéiformes par un réservoir au 19ème siècle. L’orgue était muet depuis les années 1930 et c’est dans les années 1970 que la valeur historique de cet instrument a été reconnue, sans pour autant que l’on ait eu connaissance alors de son origine exacte. Le célèbre organiste allemand Karl RICHTER fit le déplacement à Mariana pour établir un diagnostic de l’orgue. Le matériel mécanique et sonore a été expédié à Hambourg en 1983 dans les ateliers de Rudolph BECKERATH pour y être restauré et partiellement reconstruit. Les jeux d’anches ont été reconstruits. On ne peut pourtant pas parler ici d’une reconstruction historique. Le buffet et la console ont été restaurés par le Centre de Conservation et de restauration de l’Université Fédérale de Minas Gerais. La console a reçu des claviers neufs et une pédale moderne. L’orgue a été remonté et remis en service en 1984. Curieusement, ce n’est qu’en 1986 que l’origine exacte de l’instrument a pu être déterminée avec la confirmation de sa construction en 1701 à Hambourg par Arp SCHNITGER. En 1997, sous l’égide de la Fondation Culturelle et Educative de l’archidiocèse de Mariana (FUNDARQ), le facteur néerlandais Bernhard EDSKES, grand spécialiste de SCHNITGER, s’est rendu à Mariana pour faire une nouvelle évaluation complète de l’instrument. De 2000 à 2002, la maison EDSKES de Wohlen (Suisse) a réalisé une nouvelle restauration majeure, restituant son état historique de 1753 à ce merveilleux orgue, témoin exceptionnel de la facture du génie que fut Arp SCHNITGER. La soufflerie a été reconstruite avec trois soufflets cunéiformes au modèle de la facture de SCHNITGER. Le buffet a été restauré et les anciens claviers sauvegardés ont été restaurés. La mécanique des claviers et des jeux a été restaurée. La tuyauterie modifiée en 1984 a été remplacée par une nouvelle au modèle de la facture originale. La disposition de 1753 a ainsi été rétablie. Cet orgue comporte toujours 65% de son matériel sonore d’origine. Plus de 300 ans après sa construction, l’orgue de Mariana continue d’émerveiller les amateurs de belle musique, que ce soit par sa participation à la liturgie que par les nombreux récitals qui sont donnés dans la cathédrale. Il y a des concerts hebdomadaires les vendredis et les dimanches. (Nb) : Certaines sources s’appuient sur cette inscription pour attribuer la paternité de l’orgue à HULENKAMPF.
Ecouter l’orgue :
Photo : Youtube Photo : A. Iannini Photo : Homssi - La titulaire Elisa Freixo Les "chinoiseries"
orgue, orgues, orgues à tuyaux, organ, orgel, organo, organy, varhany