Entrez dans le monde magique des orgues. Page créée le 23/02/2009 Mise à jour le 26/01/2014 Le grand orgue Kemper (1968) de l’église Ste Marie de Lübeck (D). Orgues en France et dans le monde. Pays : Allemagne Région :  Schleswig-Holstein Ville : Lübeck Local : St Marien Kirche Eglise Ste Marie Facteur : Kemper Année : 1968 Passion,     Découvertes,     Partage.... Historique Disposition

Agrandir le plan
Carte Cliquer Photos Grand-orgue de la Cathédrale Notre-Dame de Paris Voir la traduction des jeux d'orgue allemands. L’église Ste Marie, encore appelée Notre-Dame de Lübeck, est l’une des principales églises protestantes de la ville. A son emplacement existait une première église en bois construite en 1163 et remplacée dès 1173 par une église romane en briques. Devant l’expansion de la ville, la construction de l’église actuelle est entamée en 1250 et s’achèvera en 1351. Les riches marchands de Lübeck voulaient une église plus imposante et plus grande que la cathédrale. S’inspirant des premières cathédrales gothiques de France et de Flandres, son architecture servira de modèle à de nombreuses églises d’Allemagne du Nord. Son style gothique en brique est basé sur un plan basilical à trois nefs. La hauteur impressionnante des voûtes n’a pu être atteinte que grâce à la construction de contreforts. L’église comptait une vingtaine de chapelles, principalement sur les ailes nord et sud de l’édifice. En 1444, la chapelle des chantres à l’ouest du déambulatoire a été ajoutée à l’édifice. Malheureusement les bombardements alliés du dimanche des Rameaux du 28 mars 1942 dévastèrent l’église et son mobilier intérieur, dont les orgues. L’édifice fut reconstruit entre 1947 et 1960. L’intérieur a été restauré dans un style gothique épuré. Parmi les trésors épargnés par le bombardement, on peut citer les fonds baptismaux en bronze de Hans Apengeter (1337), la Madone de Darsow de 1420, brisée et restaurée, le tabernacle de Klaus Grude datant de 1479, le retable d’Anvers de 1518, et quelques autres. L’autel monumental de 1697, véritable chef-d’œuvre de l’art baroque et épargné partiellement par le bombardement, fait toujours débat : non replacé après la guerre, il a été conservé et la question de sa remise en place dans l’église se pose toujours. Le témoignage d’un marchand de Lübeck fait état d’un orgue en 1377, sans autre précision. Les premières grandes orgues de l’église furent construites en 1396, accrochés à la façade ouest. Elles furent gravement endommagées par un incendie en 1508. Entre 1515 et 1518, le facteur et organiste Barthold HERING de Lübeck a construit un instrument impressionnant pour l’époque de 32 jeux sur deux claviers et pédalier. C’était un grand 32 pieds avec des tuyaux de façade en étain. La magnifique façade gothique était l’œuvre du sculpteur Benedikt Dreyer de Lübeck. En 1561, le facteur Jakob SCHERER de Hambourg a ajouté un Positif intérieur. Entre 1596 et 1598, l’orgue est agrandi à 46 jeux par le facteur hambourgeois Gottschalk BORCHERT. Entre 1637 et 1641, le facteur Friedrich STELLWAGEN de Lübeck a reconstruit et agrandi l’orgue. On pense que ce travail lui a servi de modèle pour la construction dix ans plus tard de l’orgue monumental de Ste Marie de Stralsund. En 1704, le facteur Otto Dietrich RICHBORN de Hambourg ajoute un jeu de Voix Humaine au Positif de dos et un jeu de Sesquialtera II au Positif intérieur. L’orgue comprend alors 54 jeux sur trois claviers et pédalier avec près de 4.700 tuyaux. De 1733 à 1735, l’orgue est restauré par Konrad BÜNTING, l’octave courte des claviers est étendue et la console reconstruite. En 1851, l’orgue est reconstruit par le facteur Johann Friedrich SCHULZE de Milbitz dans le style romantique. L’instrument a alors 78 jeux sur quatre claviers et pédalier avec transmission mécanique des claviers et des jeux et des machines BARKER. Les tuyaux de façade sont muets et le Positif de 1561 est retiré et placé sur le jubé. Cet instrument a connu des organistes célèbres comme Franz TUNDER de 1642 à 1667 puis son gendre Dietrich BUXTEHUDE de 1668 à 1707. Jean-Sébastien BACH en 1705, HAENDEL et MATTHESON sont venu toucher l’orgue. Cette notoriété s’est traduite dans le succès des Concerts du Soir (Abendmusik) de 1650 à 1810. Le 28 mars 1942, l’orgue a disparu sous les bombes de la R.A.F, de même que l’orgue de la chapelle de la Danse Macabre. De 1962 à 1968, la maison KEMPER & Fils de Lübeck a construit le grand-orgue actuel, qui était l’une des plus grandes réalisations mondiales à cette époque, du moins pour un instrument à traction mécanique. Cet orgue monumental comporte 100 jeux sur cinq claviers et pédalier avec 8.512 tuyaux… L’orgue est accroché au haut de la façade ouest, libérant le vitrail du portail d’entrée. Le grand-orgue, le Positif intérieur et le Positif de dos constituent « l’orgue Buxtehude », dans le style des 17/18ème siècles. Le Positif de Couronne et le Positif supérieur ont été conçus pour donner une couleur symphonique et moderne à l’instrument et lui permettre ainsi l’interprétation du répertoire des époques récentes. La pédale est divisée en Grande Pédale et Petite Pédale, indépendantes. La console possède deux panneaux de tirage des jeux et de combinaisons identiques, l’un à gauche, l’autre à droite, permettant à l’organiste de préparer la registration à l’avance. Le buffet historique avant 1942. Composition de 1704 Autres caractéristiques : 100 jeux - cinq claviers manuels de 56 notes et pédalier 30 notes Transmission mécanique des claviers et électromécanique des jeux Accouplements et tirasses multiples Six combinaisons libres Pédale de crescendo général 4 jeux de carillons : 8' et 4' au G.O et 4' et 2' au Positif Supérieur Voir l’orgue Totentanz Führer Voir le Positif Schwarz