Entrez dans le monde magique des orgues.    Page créée le 28/11/2012   L’orgue Guilbault-Thérien (1972) de la cathédrale Ste Anne de La Pocatière (Ca) Orgues en France et dans le monde. Passion,     Découvertes,     Partage.... Historique
Carte Photos Cliquer Disposition Pays : Canada Province :  Québec - (Kamouraska) Ville : La Pocatière Local : Cathédrale Ste Anne Facteur : Guilbault-Thérien Année : 1972 Grand-orgue de la Cathédrale Notre-Dame de Paris La cathédrale Ste Anne de la Pocatière fut érigée en deux temps : d’abord la crypte en 1949 et 1950, à l’époque où fut créé le diocèse de la Pocatière par Pie XII, puis la cathédrale proprement dite, construction moderne au-dessus de la crypte, achevée en 1970. La paroisse reçut un don en 1950 lui permettant d’acquérir un orgue CASAVANT de 11 jeux, installé dans la crypte. En 1972, après l’achèvement des travaux de la cathédrale, le diocèse a fait l’acquisition d’un nouvel instrument construit par la maison GUILBAULT-THERIEN (Orgues Providence) de Ste Hyacinthe. Le buffet en chêne massif s’inscrit parfaitement dans le style de l’édifice et les sculptures de la façade de Jean-Julien BOURGAULT se marient avec les autres sculptures et notamment le Chemin de Croix du même artiste. Cet instrument compact de 15 jeux de style classique est original notamment par son clavier de Résonnance qui regroupe les deux anches. Cette disposition permet d’avoir trois plenums entiers sans ajouter ni enlever un seul jeu, grâce aux possibilités originales d’accouplement mécanique. Le rendement et la qualité sonores de l’instrument sont remarquables. Par contre, peut-être dû à la console inversée, l’orgue présentait dès l’origine un défaut majeur : la lourdeur de la transmission mécanique des claviers, surtout avec les accouplements enclenchés. Divers solutions ont été envisagées pour y remédier. En 2008, la société NovelOrg de Boucherville a implanté avec les ateliers GUIBAULT-BELLAVANCE-CARIGNAN de Ste Hyacinthe, un prototype tout à fait innovant d’assistance de la transmission. Ce dispositif insère une commande électromécanique proportionnelle entre le clavier et la mécanique existante. On pourrait parler d’une « Machine Barker du 21ème  siècle ». Ce dispositif est géré par un système numérique qui reproduit fidèlement le toucher mécanique. Il permet en outre une multiplication à l’infini des possibilités d’accouplements. Il peut être activé ou désactivé. L’avantage de ce système est sa simplicité de mise en œuvre et de dépannage ainsi que son coût raisonnable. Un grand merci à Claude LEMIEUX, titulaire, pour sa communication et ses photos. Autres caractéristiques : 15 jeux - 3 claviers manuels de 58 notes et pédalier 32 notes Transmission mécanique ou électromécanique des claviers Transmission électromécanique des jeux Accouplements mécaniques : II/I - III/I - III/II - I/III - II/III Tirasses mécaniques : I/P - II/P - III/P Accouplements NovelOrg : I/I (16,4') - II/I (16,4') - III/I (16,4') - II/II (16,4') - I/II (16,8,4') - III/III (16,4') - I/III (16,4')  - II/III (16,8,4') Tirasses NovelOrg : I/P (16,4') - II/P (16,4') - III/P (16,4')