Entrez dans le monde magique des orgues. Page créée le 05/04/2010  L’orgue Anonyme / Deloye- Hartman (1617/1980) de la Basilique St Pierre de Luxeuil-Les Bains (Haute-saône). Orgues en France et dans le monde. Pays : France Région :  Franche-Comté Départ. : Haute-Saône Ville : Luxeuil-les-Bains Local : Basilique St Pierre Facteur : Anonyme / Deloye-Hartmann Année : 1617 / 1980 Passion,     Découvertes,     Partage.... Historique Disposition
Carte Cliquer Photos Autres caractéristiques : 44 jeux - 4 claviers manuels de 56 notes et pédalier 30 notes Transmission mécanique des claviers et des jeux Accouplements : II/I Tirasses : I/P - II/P Cet instrument au buffet remarquable a été construit en 1617. On ne connait malheureusement pas le nom du facteur, aucun document antérieur à la révolution ne nous étant parvenu. On sait cependant que le buffet est l’œuvre de Jean DOGNADEC. L’orgue fut commandé par l’abbé Antoine de la Baume, prieur de l’abbatiale St Colomban. En 1668, les moines firent murer l’entrée principale située sous l’orgue. Entre 1668 et 1695, ils firent réaliser la boiserie monumentale qui semble soutenir la tribune de l’orgue. En 1695, le facteur Philippe PICARD et ses fils agrandirent l’orgue et son buffet, pour que l’ensemble retrouve des proportions plus équilibrées. C’est ainsi que l’on peut remarquer deux styles différents aux ornements de l’orgue. Le Positif de dos est la réplique du grand-orgue de 1617. Différents travaux sont effectués au cours du 18ème siècle. En 1808, le facteur Jean-Baptiste GAVOT reconstruit le sommier du Positif de dos ainsi que la soufflerie. En 1829, GAVOT rajoute le quatrième clavier d’Echo. En 1841, Joseph CALLINET restaure entièrement l’instrument. En 1857, une nouvelle restauration complète est confiée à Claude-Ignace CALLINET. En 1917, le facteur Jules BOSSIER reconstruit la transmission et la transforme en pneumatique. Cette traction s’avèrera très rapidement défaillante. Le Positif de dos est vidé, l’arrière du buffet est éventré, bref l’orgue est plus ou moins massacré… En 1949, Louis GEORGEL reconstruit la soufflerie et modifie la disposition. En 1974, les facteurs Jean DELOYE et Philippe HARTMANN sont chargés d’une reconstruction complète. Ils restituent à ce magnifique instrument à la fois son aspect et une disposition sonore dans le style classique qui devait prévaloir à sa construction. Cette restauration s’est achevée en 1980. L’orgue possède encore 260 tuyaux de 1617, 350 du 18ème siècle, 50 de GAVOT et 500 environ de CALLINET.