Entrez dans le monde magique des orgues.
 Page créée le 14/07/2018   Orgue Dalstein-Haerpfer (1894) de l'église St Martin de Hayange (57).
Orgues en France et dans le monde.
Pays : France Région :  Lorraine Départ. : Moselle Ville : Hayange Local : Eglise St Martin Facteur : Dalstein-Haerpfer Année : 1894
Passion,     Découvertes,     Partage....
Historique
Disposition
Carte
Cliquer
Haut de page Haut de page Retour France alpha Retour France alpha
Photos
Retour Région Retour Région
Autres caractéristiques : 53 jeux - 3 claviers manuels de 56 notes et pédalier 30 notes Transmission pneumatique des claviers et des jeux Assistance de la traction des notes par des relais pneumatiques Accouplements II/I - III/I - III/II - III+II/I Tirasses I/P - II/P - III/P - I+II+III/P Appel anches : I+P - II - III - I+II+III+P 4 combinaisons fixes (G.O et pédale) : Piano, Mezzo-forte, Forte et Tutti Pédale de crescendo Tonnerre (C-F de la pédale)
Une église néo-gothique était érigée à cet emplacement, construite au 18ème siècle. Devenue trop petite, la construction d’une nouvelle église fut décidée en 1883, alors que la Moselle se trouvait rattachée à l’empire allemand. Cette réalisation fut inspirée et en grande partie financée par la famille des maîtres de forge De Wendel. La nouvelle église fut consacrée en 1884. De taille imposante, elle se distingue par sa façade copiée sur celle de l’église de la Trinité de Paris, qui était la paroisse parisienne de la famille De Wendel. L’édifice se compose d’une grande nef unique avec deux bas-côtés, d’un transept et d’un chœur inséré dans une abside semi-circulaire. L’église est orientée Nord/Sud. La nef est coiffée d’une voûte en plein-cintre ornée de caissons moulurés et est entourée au 2ème niveau d’un  triforium et de larges baies avec de magnifiques vitraux. A noter une chaire en bois de style renaissance très richement sculptée, don de Mme De Curel-Wendel. L’ancienne église fut dotée en 1868 d’un orgue construit par la jeune maison DALSTEIN-HAERPFER installée à Boulay (Moselle) depuis 1863. L’instrument fut remonté dans la nouvelle église, mais il s’avéra rapidement trop petit pour le volume de l’édifice. En 1890, un grand-orgue fut alors commandé aux mêmes facteurs, toujours grâce à la détermination du curé Joseph NEUMANN et au soutien financier de la famille De Wendel. La facture DALSTEIN-HAERPFER est un peu une synthèse de la facture allemande de WALKER et de la facture française de CAVAILLÉ-COLL de cette fin du 19ème siècle. Johann Karl HAERFER, d’origine allemande, avait travaillé en autres facteurs chez WALKER puis chez CAVAILLÉ-COLL où il rencontra Nicolas-Étienne DALSTEIN, originaire de Moselle. L’orgue fut achevé à l’automne 1894 et béni en février 1895. Ce sera l’opus 100 de DALSTEIN-HAERPFER et leur principale réalisation. Il était et reste toujours l’instrument le plus important de Moselle. Le grand buffet de 16 pieds a été réalisé par la maison KLEM de Nancy. L’instrument dispose de 53 jeux sur trois claviers manuels et pédalier, avec une transmission pneumatique tubulaire des claviers et des jeux, avec des sommiers à pistons. La transmission des notes est assistée par des relais pneumatiques placés au- dessous des 15 sommiers, lesquels relais commandent des soufflets Barker qui actionnent les barres de pistons. La console détachée est tournée vers la nef. La disposition est bien entendu symphonique, inspirée largement des grands instruments CAVAILLÉ-COLL et WALKER et donne à ce grand orgue une sonorité remarquable. « Un orgue français, avec des atavismes allemands ». (O. Schmitt) En 1907 et 1908 la maison DALSTEIN-HAERPFER a réalisé un relevage de l’orgue et modifié légèrement le buffet pour améliorer le rendu sonore. En 1922, Frédéric HAERPFER remplaça les tuyaux de façade réquisitionnés par les allemands en 1917. A cette occasion la pédale fut étendue de 27 à 30 notes, à la pédale l’Octave basse 8’ fut recoupée en Bourdon 8’ et le Principal 4’ modifié en Flûte 4’. Le buffet fut nettoyé et vernis. En 1947, le facteur Joseph ALBERT remplaça la Clarinette 8’ du Positif par un Cromorne et décala le Gemshorn 4’ du Récit en Nasard 2’ 2/3. Dans les années 1960, la transmission pneumatique souffrit de défaillances de plus en plus marquées, jusqu’à rendre l’orgue muet à partir de 1975. En 1993, la partie instrumentale de l’orgue a été classée aux Monuments Historiques. En 1997 et 1998, l’instrument a été entièrement restauré par la maison de Théo HAERPFER de Boulay, arrière petit-fils du constructeur. Cette restauration a visé la restitution de l’état original de l’orgue, excepté la façade et l’extension de pédale de 1922. La tuyauterie a été entièrement démontée, nettoyée et restaurée. Les modifications de 1947 ont été annulées. A noter que toute la tuyauterie historique qui est d’excellente facture et d’un alliage de qualité provient des ateliers de Boulay. Il faut saluer la restauration de la traction pneumatique de 1894. Cette technique qui ne correspond évidemment plus aux standards actuels, a marqué son époque. De plus la technique de DALSTEIN-HAERPFER qui était d’excellente qualité se devait d’être conservée pour son caractère historique. La soufflerie composée de deux réservoirs à plis compensés superposés a été également restaurée (réfection de la peausserie). La console a été restaurée, le placage des notes naturelles qui était d’origine en ivoire puis remplacé par une matière synthétique a été restauré en placage d’os. (Les feintes d’origine sont plaquées en ivoire). Le tirage des jeux se fait par des petites touches blanches à enfoncer à l’avant de porcelaines de couleur qui indiquent les jeux. A noter que le tirant de la sonnette du souffleur est toujours présent. L’orgue superbement restauré a été inauguré en juin 1998. Un grand merci à Olivier Schmitt, son heureux titulaire, pour son aimable communication.
orgue, orgues, orgues à tuyaux, organ, orgel, organo, organy, varhany