Entrez dans le monde magique des orgues.
Page créée le 08/10/2016   Le grand-orgue Wenner (1857) de l’église Saint-Pierre de La Réole (33).
Index par pays Index par pays A propos A propos Accueil Accueil Sources et liens Sources et liens Facteurs d’orgues Facteurs d’orgues Contact Contact
Orgues en France et dans le monde.
Pays : France Région :  Aquitaine Départ. : Gironde Ville : La Réole Local : Eglise St Pierre Facteur : Micot / Wenner / Quoirin Année : 1766 / 1857 / 2015
Passion,     Découvertes,     Partage....
Historique
Disposition
Carte
Cliquer
Haut de page Haut de page Retour France alpha Retour France alpha
Photos
Retour France Dept. Retour France Dept.
Autres caractéristiques :  45 jeux - 3 claviers manuels de 56 notes et pédalier 30 notes Transmission mécanique des claviers et des jeux Machine Barker au G.O Accouplements : II/I - III/I (8,4') - III/II Tirasses : I/P - III/P Appel GO Appel des anches : I - III - P - Général
L’église St Pierre est l’ancienne abbatiale du prieuré des bénédictins, fondé au 10ème siècle et dépendant de l’abbaye de Fleury (Loiret). La première église fut rasée par le duc d’Aquitaine et Roi d’Angleterre, Henri II. En 1194, l’abbatiale fut reconstruite dans le style roman. Il subsiste de cette époque le chevet roman et ses sculptures grimaçantes. Le prieuré et son église subirent des dégâts d’abord sous Henri III puis surtout lors des saccages perpétrés par les huguenots en 1577. L’abbatiale fut entièrement reconstruite, en style gothique, au début du 17 ème siècle, mais raccourcie de deux travées à l’ouest. Elle se compose d’une vaste nef unique couverte par une voûte ogivale. Les ornements du portail ont disparu lors de la révolution et une grande partie du mobilier a été dispersé dans d’autres églises. L’église est devenue église paroissiale en 1835. Des travaux de restauration ont été alors effectués et notamment le clocher a été surélevé. Les bâtiments du prieuré abritent aujourd’hui l’Hôtel de Ville de La Réole. En 1764, les bénédictins passèrent commande d’un orgue au facteur Jean-Baptiste MICOT, originaire de Paris mais installé à Toulouse depuis 1758. Celui-ci réalisa le grand-orgue de 22 jeux sur deux claviers et pédalier, en 1765 et 1766. A la révolution les moines furent chassés du prieuré et l’église fermée au culte. A Bordeaux : En 1803, l’évêque de Bordeaux décida de transférer l’orgue MICOT et son buffet dans la cathédrale St André de Bordeaux. Ce transfert fut assuré par les facteurs Joseph ISNARD (le neveu de Jean-Esprit) et Simon BAYSSAC-LABRUYERE, tous deux installés à Bordeaux.
En 1812, l’instrument étant jugé trop petit pour l’édifice, un échange est réalisé avec l’orgue de DOM BEDOS de l’église Ste Croix de Bordeaux. Mais les buffets et les tuyaux de façade restent en place dans les églises respectives. C’est donc toujours le buffet MICOT, agrandi pour recevoir l’orgue Dom Bedos de Ste Croix, qui est visible dans la cathédrale et qui abrite aujourd’hui l’orgue neuf construit par GONZALEZ en 1982.
En 1856 et 1857, les facteurs WENNER et GOTTY de Bordeaux ont reconstruit l’orgue MICOT à Ste Croix. Les 22 jeux de MICOT furent toutefois conservés. Ces travaux portèrent l’orgue à 40 jeux dans un style romantique, avec entre autres l’agrandissement de l’étendue du Récit de 42 à 54 notes par ajout de l’octave basse à tous les jeux. La mécanique du grand-orgue et de la basse du récit fut assistée par une machine Barker. Par la suite on note des interventions et quelques apports mineurs en 1899 du facteur MAILLE de Bordeaux, successeur de WENNER depuis 1882, puis de Maurice PUGET de Toulouse dans les années 1920. Puis l’orgue est entretenu par la maison BEUCHET-DEBIERRE de Nantes (Loire-Atlantique). En 1970, la décision est prise de reconstruire l’orgue de DOM BEDOS à Ste Croix. En 1977, la partie instrumentale MICOT-WENNER est classée aux Monuments Historiques. En 1988, lorsque le facteur Pascal QUOIRIN est chargé de la reconstruction de l’orgue de DOM BEDOS, il entreprend un inventaire détaillé du matériel MICOT et WENNER et ce matériel est soigneusement isolé et entreposé dans un grenier de l’église. A La Réole : En 1845, la maison DAUBLAINE-CALLINET construisit un orgue d’une vingtaine de jeux, orgue de transition classique-romantique, placé sur la tribune restée vide depuis 40 ans. Le buffet est construit par le menuisier Gélibert. En 1923, la maison PUGET de Toulouse restaure l’instrument. En 1952, PUGET effectue une nouvelle restauration et divise le buffet en deux corps pour dégager la rosace du 18ème siècle. Il incorpore les éléments de l’orgue de chœur dans le grand-orgue. En 2000, l’orgue est en mauvais état et le facteur Bernard RAUPP de Mirande (Gers) effectue quelques travaux de réparation. Le retour : Grâce à l’obstination de plusieurs passionnés, et particulièrement au sein de l’Association des Amis de l’Orgue de la Réole, un projet de retour de l’orgue MICOT a été initié. En 2004, la municipalité de La Réole a voté le projet de reconstruction de l’orgue MICOT-WENNER à l’église St Pierre, projet présenté par le technicien conseil du Ministère de la Culture, Thierry SEMENOUX et l’organiste François ESPINASSE. Il faut noter qu’en 2008, la municipalité de Bordeaux a décidé de restituer gratuitement l’orgue de Ste Croix à la commune de La Réole. En 2012, le marché a été passé à la maison de Pascal QUOIRIN de St Didier (Vaucluse). De 2013 à 2015, le facteur a réalisé un buffet neuf de style contemporain pour accueillir l’orgue de Ste Croix. Le matériel sonore existant à Ste Croix a été conservé et restauré : 17 jeux de MICOT, 18 jeux de WENNER + 2 jeux de MAILLE + 7 jeux neufs. La mécanique et les sommiers de WENNER ont également été conservés et adaptés à la nouvelle configuration de l’orgue. Cette reconstruction a nécessité pas moins de 15.000 heures de travail. L’exploit du facteur a été de faire cohabiter deux mondes différents : l’orgue classique de MICOT, accordé à l’origine avec un tempérament mésotonique, et l’orgue romantique de WENNER accordé au ton moderne avec un tempérament égal…Le tout dans un buffet ultra moderne ! Il est vrai que WENNER avait déjà réalisé une première cohabitation. Et le résultat ne manque pas d’impressionner. Tous les acteurs qui ont œuvré à cette réalisation peuvent être fiers du travail accompli.
Les derniers Les derniers Le buffet Micot (1766) dans la Cathédrale St André de Bordeaux