Entrez dans le monde magique des orgues. Page créée le 23/01/2014 L’orgue Klais (1982) de l’église St Aedigien (St Gilles) de Lübeck (D). Orgues en France et dans le monde. Pays : Allemagne Région :  Schleswig-Holstein Ville : Lübeck Local : St Aedigien Kirche Eglise St Aedigien (St Gilles) Facteur : Klais Année : 1982 Passion,     Découvertes,     Partage.... Historique Disposition

Agrandir le plan
Carte Cliquer Photos Grand-orgue de la Cathédrale Notre-Dame de Paris Cette église, la plus petite de Lübeck, a été construite à partir de 1227, à l’emplacement d’une ancienne église en bois du 12ème siècle, consacrée à St Aegidien (St Gilles du Gard). D’abord construite en style roman, que l’on retrouve dans la base du clocher, l’édifice fut agrandi dans le style gothique en brique avec trois nefs et des chapelles latérales. Le clocher a été rehaussé en plusieurs phases jusqu’au 14ème siècle. Il culmine aujourd’hui à près de 90m. Le chœur quant à lui est daté du 15ème siècle. En 1530, St Gilles a été l’une des premières églises à rejoindre le culte luthérien. L’église a très heureusement survécu à tous les conflits et notamment aux bombardements de mars 1942. Un premier orgue a été construit dans l’église en 1451. En 1625, le facteur Hans SCHERER Le Jeune de Hambourg a construit le magnifique instrument dont on admire encore aujourd’hui le buffet. Ce buffet est l’œuvre du maître charpentier Michael SOMMER de Lübeck et du sculpteur Baltzer WINNE. Le Positif et les tours de pédale sont accrochés à la tribune de l’orgue au-dessus du piédouche en bois richement sculpté. Cette disposition est caractéristique de SCHERER. Les anges musiciens jouant de la trompette sur les tours de pédale ont été rajoutés en 1715. En 1642, le facteur Friedrich STELLWAGEN de Hambourg a ajouté le Positif de poitrine et porté l’orgue à 42 jeux sur trois claviers et pédalier. En 1714, Hans HANTELMANN de Lübeck et ancien contremaître d’Arp SCHNITGER, a reconstruit les tuyaux de façade dans un alliage de grande qualité. Ce sont eux qui sont encore présents aujourd’hui. En 1854, Johann Friedrich SCHULZE de Milbitz a reconstruit l’alimentation en vent et modifié le Positif de dos. En 1916, le facteur Emmanuel KEMPER de Lübeck, a reconstruit un nouvel orgue de style romantique avec 47 jeux dans le buffet historique. La transmission a été transformée en pneumatique avec de nouveaux sommiers à membranes. Les tuyaux de façade conservés étaient muets. En 1939 et 1940, son fils Karl KEMPER, artisan du mouvement du Renouveau de l’orgue, a modifié la disposition vers un retour au style original et de nouveau une transmission mécanique et des sommiers à gravures. Des défauts dans la structure de l’orgue ont nécessité une restauration majeure de l’orgue. En 1978, la maison Johannes KLAIS de Bonn a reconstruit l’orgue avec 42 jeux. Les tuyaux de façade sont de nouveaux parlant. La transmission des claviers est mécanique et celle des jeux électromécanique. En 2003, l’instrument a fait l’objet d’un relevage et d’un accord général par la maison MÜHLEISEN de Leonberg (Près de Stuttgart). Un combinateur électronique a été ajouté. Autres caractéristiques : 42 jeux - 3 claviers manuels de 56 notes et pédalier 30 notes Transmission mécanique des claviers et des jeux Gestion électromécanique des jeux Accouplements : I/II - III/II Tirasses : I/P - II/P - III/P Combinateur électronique (2003) Voir la traduction des jeux d'orgue allemands.