Entrez dans le monde magique des orgues. Page créée le 20/12/2013 L’orgue Rother (1904) de l’église St Séverin de Hambourg-Kirchwerder (D). Orgues en France et dans le monde. Pays : Allemagne Région :  Hamburg Ville : Hamburg - Kirchwerder Local : Eglise St Séverin Kirche St Severini Facteur : Rother / Von Beckerath Année : 1904 / 1959 Passion,     Découvertes,     Partage.... Historique Disposition

Agrandir le plan
Carte Cliquer Photos Grand-orgue de la Cathédrale Notre-Dame de Paris Voir la traduction des jeux d'orgue allemands. La première mention d’une église en pierre à cet emplacement remonte à 1319, mais on sait qu’une église existait déjà au 13ème siècle. Le bâtiment a été remanié et reconstruit à plusieurs reprises au cours des siècles. La brique a remplacé la pierre. Les vestiges médiévaux sont encore visibles dans le mur nord et dans l’entrée de la « Maison de la jeune mariée ». En 1650, cette dernière fut rattachée au bâtiment principal pour servir de hall d’entrée principale. Entre 1785 et 1791, l’église a été reconstruite. D’autres restaurations importantes ont eu lieu en 1916, en 1955 et en 1988. Le clocher séparé présent au début du 17ème siècle a été reconstruit en 1721. On sait la présence d’un orgue en 1628. En 1641, le facteur Heinrich SPETER construisit un orgue neuf de 27 jeux, utilisant une partie du matériel sonore de l’instrument précédent. L’orgue était placé dans le chœur. Cet orgue a été réparé en 1681 par Arp SCHNITGER, par Otto Dietrich RICHBORN en 1729, par Reinerus CASPARY en 1734 et par Johann Dietrich BUSCH en 1752. Entre 1784 et 1786, le facteur Johann Paul GEYCKE a reconstruit et agrandi l’orgue dans un nouveau buffet réalisé par son gendre Balthasar WOHLIEN. L’orgue a été placé sur la tribune ouest nouvellement construite lors de la restauration de l’église et où il se trouve aujourd’hui. En 1904, le facteur Paul ROTHER d’Hambourg a reconstruit l’instrument dans le buffet historique et en conservant une partie du matériel sonore de SPETER et de GEYCKE. La transmission a été reconstruite en pneumatique avec des sommiers à cônes. Il reste totalement ou partiellement 6 jeux de 1641 et 7 jeux de 1785 ainsi qu’un jeu de quinte composé de tuyaux de 1641 et 1785. En 1959, le facteur Rudolf Von BECKERATH de Hambourg a restauré l’orgue et apporté des modifications à la disposition. La transmission aurait (?) été reconstruite en mécanique avec de nouveaux sommiers. Autres caractéristiques : 20 jeux - 2 claviers manuels de 56 notes et pédalier 30 notes Transmission mécanique (?) des claviers et des jeux Accouplement : II/I Tirasses : I/P - II/P 1 étoile de clochettes