Entrez dans le monde magique des orgues.
Page créée le 12/01/2008 Mise à jour le 14/08/2016 L’orgue Cavaillé-Coll (1876) de l’ancienne Cathédrale Saint-Alain de Lavaur (81).
Les derniers Les derniers Index par pays Index par pays A propos A propos Accueil Accueil Sources et liens Sources et liens Facteurs d’orgues Facteurs d’orgues Contact Contact
Orgues en France et dans le monde.
Pays : France Région :  Midi-Pyrénées Départ. : Tarn Ville : Lavaur Local : Ancienne cathédrale St Alain Facteur : Cavaillé-Coll Année : 1876
Passion,     Découvertes,     Partage....
Historique
Disposition
Carte
Cliquer
Haut de page Haut de page Retour France alpha Retour France alpha
Photos
Retour France Dept. Retour France Dept.
Le prieuré de Saint Alain fut fondé en 1098, grâce au don du terrain par les seigneurs de la ville aux moines de Saint-Pons de Thomières (Hérault). Une première église romane fut construite par les moines à partir de 1099. Elle fut détruite par les albigeois en 1211. De cette église ne subsiste que l’exceptionnelle table d’autel romane datée de 1100. Cette table fut retrouvée en 1897 dans la chapelle de l’hôpital de Lavaur et placée dans le chœur en 1967. La nouvelle église fut construite au même emplacement à partir de 1255. Elle se composait d’une nef unique de cinq travées, fermée par deux murs droits à l’est et à l’ouest. Le cloitre qui se situait le long des trois travées au sud-est de la nef a aujourd’hui disparu. Cette imposante construction en briques, chef d’œuvre de l’art gothique méridional, préfigurait la grande cathédrale d’Albi, construite trente ans plus tard. La ville de Lavaur est érigée en évêché en septembre 1317 et le prieuré de Saint-Alain est érigé en cathédrale en mars 1318. En 1332 une abside à sept pans est achevée à la place du chevet plat, en surplomb de la rivière l’Agout. Un nouveau cloitre est érigé au nord de la cathédrale. Il subsistera jusqu’à la fin du 18ème siècle. La tour Jacquemart fut aménagée au 15ème siècle et plusieurs chapelles furent construites dans les bas-côtés, entre les contreforts, dont notamment l’actuelle sacristie. De cette époque, sous l’épiscopat de Jean Vigier, date l’agrandissement du chœur et l’allongement d’une travée de la nef vers l’ouest avec la construction du monumental clocher-porche que nous connaissons aujourd’hui. Le vestibule du clocher comporte encore des peintures murales de cette époque. La flèche du clocher, achevée en 1499, fut abattue en 1540. Au début du 16ème siècle, l’évêque Pierre de Rousergue fit remplacer le grand porche ouest par une rosace et fit construire la chapelle St Christophe où il fut enterré en 1514. C’est à lui que l’on doit le grand portail qui sépare le porche de la nef. Son successeur initia de grands travaux entre 1514 et 1521 : reconstruction du chœur, verrières, grand-orgue et premier mécanisme Jacquemart dans la tour du même nom en 1523. Le dernier évêque, Jean-Antoine de Castellanne, entre 1771 et 1792, fit démanteler les stalles et le jubé du chœur du 16ème siècle et remplaça le maitre-autel par un nouveau en marbre polychrome et une table de communion en fer forgé. En 1801, après le Concordat, la cathédrale fut rétrogradée au rang de simple église paroissiale. D’importantes campagnes de restauration furent exécutées au cours du 19ème siècle avec notamment les peintures murales en trompe-l’œil des frères Ceroni, peintre italiens installés dans la région.
Composition suivant combinaisons
Le titulaire : Benoit Tisserand à la console
Le grand-orgue en tribune ouest, au dessus du porche du vestibule, remonte à un instrument commandé par l’évêque Simon de Beausoleil et sans doute construit en 1523. On n’en connait pas le facteur. Certaines sources l’attribuent au facteur italien Giovanni Torriano (Jehan TORRIAN) originaire de Venise. Mais ce dernier ne survécut guère à la construction de l’orgue de l’église Notre- Dame des Tables de Montpellier (Hérault) en 1506/1508, ce qui rend cette attribution improbable. Le buffet en bois polychrome est attribué au sculpteur et charpentier toulousain Nicolas BACHELIER en 1523. Là aussi des doutes subsistent car ce sculpteur ne serait arrivé dans la région qu’en 1535. Toujours est-il que ce buffet exceptionnel est un chef d’œuvre de l’art de la Renaissance. Il s’étage sur trois niveaux structurés, au premier desquels se déroule une frise de médaillons ornés de bustes à l’antique. Certaines sources notent l’intervention en 1699/1700 d’un facteur du nom de Charles RICHARD. De cette époque daterait l’ajout d’un Positif de dos. L’instrument a fait l’objet de travaux d’entretien et de restauration au cours des 17ème et 18ème siècles, notamment de la part des facteurs François PICARD DE L’ESPINE (Toulouse) en 1728, 1745 et 1763, Jean-Esprit ISNARD (Tarascon) en 1778 ou Grégoire RABINY (Toulouse) dans les années 1780 (accord et réfection des claviers). L’orgue fut détérioré lors de la Révolution et devint muet à la fin des années 1830. En 1856, des travaux de restauration furent confiés à Théodore PUGET de Toulouse mais restèrent inachevés, faute de finances. Entre 1874 et 1876, la construction d’un grand-orgue neuf dans le buffet historique fut confiée au célèbre facteur parisien Aristide CAVAILLÉ-COLL. Il s’agissait d’un instrument symphonique de 32 jeux sur trois claviers et pédalier, avec transmission mécanique et une machine Barker (G.O et accouplements). Le Positif de dos, qui aurait été ajouté à la fin du 17ème siècle, fut supprimé à cette occasion. Deux joues finement sculptées sont ajoutées par le menuisier Imbert et encadrent le buffet. La console centrale est détachée et tournée vers la nef. Ce mélange de style symphonique dans un buffet renaissance peut surprendre. Mais compte tenu de la beauté majestueuse du buffet et de l’exceptionnelle qualité sonore de l’orgue de CAVAILLÉ, qui était alors à l’apogée de son art, le résultat n’est que l’addition de ces deux chefs d’œuvres. En 1963, le facteur Edmond COSTA de Lodève (Hérault), effectue des travaux de restauration et des modifications. L’Unda Maris du Positif est remplacée par une Cymbale III avec ajout d’une Tierce et le Plein-Jeu du grand-orgue est modifié en 5 rangs. La partie instrumentale a été classée aux Monuments Historiques en 1963. En 1974, le buffet a également été classé aux Monuments Historiques. De 1984 à 1993, l’orgue a fait l’objet d’une restauration majeure. Le buffet a été restauré par Pierre BELLIN, spécialiste de la restauration d’art installé à Grenade-sur-Garonne (Haute-Garonne). Il a retrouvé ses couleurs originales, estompées lors de la reconstruction de 1876. Cette restauration minutieuse a nécessité neuf années de travail… La partie instrumentale a été entièrement démontée, restaurée et remontée par le facteur Michel GIROUD de Bernin en Isère. La disposition de 1876 a été scrupuleusement rétablie. La mécanique, la soufflerie, l’alimentation en vent, la console ont fait l’objet de tous les soins du restaurateur. L’orgue a été remonté en 1994, après que les travaux sur le buffet aient été terminés. L’instrument a été inauguré en juin 1994 par des récitals de Jean-Claude REYNAUD et de Jean BOYER. La clarté et la volupté de ses timbres, magnifiées par l'acoustique généreuse du lieu, ainsi qu'un tutti puissant plein de panache font de cet opus de 32 jeux un grand CAVAILLÉ-COLL. Un superbe instrument qui mérite d'être encore plus connu !
Autres caractéristiques : 32 jeux - 3 claviers manuels de 54 notes et pédalier 30 notes Transmission mécanique des claviers et des jeux Machine Barker au Grand-Orgue et accouplements Accouplements :  II/I - III/I - III/II Tirasses : I/P - II/P - III/P Appel Grand-Orgue Appels des jeux de combinaisons : I - II - P Effet d'orage