Entrez dans le monde magique des orgues. Page créée le 25/03/2014 L’orgue Silbermann (1718) de l’église St Georges de Großkmehlen (D). Orgues en France et dans le monde. Pays : Allemagne Région :  Saxe Ville : Großkmehlen Local : Sankt Georgs Kirche Eglise St Georges Facteur : Silbermann G. Année : 1718 Passion,     Découvertes,     Partage.... Historique Disposition

Agrandir le plan
Carte Cliquer Photos Grand-orgue de la Cathédrale Notre-Dame de Paris Voir la traduction des jeux d'orgue allemands. L’origine de l’église St Georges remonte à 1205 avec la construction d’un édifice roman. Son apparence a été modifiée par des reconstructions successives, d’abord dans la seconde moitié du 15ème siècle, puis en 1618 où la nef et la tour furent reconstruites et enfin entre 1716 et 1718 avec l’ajout des deux ailes latérales de la nef, donnant à l’église son apparence actuelle en forme de croix. De cette époque date l’intérieur baroque de la nef. Le tabernacle du début du 15ème siècle provient d’un atelier d’Anvers, quant à la chaire en grès, elle date de 1620. L’orgue magnifique qui est situé en tribune au fond de la nef est l’œuvre de Gottfried SILBERMANN. Il a été construit en 1717 et 1718, grâce à un don de la veuve du lieutenant-colonel Gottlob von Lüttichau, Johanna Eleonore von Brause, propriétaire du château de Großkmehlen. Le contrat passé avec SILBERMANN en janvier 1717 est conservé dans les archives de l’église. L’orgue devait avoir 22 jeux sur deux claviers et pédalier avec trois soufflets cunéiformes. L’instrument fut inauguré le 20 novembre 1718 par le compositeur et organiste du roi, Christian PETZOLD. L’orgue a été régulièrement entretenu au fil des décennies et a échappé à toute altération majeure. Au milieu du 19ème siècle on note des interventions du facteur Friedrich PFÜTZNER de Meißen (Saxe). En 1932, le facteur Wilhelm RÜHLE de Moritzburg (Saxe) a traité le buffet et certains tuyaux contre les vrillettes. En 1937, la maison SAUER de Francfort s/Oder a effectué un relevage. Un ventilateur électrique a été placé et certains jeux ont été restaurés (anches, Contrebasse, Gedakt). En 1944, l’orgue a échappé de peu à l’incendie du clocher provoqué par la foudre. Des paroissiennes et des enfants ont réussi à lutter contre l’incendie, à démonter et stocker les tuyaux avant l’effondrement de la tour, qui a toutefois partiellement endommagé le buffet, la console, les sommiers et la soufflerie. L’instrument a été réparé et remonté en 1953 et 1954 par la maison JEHMLICH. Les tuyaux d’étain endommagés ont été restaurés et la Cymbale II du Positif presqu’entièrement reconstruite. En 1995 et 1996, la maison Wieland RÜHLE de Moritzburg a effectué une restauration majeure, revenant à la disposition originale de l’instrument. Les sommiers, l’alimentation en vent, la mécanique ont été restaurés entièrement avec la plus grande minutie. Il en a été de même pour les claviers, le pédalier et les tirants de registres. Lors de l’incendie de 1944, 576 tuyaux originaux soit l’équivalent de huit jeux avaient été endommagés puis réparé en 1954. Cette tuyauterie a été restaurée au modèle des jeux de l’orgue de l’église St Georges de ROTHA (1721). Le reste de la tuyauterie en étain ou en bois a été soigneusement restauré. Les soufflets originaux ont été remis en état, ce qui permet à l’instrument d’être jouable soit par le ventilateur électrique soit par les pompes manuelles. L’harmonisation a été entièrement refaite au diapason de 469,7 Hz (le « chorton » ancien) et avec un tempérament inégal. L’orgue magnifiquement restauré a été inauguré en septembre 1996 par un récital de Matthias EISENBERG. Cette restauration, qui n’a été rendue possible que grâce à un don privé de 180.000 DM, a permis de redonner toute sa valeur historique exceptionnelle à cet instrument, trop longtemps resté dans le plus grand anonymat. Certains considèrent que l’orgue de Großkmehlen est l’un des plus beaux et des mieux conservés de Gottfried SILBERMANN. De nombreux récitals et enregistrements sont réalisés ici, sans oublier le Festival d’Orgue de Großkmehlen qui a lieu chaque été depuis 2001. Autres caractéristiques : 22 jeux - 2 claviers manuels de 48 notes et pédalier 24 notes Transmission mécanique des claviers et des jeux Accouplement : II/I à tiroir Tirasse I/P Diapason : La = 469,7 Hz - (Chorton) Tempérament inégal Tremblant Voir la page des orgues de G. Silbermann